Print Page | Contact Us | Report Abuse | Sign In | Join Today
jzwm_frenchabstract_v35n4_2004

ÉTUDE COMPARATIVE DE PROLIFÉRATION LYMPHOCYTAIRE MITOGÈNIQUEMENT INDUITE ET ANTIGÈNIQUEMENT INDUITE CHEZ QUATRE ESPÈCES DE RHINOCÉROS CAPTIFS

pages 435-446

Carrie K. Vance, M.S., Ph.D., Suzanne Kennedy-Stoskopf, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.Z.M., Amy R. Obringer, Ph.D., and Terri L. Roth, M.S., Ph.D.

Résumé: La réponse immunitaire cellulaire est étudiée chez quatre espèces de rhinocéros en mesurant la prolifération in vitro des lymphocytes après des stimuli mitogèniques et antigèniques. Le but de l’étude est de définir les valeurs normales d’activité de la lignée des blancs pour chaque espèce, et d’identifier d’éventuelles différences d’espèces qui permettraient d’expliquer la sensibilité accrue des rhinocéros noirs (Diceros bicornis) aux maladies. Un échantillon de rhinocéros regroupant les quatre espèces est choisi parmi la population américaine : rhinocéros de Sumatra (Dicerorhinus sumatrensis) (n = 3); rhinocéros indien (Rhinoceros unicornis) (n = 4); rhinocéros noir (Diceros bicornis)  (n = 16); et rhinocéros blanc (Ceratotherium simum) (n = 10). Des quatre espèces étudiées, le rhinocéros noir présente les plus faibles proliférations lymphocytaires (P < 0.05) mitogèniquement induites : pokeweed (0.1 mg/ml), phytohémagglutinine (0.3 mg/ml) et concanavaline A (5.0 mg/ml). Chez les rhinocéros noirs, la densité cellulaire totale en fin de culture atteint seulement 70% de celle obtenue avec les lymphocytes des rhinocéros blancs, des rhinocéros indiens et des rhinocéros de Sumatra. Par contre, il n’existe pas de différence significative (P > 0.05) entre les espèces en ce qui concerne la réponse lymphocytaire aux endotoxines bactériennes lypopolysaccharidiques. Les stimulations antigèniques induisent des réponses beaucoup plus faibles que les stimulations mitogèniques. Il n’existe pas de différence significative (P > 0.05) entre les espèces en réponse à des doses de 1 et 10 µg/ml de Leptospira icterohemorrhagiae ou Leptospira gryppotyphosa. Les lymphocytes des rhinocéros blancs prolifèrent peu en présence de filtrats d’Aspergillus fumigatus, alors que la prolifération des lymphocytes des rhinocéros noirs n’est que peu ralentie en présence de doses croissantes (0,1 et 1 et 10 µg/ml) de filtrats d’Aspergillus. Cette étude comparative de prolifération lymphocytaire chez le rhinocéros révèle plusieurs différences dans la réponse immunitaire cellulaire entre les différentes espèces. Cette étude démontre aussi que les lymphocytes des rhinocéros noirs captifs semblent moins vigoureux que ceux des autres espèces.

Mots clés: rhinocéros noir, rhinocéros blanc, rhinoceros indien, rhinocéros de Sumatra, immunologie, maladie, stress, corticoïdes.

RECUEIL DE SEMENCE ET INSÉMINATION ARTIFICIELLE CHEZ LA PÉNÉLOPE À GORGE BLEUE (PIPILE CUMANENSIS CUMANENSIS): APPLICATIONS POTENTIELLES CHEZ LES CRACIDÉS (ORDRE : GALLIFORMES)

PAGES 447-458

Karen E. DeMatteo, Ph.D., Kate L. Karagiannis, B.S., Cheryl S. Asa, Ph.D., Michael S. Macek, B.S., Timothy L. Snyder, Anne M. Tieber, B.S., and Patricia G. Parker, Ph.D.

Résumé : La pénélope à gorger bleue (Pipile cumanensis cumanensis) est utilisée comme modèle pour la reproduction médical assistée (RMA) chez les Cracidés (Ordre : Galliformes). Les méthodes de recueil manuel utilisées chez les oiseaux domestiques ou exotiques sont modifiées pour améliorer la qualité et la quantité d’échantillons de semence fraîche. De plus, une méthode d’évaluation subjective de la qualité de la semence est définie, en se basant sur sa couleur, sa clarté et sa consistance, afin de pouvoir être utilisée quand les équipements de laboratoire ne sont pas disponibles. Dans les espèces ne produisant que 2 oeufs par couvée, il est impératif de bien estimer la date du premier oeuf, afin de réaliser les inséminations adéquates avant l’oviposition. L’accroissement de l’écart entre les os pubiens de la femelle et l’augmentation du gonflement abdominal indiquent le moment idéal pour démarrer l’insémination artificielle (IA) et permettre de minimiser le nombre d’échantillons de semence utilisés pour fertiliser le premier oeuf de la couvée, tout en assurant une bonne fertilité. À l’occasion de trois essais séparés d’IA, un total de quatre oeufs fertilisés est obtenu, ce qui est une première chez les cracidés. Deux des quatre oeufs fertilisés ont éclos, et la filiation a été confirmée par utilisation d’ADN d’empreintes digitales. Cette étude est la première publication traitant de l’utilisation de la RMA chez les Cracidés. Elle servira de base pour des développements futurs (par exemple IA avec semence congelée) visant à améliorer la gestion génétique des Cracidés dans les programmes de reproduction ex situ.

Mots clés : insémination artificielle, Cracidés, ex situ, gestion génétique, Pipile, recueil de semence.

SEXAGE ENDOSCOPIQUE ET MANIPULATION DE GONADES CHEZ L’ESTURGEON DU GOLF DU MEXIQUE (ACIPENSER OXYRINCHUS DESOTOI)

PAGES 459-470

Stephen J. Hernandez-Divers, B.Sc., B.Vet.Med., Dipl. R.C.V.S. Zoo.Med., M.R.C.V.S., Dipl. A.C.V.M.,  Robert S. Bakal, D.V.M., M.S., Brian H. Hickson, B.S., Clarence A. Rawlings, D.V.M., M.S., Ph.D., Dipl. A.C.V.S., Heather G. Wilson, D.V.M., Dipl. A.B.V.P. (avian), MaryAnn Radlinsky D.V.M., M.S., Dipl. A.C.V.S., Sonia M. Hernandez-Divers, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., and Samuel R. Dover, D.V.M.

Résumé : Dans le cadre d’un plan de conservation, dix sept esturgeons du Golf du Mexique (Acipenser oxyrinchus desotoi) ont subi un sexage endoscopique, des biopsies de gonades, et diverses chirurgies de l’appareil reproducteur. Les poissons sont induits avec de la tricaine methanesulfate (MS-222) tamponée par du bicarbonate de sodium, et l’anesthésie est maintenue par un circuit d’eau anesthésique.  Une canule Temamian Endo Tip de 6 mm est placée sur le ligne médiane, à mi distance entre les nageoires pelviennes et pectorales, ce qui permet d’introduire un endoscope de 5 mm. L’aspiration du contenu de la vessie natatoire et l’insufflation au CO2 permettent de dégager un excellent champ de vision. Une deuxième et troisième canules sont placées sous contrôle visuel direct, latéralement et crânialement ou caudalement à la canule de l’endoscope. Le sexage est effectué chez tous les individus, mais cinq des dix-sept esturgeons (29%) nécessitent une confirmation du sexe par biopsie de gonade. Une ovariectomie bilatérale est effectuée chez quatre femelles et une orchidectomie est réalisée chez trois mâles. Une ovariectomie unilatérale avec ligature bilatérale des conduits de Müller, en utilisant une technique de suture extracorporelle, est aussi pratiquée chez trois autres femelles. Le taux de morbidité apparente associé à l’anesthésie ou à la chirurgie endoscopique s’est avéré nul. La capacité à effectuer chez les poissons, en toute sécurité, des chirurgies de l’appareil reproducteur invasives a minima pourrait permettre d’améliorer les méthodes de gestion et de conservation.

Mots clés: esturgeon du Golf, Acipenser oxyrinchus desotoi, endoscopie, orchidectomie, ovariectomie, stérilisation.

 

NORMES BIOCHIMIQUES PLASMATIQUES CHEZ DES RAIES PASTENAGUES AMÉRICAINES SAUVAGES (DASYATIS AMERICANA)

PAGES 471-476

Danielle K. Cain, B.A., Craig A. Harms, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C. Z. M., and Al Segars, M.S., D.V.M.

Résume :  Les raies sont des animaux marins éminents, mais il existe peu de publications sur leurs normes hématologiques et biochimiques plasmatiques. Entre juin et juillet 2002, dans une zone allant de Winyah Bay (Caroline du Sud) à St Augustine (Floride), le département des ressources naturelles de la Caroline du Sud a fait procéder à la capture de vingt-huit raies pastenagues américaines, à l’aide de nasses de bateaux de pêche indépendants. Les valeurs moyennes sanguines et plasmatiques obtenues juste après la capture, sur les animaux vivants, sont les suivantes : hématocrite = 0,22 L/L (22%) ; solides totaux (ST) = 56,5 g/L (5,65 g/dl), protéines totales (PT) = 26 g/L (2,6 g/dl), sodium = 315 mmol/L, potassium = 4,95 mmol/L, chlore = 342 mmol/L, calcium = 4,12 mmol/L (16,5 mg/dl), phosphore = 1,5 mmol/L (4,7 mg/dl), azote uréique = 444 mmol/L (1,243 mg/dl), glucose = 1,69 mmol/L (30 mg/dl), aspartate aminotransférase = 14,5 U/L, créatine phosphokinase = 80,5 U/L, osmolarité = 1065 mOsm/kg, et lactate 3,1 mmol/L.  Les bicarbonates sont en dessous du seuil de détection (5 mmol/L) sur tous les prélèvements sauf trois. Le trou anionique est négatif sur tous les échantillons. Hormis pour un échantillon, l’albumine est sous le seuil de détection (1 g/dL). L’osmolarité est significativement supérieure chez les raies pastenagues capturées au sud. Les valeurs de ST et de PT sont linéairement corrélées ; l’équation de la droite ajustée est : ST = (11,61 x PT) + 25,4 (in g/L) [or ST = (1,161 x PT) + 2,54 (in g/dl)]. Les valeurs données ici peuvent être utilisées pour faciliter la gestion de raies pastenagues en aquarium et pour créer une base de données de référence des Dasyatis spp sauvages.

Mots clés: Dasyatis americana, biochimie plasmatique, raie pastenague américaine, valeurs de référence.

PHARMACOCINÉTIQUE DE L’OXYTÉTRACYCLINE CHEZ LA TORTUE CAOUANNE (CARETTA CARETTA) APRÈS INJECTION UNIQUE INTRAVEINEUSE ET INTRAMUSCULAIRE

PAGES 477-488

Craig A. Harms, D.V.M., Ph.D, Dipl. A.C.Z.M., Mark G. Papich, D.V.M., M.S. , Dipl. A.C.V.C.P., M. Andrew Stamper, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., Patricia M. Ross, D.V.M., Mauricio X. Rodriguez, and Aleta A. Hohn, Ph.D.

Résumé: La pharmacocinétique de l’oxytétracycline est étudiée chez des tortues caouannes (Caretta caretta) de deux ans, après injection unique IV ou IM, pour une utilisation comme marqueur biologique ou en thérapeutique. Vingt tortues juvéniles sont réparties en deux groupes. Dix individus reçoivent 25 mg/kg d’oxytétracycline IV et dix reçoivent le même dosage en IM. Les concentrations plasmatiques d’oxytétracycline sont mesurées par chromatographie liquide inverse haute performance. Les données issues de la voie IV correspondent à un modèle en 3 phases, alors qu’une analyse sans compartiment est utilisée pour comparer les voies IV et IM. Pour la voie IV, les moyennes de concentration plasmatique maximum, de demi-vie, de clairance systémique, et de volume apparent de distribution, sont respectivement de : 6,6 µ/ml, 66,1 h, 290,7 ml/h/kg, et 18,4 L. Pour la voie IM, les moyennes de disponibilité systémique, de concentration plasmatique maximum, et de temps de demi-vie sont respectivement de : 91,8%, 1,6 µg/ml, et 61,9 h. Il est possible que le volume apparent de distribution soit extrêmement élevé en liaison avec l’existence d’une réserve profonde de médicament, par exemple un dépôt osseux dans la masse squelettique importante des tortues, sur des juvéniles en croissance bien nourries. Bien que les concentrations plasmatiques maximum après injection IM soient inférieures à celles obtenues par voie IV, le temps d’élimination très long permet de penser que des injections distantes dans le temps pourraient être efficaces sur les bactéries sensibles.

Mots clés : marqueur biologique, Caretta caretta, tortue caouanne, oxytétracycline, pharmacocinétique.

PHARMACOCINÉTIQUE DU CARFENTANIL ET DE LA NALTREXONE CHEZ LA CHÈVRE NAINE (CAPRA HIRCUS)

PAGES 489-496

Adrian Mutlow, Vet.M.B., M.Sc., Ramiro Isaza, D.V.M., M.S., Dipl. A.C.Z.M., James W. Carpenter, M.S., D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., David E. Koch, M.S., and Robert P. Hunter, M.S., Ph.D.

Résumé : La pharmacocinétique du carfentanil et de la naltrexone est étudiée chez huit chèvre naine (Capra hircus), après injection IV, IM et SC, à l’aide d’une étude multicentrique. Des échantillons sanguins sont prélevés jusqu’à 120 heures après injection de carfentanil, et les concentrations plasmatiques sont déterminées par chromatographie liquide et spectroscopie de masse. L’immobilisation est obtenue chez toutes les chèvres avec 40 µg/kg de carfentanil IM, mais les effets neurologiques varient considérablement d’un individu à l’autre. Les profils plasmatiques montrent une absorption rapide du carfentanil et une décroissance biphasique simple en 12 à 48 heures. La naltrexone, administrée à la dose de 100 mg par mg de carfentanil injecté, permet un réveil rapide, quelle que soit la voie d’administration. Pendant les 2,5 à 3,5 premières heures, les concentrations plasmatiques de naltrexone sont très variables ; par la suite, une décroissance biphasique est observée. Le temps de relevé est significativement plus court lors d’injection IV plutôt que SC, mais la différence de durée (1 mn) n’a pas d’incidence clinique. Les paramètres pharmacocinétiques mesurés pour la naltexone ne présentent pas de différence significative en fonction de la voie d’administration, mais la récupération après injection IM est subjectivement la plus douce. Il n’existe pas de différence significative du temps de demi-vie du carfentanil en fonction de la voie d’administration de la naltrexone. Aussi, bien qu’il soit actuellement conseillé d’administrer la dose de naltrexone pour moitié en IV et pour moitié en SC, cette pratique ne semble pas présenter d’intérêt.

Mots clés: Carfentanil, naltrexone, pharmacocinétique, immobilisation, renarcotisation, chèvre naine.

QUATRE PROTOCOLES DE SÉDATION PRÉANESTHÉSIQUE CHEZ LES MACAQUES RHESUS (MACACA MULATTA)

PAGES 497-502

Astrid C. S. Pulley, D.V.M., Jeffrey A. Roberts, D.V.M., Dipl. A.C.L.A.M., and Nicholas W. Lerche, D.V.M., M.P.V.M.

Résumé: L’efficacité et la facilité d’administration de quatre protocoles de sédation préanesthésique sont comparés chez 18 macaques rhésus mâles et adultes ; le but est d’obtenir une sédation profonde et de réduire l’anxiété, l’agitation, et les traumatismes potentiels asssociés à l’induction de l’anesthésie. Les macaques, d’un âge et d’un poids moyen respectifs de 10 ans et 12,5 kg, sont placés dans un des quatre groupe par tirage au sort. Le groupe 1 reçoit 10 mg/kg de tilétamine-zolazépam et 0,05 mg/kg de médétomidine PO. Le groupe 2 reçoit 1 mg/kg de midazolam et 20 mg/kg de kétamine PO. Le groupe 3 reçoit 20 mg/kg de kétamine et 0,05 mg/kg de médétomidine PO. Le groupe 4 reçoit 3 mg/kg de midazolam PO. En fonction du succès de l’administration, les protocoles ont produit des effets allant de la sédation moyenne à l’absence totale de réaction aux stimuli nociceptifs. L’intervalle moyen d’efficacité est de 27 à 43 mn dans tous les groupes. L’association kétamine/médétomidine permet une sédation significativement meilleure que lors d’utilisation du midazolam seul. Il n’existe pas d’autre différence statistiquement significative entre les quatre protocoles. L’utilisation de tilétamine-zolazépam et de médétomidine permet une sédation calme, légère à moyenne, avec peu d’effets secondaires. L’association de midazolam et de kétamine entraîne une ataxie sévère. L’ingestion de kétamine et de médétomidine permet une sédation profonde, calme et facilement réversible, avec absence de réponse aux stimuli nociceptifs. Le midazolam utilisé seul permet seulement une sédation légère. Aucune différence statistiquement significative n’a été mise en évidence quant à la palatabilité des différents protocoles. L’ingestion de l’association kétamine et médétomidine (groupe 3) permet la sédation la plus profonde. Des modifications pharmaceutiques pourraient permettre d’accroître la palatabilité et le niveau d’acceptation de ces combinaisons. En solution alternative, le sirop oral à base de midazolam est très bien accepté par certains animaux et permet une sédation légère et une diminution de l’anxiété, ce qui peut permettre de diminuer le stress associé à l’induction de l’anesthésie par fléchage ou autre.

Mots clés: Anesthésie, kétamine, médétomidine, midazolam, primate non humain, tilétamine-zolazépam, macaque rhésus.

MISE EN ÉVIDENCE MOLÉCULAIRE ET SÉROLOGIQUE D’EHRLICHIOSE PAR MORSURE DE TIQUES CHEZ TROIS ESPÈCES DE LÉMURIENS DE L’ÎLE DE St. Catherine, Georgia, USA.

PAGES 503-509

Michael J. Yabsley, M.S., Ph.D., Terry M. Norton, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., Malcolm R. Powell, Ph.D., and William R. Davidson, Ph.D.

Résumé: Ces dernières années, plusieurs espèces d’ehrlichia ont été identifiées en tant que maladies transmises par morsure de tique, et d’une importance vétérinaire et médicale certaine. Des tests sont effectués chez des lémuriens sauvages ou initialement sauvages, et cliniquement sains, dont 46 makis catta (Lemur catta), 6 makis macaco (Eulemur macaco flavifrons) et 4 makis variés (Varecia variegata variegata) de l’île de St. Catherine, Georgia, pour mettre en évidence une exposition aux ehrlichioses par morsure de tique. L’exposition à Ehrlichia chaffeensis et à Anaplasma phagocytophilum est recherchée par sérologie chez les 56 lémuriens adultes. Des recherches par Polymerase chain reaction (PCR) sont effectuées sur les 56 échantillons de sang pour E. chaffeensis, A. phagocytophilum, Ehrlichia ewingii, et Ehrlichia canis. Le sang de tous les lémuriens a été inoculé à des cultures cellulaires de DH82, pour tenter d’isoler E. chaffeensis. Sur les lémuriens adultes, 20 (38,5%) présentent des anticorps réactifs (≥1/128) pour E. chaffeensis et 16 (30,8%) pour A. phagocytophilum. Deux makis catta présentent une PCR et une culture positives pour E. chaffeensis. L’identification moléculaire des deux isolats d’E. chaffeensis met en évidence 5 répétitions du gène codant de l’antigène des variants de longueur variable de cible PCR (VLPT), et trois répétitions du gène codant de l’antigène 120-kDa. Le séquençage des gènes VLPT montre une nouvelle unité répétitive d’amino-acide (type 9). Un des lémuriens infecté par E. chaffeensis présente une légère hypoprotéinémie et un taux d’aminotransférases (ALT) modérément augmenté. Ces lémuriens de l’île de St. Catherine ont été en contact ou/et infectés par des ehrlichioses par morsure de tique, mais ils ne présentent aucun symptôme clinique.

Résumé: Ehrlichia chaffeensis, Anaplasma phagocytophilum, ehrlichiose, lémuriens, morsure de tique, anticorps, isolement.

L’ÉLECTROCARDIOGRAPHIE CHEZ LA PERDRIX DE ROCHE (ALECTORIS GRAECA) ET LA PERDRIX CHOUKAR (ALECTORIS CHUCKAR)

PAGES 510-514

Metehan Uzun, D.V.M., Ph. D., Sedat Yildiz, D.V.M., Ph.D., and Feyyaz Onder, D.V.M., Ph.D.

Résumé: Des électrocardiogrammes (ECG) classiques, à six dérivations (I, II, III, aVR, aVL et aVF), sont enregistrés chez 10 perdrix de roche vigiles (Alectoris graeca) et 10 perdrix choukar (Alectoris chukar). La durée et l’amplitude des ondes P et T et des complexes QRS, la durée des intervalles P-Q et Q-T, et la fréquence cardiaque moyenne sont calculées à partir de la dérivation II. Toutes les ondes P et T observables sont négatives sur aVR et aVL, alors qu’elles sont positives sur les autres dérivations. La forme de complexe QRS la plus fréquente est r-s (r-S) et q-r (q-R). Dans les deux espèces, une onde Q est observée sur les dérivations aVR et aVL. L’amplitude des ondes P et T et des complexes QRS est significativement plus importante chez les perdrix de choukar que chez la perdrix de roche. Les fréquences cardiaques moyennes sont de 310 ± 15 battements/mn chez la perdrix de choukar, et de 317 ± 19 battements/mn chez la perdrix de roche. L’axe électrique médian, calculé à partir des dérivations II et III, est de –99±6,3º pour la perdrix de choukar et de -95±1,7º pour la perdrix de roche. Des électrocardiogrammes de qualité sont obtenus sans anesthésie, ni sédation.

Mots clés: Electrocardiogramme, Alectoris graeca, Alectoris chukar, perdrix.

LES EFFETS D’UNE IMPLANTATION CHIRURGICALE D’UN ENREGISTREUR DE TEMPÉRATURE SUR LES CAPACITÉS DE REPRODUCTION DE MOUFETTES RAYÉES (MEPHITIS MEPHITIS) CAPTIVES

PAGES 515-519

Yeen Ten Hwang, B.Sc.(Hon), Marie-Line Gentes, D.V.M., Dennilyn L. Parker, D.V.M., Serge Larivière, Ph.D., and François Messier, Ph.D.

Résumé: Les capacités de reproduction et les effets néfastes éventuels sont suivis chez 20 moufettes rayées (Mephitis mephitis) captives (14 femelles et 6 mâles), après implantation libre dans l’abdomen d’enregistreurs miniatures de température. Onze des douzes femelles reproduisent avec succès 45,9 ± 3,7 jours après la chirurgie de retrait de l’enregistreur. Le taux de gestation de 91,7% (11/12) est beaucoup plus élevé que dans les autres publications sur population captive ; il est comparable à celui observé chez les moufettes sauvages. Huit moufettes rayées (6 mâles et 2 femelles) sont euthanasiées et autopsiées après un délai de 5 mois avec l’implant dans la cavité abdominale ; aucun effet secondaire ne semble associé à l’implant. L’implantation du dispositif en intrapéritonéale n’entraîne aucune complication pour les organes abdominaux. Ni les implants, ni la chirurgie n’affectent les capacités de reproduction. Nous en concluons que l’implantation d’enregistreurs peut être effectuée sans risque pour mener à bien des études physiologiques chez les moufettes rayées ou éventuellement chez d’autres petits carnivores captifs ou en liberté

Mots clés:  capacité de reproduction, implantation, chirurgie, anesthésie, Mephitis mephitis, moufette rayée.

 

CHIRURGIE DE LA CATARACTE AVEC LENTILLE SOUPLE INTRA-OCULAIRE CHEZ DES GORILLES DE CÔTE (GORILLA GORILLA GORILLA) CAPTIFS

PAGES 520-524

J-T.H.N. de Faber , M.D., J.H. Pameijer, M.D, and W. Schaftenaar, D.V.M.

Résumé: Deux gorilles de côte (Gorilla gorilla gorilla), mâles juvéniles, nés en captivité du même père mais de mères différentes, développent une cataracte bilatérale. La cataracte est traitée chirurgicalement, respectivement 6 ans et 3 mois après diagnostic, à l’aide d’un implant souple intra-oculaire. Bien que la vision n’ait pas été restaurée sur un oeil chez le gorille A, présentant une cataracte mature depuis 6 ans, une intervention chirurgicale est toutefois effectuée sur le deuxième oeil avant qu’une cataracte complète se développe, et la vision est ainsi restaurée. Le gorille B est traité à l’âge de 17 mois et un développement visuel normal a lieu sur les deux yeux. Cet animal développe une cataracte bilatérale secondaire, et de ce fait subit une deuxième intervention bilatérale en utilisant un traitement laser Nd-YAG. La composante génétique des cataractes juvéniles devrait être prise en considération dans les programmes de gestion de reproduction.

Mots clés: Cataracte, gorille de côte, Gorilla gorilla gorilla, chirurgie, phacoémulsification, implantation de lentille, laser Nd:YAG laser, cataracte secondaire.

IMPACTION VENTRICULAIRE PAR PHYTOBEZOARS CHEZ TROIS MARTINS PECHEURS DE MICRONESIE (HALCYON CINNAMOMINA CINNAMOMINA)

PAGES 525-529

Michael J. Kinsel, D.V.M., Dipl. A.C.V.P., Michael B. Briggs, D.V.M., M.S., Richard F. E. Crang, Ph.D., and Robert D. Murnane, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.V.P.

Résumé:  Trois martins pêcheurs de Micronésie juvéniles (Halcyon cinnamomina cinnamomina) partageant le même enclos ont présenté une prise de poids rapide et une distension de la cavité coelomique.  L’examen clinique et radiologique a mis en évidence une dilatation marquée du ventricule et un corps étranger unique et volumineux dans le ventricule chez chaque individu. L’exérèse chirurgicale par ventriculotomie a été tentée chez un individu qui est mort pendant l’opération.  Un second individu a été traité avec du beurre de cacahuète naturel à raison de 0.5 ml p.o. b.i.d. pendant 14 jours et a guéri, évacuant le corps étranger.  Le troisième a reçu le même traitement mais n’a pas guéri et  est mort pendant une endoscopie visant à retirer le corps étranger. Chez les trois oiseaux, les corps étrangers ont été identifiés comme phytobezoars.  Les oiseaux avaient été vus en train de peler des feuilles sur des pieds vivants de plantes (Dracaena fragrans) présentes dans leur enclos.  Les fibres végétales retrouvées dans les phytobézoars ont été comparées avec celles de D. fragrans et jugées identiques. Le traitement contre les phytobezoars par le beurre de cacahuète ou une substance similaire riche en huile peut être envisagé comme une alternative à l’exérèse chirurgicale.

Mots-clef:  martins pêcheurs de Micronésie, Halcyon cinnamomina cinnamomina, impaction ventriculaire, phytobezoar.

TOXOPLASMOSE CHEZ LE NILGAULT (BOSELAPHUS TRAGOCAMELUS) ET UNE ANTILOPE SAIGA (SAIGA TATARICA)

PAGES 530-533

Kamil Sedlák, M.V.Dr., Ph.D., Eva Bártová, M.V.Dr., Ph.D., Ivan Literák, Prof. M.V.Dr., C.Sc., Roman Vodička, M.V.Dr., and J. P. Dubey, M.V.Sc., Ph.D.

Résumé:  Trois femelles nilgaut (Boselaphus tragocamelus)  captives  ont présenté soit  un avortement Tardif ou une mortalité des nouveaux-nés après 2 jours. L’ADN de Toxoplasma gondii a été identifié dans l’encéphale et le foie de chaque fétus et chez un des deux nouveaux-nés par PCR simple sur TGR1E et par PCR semi-nichée sur le gène  B1. A posteriori, des titres en anticorps  anti-T. gondii supérieurs à 640 ont été  mesurés dans le sérum des 3 femelles et d’un mâle nilgault par fluorescence indirecte. Aucune autre cause d’avortement n’a été détectée. Un cas létal de toxoplasmose a également été diagnostiqué chez une antilope Saïga (Saiga tatarica) adulte captive, morte soudainement. Tosplasma gondii a été détecté dans le foie, les poumons, la rate, les reins et l’intestin. De nombreux kystes ont été retrouvés dans le foie de cet animal, ce qui est inhabituel. Le diagnostic de toxoplasmose a été confirmé par PCR sur TGR1E  et immunohistochimie. L’hépatite et la pneumonie toxoplasmique ont été considérées comme les causes primaries de la mort.

Mots-clef: avortement, Boselaphus tragocamelus, bovidés, PCR, Saiga tatarica, Toxoplasma gondii.

 

MORBIDITE ET MORTALITE DUES AU RANAVIRUS DANS UN GROUPE CAPTIF DE TORTUES BOITES DE CAROLINE (TERRAPENE CAROLINA CAROLINA)

PAGES 534-543

Ryan De Voe, D.V.M., Kyleigh Geissler, D.V.M., Susan Elmore, M.S., D.V.M., David Rotstein, D.V.M., M.P.V.M., Dipl. A.C.V.P., Greg Lewbart, M.S., V.M.D., Dipl. A.C.Z.M., and James Guy, D.V.M., Ph.D

Résumé:  sept tortues boites de caroline (Terrapene carolina carolina) issues d’une importante collection de chéloniens nord-américains en Caroline du Nord ont présenté une affection aigue àl’automne 2002. Cinq des tortues sont mortes. Les signes cliniques comportaient des abcès cutanés, des ulcères et/ou abcès buccaux, une détresse respiratoire, anorexie et léthargie. La lésion la plus importante retrouvée post-mortem était une vasculite fibrinoïde de plusieurs organes dont la peau, les membranes mucqueuses, les poumons et le foie. Aucun corps d’inclusion n’a été détecté par histopathologie ou à l’examen au microscope electronique des prélèfements tissulaires conservés dans le formol. Un Irridovirus a été isolé à partir de tissus prélevés post-mortem sur deux des tortues-boites. Le virus a été caractérisé par microscopie électronique, PCR et analyse de séquence d’un fragment de la principale protéine de capside, établissant son appartenance au genre Ranavirus.  

Mots-clé: Tortue-boîte de Caroline, Terrapene carolina carolina, iridovirus, Ranavirus, vasculite.

CONTENTION CHIMIQUE D’ORYCTEROPES EN CAPTIVITE (Orycteropus afer)

PAGES 544-545

Roman Vodicka, M.V. Dr.

Résumé:  Quatre Oryctéropes (Orycteropus afer) ont été anesthésiés sur une période de 6 ans. Ils ont été sédatés avec de la détomidine (0.13 ± 0.025 mg/kg i.m. ;0.12 - 0.14 mg/kg) puis anesthésiés avec de la détomidine (0.12 ± 0.025 mg/kg i.m.; 0.09 - 0.18 mg/kg)  suivie de kétamine (6.3 ± 1.68 mg/kg i.m.; 4.3 - 8.2 mg/kg). Les effets de l’anesthésie ont été antagonisés par de l’atipamezole (0.065 ± 0.013 mg/kg i.m.; 0.05 - 0.09 mg/kg). La combinaison détomidine-ketamine a permis une anesthésie douce, une bonne relaxation musculaire et a convenu à des interventions diagnostiques de routine et des interventions thérapeutiques (prise des sang, radiographies, petites chirurgies) .

Mots-Clé: Orycterope, Orycteropus afer, anesthésie.

ANOMALIE d’ebstein chez un surricate (Suricata suricatta)

PAGES 546-548

Norin Chai, D.V.M., M.Sc., M.Sc.V., Valérie Chetboul, D.V.M., Ph.D., Dipl. E.C.V.I.M.-CA. (cardiology), Carolina Carlos, D.V.M., Audrey Nicolle, D.V.M., Jean-Louis Pouchelon, D.V.M., Ph.D., and Marie Claude Bomsel, D.V.M., M.Sc.

Résumé: Un surricate (Suricata suricatta) mâle de 8 ans a présenté une léthargie soudaine. La forme globulaire du coeur associée à une effusion pleurale visible sur les radiographies thoraciques corroborraient le diagnostic d‘insuffisance cardiaque congestive et une echographie a été réalisée sous anesthésie générale. Elle a révélé une anomalie d’ebstein, avec une effusion péricardique légère et une hypertrophie marquée du coeur droit. L’animal a reçu un traitement au chlorhydrate d‘imidapril. Après 4 mois de traitement, l’hypertrophie du coeur droit apparaissait toujours sur les radiographies thoraciques mais l’animal semblait cliniquement normal.

Key words:  (Suricata suricatta), Anomalie d’Ebstein, coeur, échocardiographie, suricate.

 

enterite proliferative  associee a Lawsonia intracellularis chez un macaque du japon (Macaca fuscata).

PAGES 549-552

Maud Lafortune, D.M.V., M.Sc., Dipl. A.C.Z.M., James F. X. Wellehan, D.V.M., M.S., Elliott R. Jacobson, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.Z.M., J. Mitchell Troutman, D.V.M., Connie J. Gebhart, Ph.D., and Margaret S. Thompson, M.Ed., D.V.M., Dipl. A.C.V.R.

Résumé: Un macaque du Japon (Macaca fuscata) de 2.5 ans a présenté un épaississement de l’iléon découvert lors d’une laparotomie exploratoire. Une entérite proliférative à Lawsonia intracellularis –a été diagnostiquée par histopathologie (Coloration de Warthin-Starry), immunohistochimie, et PCR sur une biopsie de l’iléon. L’animal a développé une diarrhée transitoire et une hypoprotéinémie sévère 16 jours après la chirurgie mais a guéri suite à un traitement intensif à l’azithromycine. Etant donné que des tests très spécifiques sont nécessaires pour diagnostiquer cet organisme, les cas impliquant L. intracellularis sont sans doute sous-diagnostiqués chez les primates non-humains.

Mots-clé:  Macaca fuscata, Lawsonia intracellularis, enteropathie proliférative, primate non-humain, Macaque du japon, diarrhée.

 

DERMATOPHILUS CHELONAE CHEZ UN COBRA ROYAL (OPHIOPHAGUS HANNAH)

PAGES 553-556

James F.X. Wellehan, D.V.M., M.S., Christine Turenne, M.Sc., Darryl J. Heard, B.V.M.S., Ph.D, Dipl. A.C.Z.M., Carol J. Detrisac, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.V.P, and Jeffrey J. O'Kelley, M. (A.S.C.P.)

Résumé: Une masse retirée du flanc gauche d’un cobra royal (Ophiophagus hannah) de 10 ans a été soumise à examen histopathologique et a révélé une dermatite granulomateuse avec présence intra-lésionnaire de coques gram-positifs et de bactéries en filaments.  Quatorze mois plus tard, une masse d’aspect histiopathologique similaire lui a été retirée à un autre site. Un an plus tard, une grosse masse sous-cutanée a été retirée sur le premier site et l’histopathologie a révélé des granulomes multiloculaires avec présence intra-lésionnaire de coques gram positifs.  Un organisme a été cultivé et identifié par séquençage de l’ARN de sa sous-unité ribosomale 16S comme Dermatophilus chelonae.  Après une antibiothérapie, aucune lésion supplémentaire n’a été observée pendant 5 mois.

Key Words: Dermatophilose, Dermatophilus chelonae, cobra, Ophiophagus hannah, dermatite, peau.

 

MYCOSE CUTANEE ET PULMONAIRE CHEZ L’ANACONDA VERT (EUNECTES MURINUS)

PAGES 557-561

Debra L. Miller, D.V.M., Ph.D., Zaher A. Radi, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.V.P. Shane L. Stiver, D.V.M., Dipl. A.B.V.P. and Timothy D. Thornhill, D.V.M.

Résumé:  L’autopsie de deux anacondas verts (Eunectes murinus) captifs, un mâle et une femelle, présentaient une condition générale médiocre avec des sur les écailles de multibles foci rouges sombres disséminés et des poumons bigarrés. Les deux serpents avaient une dermatose mycotique sévère. En outre, le mâle avait une une stomatite mycotique et  la femelle une pneumonie mycotique.  Trichophyton sp., Verticillium sp., et Alternaria sp. Ont été isolés à partir des lésions cutanées.  Les lésions pulmonaires étaient morphologiquement compatibles avec Aspergillus sp.  Les bactéries Chryseobacterium meningosepticum, Stenotrophomonas maltophilia, Aeromonas hydrophila et Providencia rettgeri ont été isolées à partir de la peau et de sorganes internes. Les maladies mycotiques peuvent être désastreuses pour les reptiles et des conditions non-optimales d’élevage et de captivité  ont été vraisemblablement mes facteurs prédisposants qui ont permis l’infection opportuniste de ces serpents.

Key words: Anaconda, Eunectes murinus, reptile, maladie fongique.

 

ABSENCE D’EXCRETION CLOACALE DETECTABLE DE  SALMONELLA CHEZ DE SREPTILES EN LIBERTE LORS DE LEUR ADMISSION AU WILDLIFE CENTER DE VIRGINIE

PAGES 562-563

Jean M. Richards, B. A., Justin D. Brown, D.V.M., Terra R. Kelly, D.V.M., Andrea L. Fountain, M.T. (A.S.C.P.), C.L.S. (N.C.A.), and Jonathan M. Sleeman, Vet.M.B., M.R.C.V.S., Dipl. A.C.Z.M.

Résumé: La salmonellose est une importante infection zoonotique associée aux reptiles aux Etats-Unis. Des écouvillons cloacaux ont été collectés sur des reptiles admis au Wildlife Center de Virginie, à Waynesboro, et mis en culture pour rechercher  Salmonella sur des gelloses Hektoen et  acide xylose lysine deoxycholique, puis innoculés sur un bouillon à la sélénite. Les trois ont été incubés à 37oC pendant 18 à 24 heures. Soixante-quinze animaux ont été inclus dans l’étude, représentant huit espèces (34 tortues-boites de Caroline (Terrapene carolina carolina), 14 tortues peintes de l‘est (Chrysemys picta picta), 14 tortues hargneuses (Chelydra serpentina), 6 serpents ratiers (Elaphe obsoleta obsoleta), 2 pseudémydes àventre rouge (Pseudemys rubriventris), 2 trachémides à ventre jaune (Trachemys scripta scripta), 2 couleuvres rayées (Thamnophis sirtalis sirtalis), and 1 pseudémine concinne (Pseudemys concinna concinna). Toutes les cultures se sont révélées négatves pour Salmonella spp., ce qui est fort différent des fortes prévalences d’excrétion cloacale de Salmonella chez les reptiles captifsmais compatible avec les rapports antérieurs sur les reptiles en liberté d’Amérique du Nord. Cependant, nour recommandons des bonnes pratiques d’hygiène lors de la manipulation et de maintien en captivité de toute espèce de reptile.

Mots-clé: Culture bactérienne, reptiles, Salmonella spp., Virginie.

 

PYTHIOSE CHEZ UN CHAMEAU (CAMELUS DROMEDARIUS)

PAGES 564-568

James F.X. Wellehan, D.V.M., M.S., Lisa L. Farina, D.V.M., Curry G. Keoughan,
D.V.M., Maud Lafortune, D.V.M, M.Sc., Amy M. Grooters, D.V.M., Dipl. A.C.V.I.M., Leonel Mendoza, M.Sc., Ph.D., Murray Brown, D.V.M., M.S., Dipl. A.C.V.S., Scott P. Terrell, D.V.M., Dipl. A.C.V.P., Elliott R. Jacobson, D.V.M, Ph.D, Dipl. A.C.Z.M., and Darryl J. Heard, B.V.M.S., Ph.D, Dipl. A.C.Z.M.

Résumé:  Un chameau (Camelus dromedarius) de 4.5 ans a été examine suite à une masse sur le côté droit de sa face. Un examen  biochimique et hématologique complet a révélé une anémie et une hypoprotéinémie.  Les radiographies n’ont pas révélé d’implication osseuse. La masse a été retirée et Pythium insidiosum a été cultivé à partir du prélèvement. Le chameau a été traité avec un vaccin immunothérapeutique expérimental, avec de l’iodure de sodium et du ceftiofur.  Le chameau a commencé par perdre du poids en post-opératoire et est mort 6 mois plus tard. L’autopsie a révélé une gastrite du troisième estomac avec présence intra-lésionelle d’hyphes de ce pathogène oomycète.

Mots-clé: Dromadaire, chameau, Camelus dromedarius, pythiose, Pythium insidiosum, phycomycose.

 

Luxation de la hanche chez une marmotte (Marmota monax): traitement réussi par réduction  fermée et bandage contentif de ehmer modifié

PAGES 569-571

Jonathan N. Chambers, D.V.M., Christopher S. Hanley, D.V.M., and Steven S. Hernandez-Divers, B.Vet. Med., D.Zoo.Med., M.R.C.V.S.

Résumé:  Après réduction d’une luxation  cranio-dorsale de l’articulation coxo-femorale droite, un  bandage en ruban élastique a permis de maintenir l’articulation en place. Aucune complication n’a tété rencontrée pendant les 14 jours pendant lesquels le bandage est resté en place. L’animal est resté normal pendant les 8 mois suivants.

Mots-clé: Marmota monax, marmotte, luxation, articulation coxofemorale.

 

PRIMARY LYMPHANGIECTASIA IN A DINGO (CANIS FAMILIARIS DINGO)

PAGES 572-575

Wm. Kirk Suedmeyer, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., Chris Ludlow, D.V.M., Dipl. A.C.V.I.M., Candace Layton, D.V.M., Dipl. A.C.V.S., Jeff Dennis, D.V.M., Dipl. A.C.V.I.M., and Margaret Miller, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.V.P.

Résumé:   Un Dingo(Canis familiaris dingo)  en bonne santé de 3 ans été examine pour une diarrhée Durant depuis 3 mois. La diarrhée ne répondait pas aux antibiotiques ni aux pansements intestinaux. L’examen coproscopique des fèces, la coproculture, l’examen clinique et les radiographies n’ont rien révélé.  Des biopsies duodénales par entérosccopie ont mis en évidence des vaisseaux chylifères dilatés sans inflammation. Le dosage sérique des folates, de la cobalamine et l’immunoréactivité tripsine-like étaient normaux. Les faibles concentrations en protéines sériques et  albumine associés avec des concentrations fécales élevées d’inhibiteur de la protéase alpha-1 suggéraient un diagnostic de lymphangiectasie. Des biopsies de toute l’épaisseur du duodénum, du jéjunum et de l’iléon ont révélé des cannaux chylifères dilatés sans inflammation dans la muqueuse et la sous-muqueuse, confirmant le diagnostic de lymphangiectasie primaire. Le Dingo est actuellement maintenu grâce à une nutrition appropriée.

Key words: Lymphangiectasie, dingo, Canis familiaris dingo, inhibiteur de la protéase alpha-1.

COEXISTANCE D’UNE DYSPLASIE DE LA VALVE TRICUSPIDE ET D’UNE MALFORMATION SEPTALE VENTRICULAIRE CHEZ UN JEUNE SINGE PATAS (ERYTHROCEBUS PATAS)

PAGES 576-579

Liang Sao-Ling, V.V.M., M.V.M., Yu Jane-Fang, B.V.M., M .V.M., Cheng Chian-Ren, B.V.M., Ph.D., and Chin Shih-Chien, B.V.M., M.V.M.

Résumé: Un mâle patas (Erythrocebus patas) de 6 mois pesant 1.5-kg présentait une cyanose et une respiration haletante.  Un examen electrocardiographique, une radiographie thoracique,  une echocardiographie bidimensionelle et un Doppler ont révélé une malformation septale interventriculaire  avec shunt de droite à gauche, ainsi qu’une dysplasie de la valve tricuspide assortie d’une dilatation de l’anneau tricuspide, d’une oreillette droite dilatée, d’un ventricule droit dilaté et d’une déformation de la valve tricuspide.  En raison de la gravité de la maladie cardiaque, le patas a présenté des complications au réveil de l’anesthésie et est mort 3 jours plus tard. L’examen macroscopique post-mortem a permis d’observer la malformation septale interventriculaire, la dysplasie de la valve tricuspide et une hémorragie cérébrale.

Mots-clé: Patas, Erythrocebus patas, malformation cardiaque congénitale, malformation septale ventriculaire, dysplasie de la valve tricuspide.

Location

581705 White Oak Road
Yulee, FL 32097 USA

Contact Us

Local: (904) 225-3275
Fax: (904) 225-3289
Email:Admin@AAZV.org