Print Page | Contact Us | Report Abuse | Sign In | Join Today
jzwm_frenchabstract_v37n3_2006

Journal of Zoo and Wildlife Medicine

Volume 37, Issue 3

Abstracts 
 

1- Pages 219-233 

IMPLICATIONS DES RETROVIRUS SIMIENS SUR LE MANAGEMENT DES PRIMATES EN CAPTIVITE  ET SUR LA SECURITE DES MANIPULATEURS DE PRIMATES  

Hayley Weston Murphy, D.V.M., Michele Miller, D.V.M., Ph.D., Jan Ramer, D.V.M., Dominic Travis, D.V.M., M.S., Robyn Barbiers, D.V.M., Nathan D. Wolfe, D.Sc., and William M. Switzer, M.P.H.

  

Résumé: Les primates non humains, sont infectés naturellement par un grand nombre de virus à potentiel zoonotique, incluant les rétrovirus. Ces virus simiens représentent un risque pour les populations de primates en captivité, mais également pour les manipulateurs de ces derniers. Les rétrovirus simiens, comprenant le virus d’immunodéficience simienne, le rétrovirus simien de type D, le virus T-lymphotrope simien et le virus de la leucémie du gibbon, sont connus pour provoquer des maladies cliniques chez les primates non humains. A l’opposé, le virus spumeux simien, un rétrovirus qui est fortement prévalent chez les primates mais qui n’est pas associé à une maladie clinique chez les primates naturellement infectés. Bien qu’il a été démontré que les infections à rétrovirus humains avec le virus lymphotrope humain et le virus de l’immunodéficience humaine sont issus de l’introduction multiple de rétrovirus simiens dans les populations humaines, toutefois la fréquence    de tels événements zoonotique est très peu connu. Cet article montre que les rétrovirus simiens exogènes constituent un souci potentiel pour les vétérinaires de zoo et de la faune sauvage, les manipulateurs et les personnes en contact avec les primates ainsi que les autres primates non humains d’une collection. Les implications sur la santé individuelle des animaux au même titre que le management des populations en zoo et dans les institutions de recherchent sont discutées, les transmissions croisées entre espèces et la potentialité zoonotique des rétrovirus simiens sont décrites et des suggestions sont formulés en ce qui concerne la sécurité du travail avec des primates.  

Mots clefs: Primates non humains, sécurité professionnelle, rétrovirus simiens, zoonoses 
 
 
 
 
 
 
 
 

2- Pages 234-244 

REVUE BIBLIOGRAPHIQUE SUR LES GLUCOCORTICOIDES FECAUX ET LEURS METABOLITES COMME INDICATEURS DU STRESS CHEZ DIFFERENTES ESPECES DE MAMMIFERES 

Jessica M. Keay, B.S., Jatinder Singh, Ph.D., Matthew C. Gaunt, B.S. and Taranjit Kaur, V.M.D., M.P.H.,  Dipl. A.C.L.A.M. 

Résumé: La médecine de la conservation est une discipline pour laquelle les chercheurs et les défenseurs de l'environnement étudient l'interaction dynamique entre les animaux, les humains et l'environnement. Du point de vue de la faune sauvage, les animaux sont soumis à des facteurs de stress de toutes natures. Avec le rapide accroissement de la population humaine, allant de paire avec une augmentation de la demande pour la nourriture, le carburant et le logement , la destruction des habitats et la compétition pour les ressources naturelles, la santé et le bien-être de populations animales sauvages est de plus en plus en danger.

Des données scientifiques sont nécessaires afin de mesurer l’impact des activités humaines sur la faune sauvage. Des mesures biométriques non-biaisées donnent une signification du stress imposé aux animaux par les hommes, par l’environnement et par els autres animaux. La réponse au stress chez les animaux  via le métabolisme des glucocorticoïdes est régulé par l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien. Les glucocorticoïdes fécaux en particulier, représentent un test biométrique extrêmement utile puisque la collecte des échantillons est non invasive et donc n’ajoute aucune variable aux résultats du test.  Ainsi de nombreux chercheurs et défenseurs de l’environnement ont commencé à utiliser les glucocorticoïdes fécaux pour mesurer le stress dans diverses espèces animales.

Cet article de synthèse récapitule donc les nombreuses études dans lesquelles les glucocorticoïdes fécaux et leurs métabolites ont été utilisés pour évaluer le stress chez diverses espèces de mammifères. Les variations entres les études est le centre d’intérêt principal de l’article. La discussion revient également sur les méthodes de récolte, les conditions de stockage, les procédures d’acheminement et les techniques de laboratoires utilisées lors des différentes études  

Mots clefs: Cortisol, cortisol fécal, stéroïdes fécaux, glucocorticoïdes, stress 

3- Pages 245-248 

COMPARAISON DU SERUM ET DU PLASMA POUR LA DETERMINATION DES VALEURS DE BIOCHIMIE SANGUINE CHEZ DES ROUSSETTES DE MALAISIE (PTEROPUS VAMPYRUS) 

Darryl J. Heard, B.V.M.S., Ph.D., D.A.C.Z.M., Michele M. Ruiz, D.V.M., and Kendal E. Harr, D.V.M., M.S., D.A.C.V.P. 

Résumé: L’effet de l’héparine de sodium et le temps de centrifugation de vingt analytes biochimiques sanguins sont évalués dans le sang de roussettes de Malaisie (Pteropus vampyrus). Des échantillons couplés de plasma et de sérum sont centrifugés à une heure et six heures post-prélèvement. L’héparination et le temps de centrifugation n’affectent pas significativement les taux de l’albumine, du cholestérol, des triglycérides, de l’amylase, de l’urée, de la créatinine, de l’alanine aminotransférase, de l’aspartate aminotransaminase, des phosphatases alcalines, du calcium, du sodium et du dioxyde de carbone. Le plasma est associé à des valeurs plus élevées en globulines et plus faible en potassium. Le glucose et les chlorures diminuent significativement avec le temps tandis que le phosphore augmente. L’activité de la créatine kinase sérique à 6 h post-prélèvement est significativement supérieure aux moyennes des créatines kinases. Le sodium n’est pas affecté par l’héparine de sodium utilisé comme anticoagulant dans cette étude.  

Mots clefs: Anticoagulant, chauve souris, biochimie, plasma, Pteropus, sérum. 

4- Pages 249-254 

EXCRETION D’OEUFS DE NEMATODE GASTRO-INTESTINAUX DANS LES FECES DE GAZELLES CAPTIVES (GAZELLA DAMA MHORR, GAZELLA CUVIERI AND GAZELLA DORCAS NEGLECTA) DANS UNE REGION SEMI-ARIDE DANS LE SUD DE L’ESPAGNE 

Juana Ortiz, Ph.D.,  Rocío Ruiz de Ybáñez, Ph.D., Teresa Abaigar, Ph.D., Marina Goyena, Ph.D., Magdalena Garijo, Ph.D., Gerardo Espeso, D.V.M., and Mar Cano, Ph.D.

   

Résumé: Les fèces de soixante deux gazelles africaines captives, incluant des gazelles de Mohr (Gazella dama mhorr), des gazelles de Cuvier (Gazella cuvieri) et des gazelles de Dorcas (Gazella dorcas neglecta) sont examinées durant un an pour quantifier l’excrétion d’œufs de nématodes. Des œufs de Strongyloides sp.  apparaissent uniquement chez G. dama durant la saison pluvieuse. L’excrétion des œufs de Trichostrongylidae montre une variation saisonnière bien marquée, avec un très faible taux durant les périodes chaudes et sèches probablement attribuable à l’hypobiose de l’espèce prédominante (Camelostrongylus mentulatus). Les œufs de Nematodirus sp., principalement Nematodirus spathiger,  sont excrétés tout au long de l’année. Aucun modèle saisonnier n’est observé dans l’excrétion des œufs de Trichuris sp.   

Mots clefs: Gazelles, Gazella, nématodes, excrétion d’œufs, conditions climatiques. 
 

5- Pages 255-261 

EVALUATION DU TAUX DE PROGESTERONE DANS LES FECES DE GIRAFE RETICULEE CAPTIVE (GIRAFFA CAMELOPARDALIS RETICULATA)  

Genevieve A. Dumonceaux, D.V.M., Joan E. Bauman, Ph.D., and Gerardo R. Camilo, Ph.D.

    

Résumé: Des échantillons de matières fécales fraiches de sept girafes réticulées femelles (Giraffa camelopardalis reticulata) sont collectés. Les prélèvements sont collectés durant plusieurs semaines avant, pendant et après la gestation. Les échantillons sont analysés pour le niveau de progestérone par test radioimmunologique. Le taux de progestérone est significativement différent entre les échantillons des périodes pré- et per- gestation, ainsi qu’entre ceux des périodes per- et post- gestation. Ces résultats démontrent que les taux de progestérone fécaux sont utiles pour déterminer la gestation des girafes réticulées.   

Mots clefs: Girafe, Giraffa camelopardalis reticulata, progestérone, hormones fécales,  progestérones. 

6- Pages 262-275 

METHODES UTILISEES LORS D’AUTOPSIE  DE LAMANTINS DE FLORIDE (TRICHECHUS MANATUS LATIROSTRIS)  AFIN DE DETERMINER LA MORTALITE DUE AU BATEAU A MOTEUR 

 

Jessica D. Lightsey, B.Vet.Med., M.R.C.V.S., Sentiel A. Rommel, M.S., Ph.D., Alexander M. Costidis, B.S.,  and Thomas D. Pitchford, B.S.

     From the Florida Fish and Wildlife Conservation Commission, Fish and Wildlife Research Institute, Marine Mammal Pathobiology Laboratory, 3700 54th Avenue South, St. Petersburg, Florida 33711, U.S.A. (Lightsey,  

Rommel, Costidis, Pitchford), and the Department of Pathobiology, College of Veterinary Medicine, University of Florida. Gainesville, Florida 32608, U.S.A. (Lightsey). 

Résumé: Entre 1993 et 2003, 713 (24%) des 2,940 lamantins de Floride retrouvés mort et examinés, sont morts suite à des traumas due à des bateaux à moteur.  Cette mortalité est considérée comme du fait des bateaux à moteur au vu du schéma lésionnel externe et interne observé durant l’autopsie. Cette étude explique les méthodes permettant de déterminer  une mortalité due au bateau à moteur durant l’autopsie et explique pourquoi ces observations sont diagnostiques. Les bateaux à moteur peuvent infliger aux lamantins des traumas invasifs ou non, qui dans les deux cas peuvent mener à la mort de l’animal. Cette mortalité peut être une conséquence directe des traumas ou bien des effets chroniques des ces derniers. Dans les cas où la mort est causée par les complications d’une lésion chronique, la cause primaire est considérée comme la cause de la mort.  Des lors qu’une cause de mortalité est déterminée elle est enregistré au sein d’une base de donnée et utilisée par les autorités fédérales et étatiques afin de déterminer une stratégie de conservation des lamantins. Les séquelles courantes de traumas dus aux bateaux à moteur comprennent les lésions cutanées, les déchirures musculaires, les fractures et luxations osseuses, les lacérations internes, l’hémothorax, le pneumothorax, le pyothorax, l’hydrothorax, les hémorragies abdominales et ascites ainsi que le pyopéritoine.

Mots clefs: Lamantin de Floride, mortalité, Trichechus manatus latirostris, traumas due aux bateaux à moteur. 
 
 
 
 
 

7- Pages 276-280 

APPLICATION DE TESTS POUR DIAGNOSTIQUER LA TOXOPLASMOSE AU SEIN D’UNE COLONIE DE SINGE LAINEUX (LAGOTHRIX LAGOTRICHA) 

Zoltan S. Gyimesi, D.V.M., Michael R. Lappin, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.V.I.M., J. P. Dubey, M.V.Sc., Ph.D. 

Résumé: Les infections à Toxoplasma gondii  constituent une cause courante de morbidité et de mortalité chez les primates du Nouveau Monde. Les signes cliniques associer à une toxoplasmose peuvent être non spécifiques, rendant difficile le diagnostic antemortem et la mise en place d’un traitement approprié. La toxoplasmose chez les singes du “Nouveau Monde” peut avoir une progression clinique rapide ce qui diminue l’utilité des tests diagnostics antemortem. Cependant puisque il existe  un grand nombre de test antigénique à T.gondii  et de PCR qui ne sont pas spécifique, ces tests n’ont  pas été appliqués aux singes Sud-américains. Les singes laineux (Lagothrix lagotricha) sont fortement sensibles aux toxoplasmoses fatales. Des échantillons de sérums de 15 lagotriches vivants ou décédés du zoo de Louisville (Louisville, Kentucky, USA) sont testés pour les antigènes à T.gondii à l’aide d’un kit d’agglutination sur latex, un kit d’hémagglutination indirecte et d’un test d’agglutination modifié. De plus, des aliquotes de sérum sont testés par PCR.  Les deux singes laineux morts de toxoplasmose disséminée sont positifs pour les quatre tests, suggérant ainsi que chacun de ces derniers aurait pu être utilisé pour diagnostiquer la toxoplasmose chez cette espèce. Il est donc suspecté que ces tests sont applicables chez les autres espèces de primates du « Nouveau Monde”.  

Mots clefs: Tests diagnostics, Lagothrix lagotricha, Toxoplasma gondii, toxoplasmose, singe laineux. 
 

8- Pages 281-291 

ISOLEMENT DE BACTERIES AEROBIES CHEZ DES PHOQUES COMMUNS (PHOCA VITULINA) ECHOUES A WASHINGTON ENTRE 1992 ET 2003 

Serena K. Lockwood, B.S., Judith L. Chovan, B.A., M.L.A., and Joseph K. Gaydos, V.M.D., Ph.D. 

Résumé: Des cultures bactériennes collectées sur une période de 12 ans provenant de phoques communs (Phoca vitulina) juvéniles et sevrés, échoués sur les iles de North Puget Sound et de San Juan dans la région de Washington sont analysées rétrospectivement afin de déterminer la bactérie pathogène la plus commune et de décrire leurs modèle de résistance antimicrobienne. Les cultures (n = 58) de blessures, de l’ombilic, des oreilles, de la conjonctive, des narines, des lésions orales et des excréments montrent la présence de 134 pathogènes, représentant 17 genres. La majorité des isolats sont Gram négatifs (n = 87, 65%) et sont le plus sensibles à l’amikacine (n = 76, 99%) et à la gentamicine (n = 76, 97%) mais moins à l’ampicilline (n = 76, 26%). Les isolats  Gram positifs testés (n = 29) sont tous sensibles à l’association amoxicilline/acide clavulanique. Les isolats bactériens les plus fréquemment isolés sont Eschericia coli (17%), les Streptococcus spp. béta-hémolytique (15%), les Enterococcus spp. (11%), et Pseudomonas aeruginosa (11%), qui montrent tous les quatre une résistance à plus de 50% des antibiotiques testés. La grande variété d’organismes isolés, la variation de prédominance entre les Grams positifs et les Grams négatifs ainsi que les différentes résistances aux antibiotiques observées, suggèrent  que lorsque l’on traite des phoques communs échoués, un isolement bactérien et un antibiogramme sont nécessaires et que le traitement doit être basé sur le résultat de ces derniers.   

Mots clefs: sensibilité antimicrobienne, bactérie, infection bactérienne, phoque commun, Phoca vitulina, pinnipède 

9- Pages 292-300 

CONCENTRATION EN CHOLESTEROL CHEZ DES GORILLES  (GORILLA GORILLA GORILLA AND GORILLA BERINGEI) ET DES ORANGS-OUTANS DE BORNEO SAUVAGES (PONGO PYGMAEUS)  

Debra A. Schmidt, Ph.D., Mark R. Ellersieck, Ph.D., Michael R. Cranfield, D.V.M., and William B. Karesh, D.V.M. 

Résumé: Les concentrations en cholestérol des gorilles et des orangs-outans captifs varient fortement selon l’espèce et les valeurs moyennes, précédemment publiées, sont  de 244 mg/dl pour les gorilles et de 169 mg/dl pour les orangs-outans. ISIS (The International Species Inventory System) rapporte des concentrations supérieures de 275 et 199 mg/dl pour les gorilles et les orangs-outans, respectivement. Il n’est pas possible de dire si ces valeurs sont typiques et/ou influencées par la captivité. Pour répondre à cette question des échantillons de sérum de gorilles de montagne (Gorilla beringei), de gorilles des plaines de l’ouest (Gorilla gorilla gorilla) ainsi que des orangs-outans de Bornéo (Pongo pygmaeus) sont analysés en vue de connaitre les concentrations en cholestérol total, en triglycéride, en HDL (high density lipoprotein) et en LDL (low density lipoprotein). Les gorilles de montagne ne diffèrent pas significativement des gorilles des plaines de l’ouest en ce qui concerne les concentrations des différentes molécules. Ces valeurs pourraient donc être un modèle pour les gorilles des plaines. Les concentrations en cholestérol total et en LDL des gorilles captifs sont significativement supérieures (P < 0.05) à celle des groupes sauvages. La concentration en triglycérides des gorilles captifs est significativement plus élevée (P < 0.05) que chez les males des gorilles de montagnes et des plaines de l’ouest, mais non significativement différent de celle des femelles gorilles de montagne.  Les concentrations en cholestérol total des orangs-outans captifs sont uniquement supérieurs (P < 0.05) à celles des femelles sauvages tandis que les concentrations en LDL sont supérieurs (P < 0.05) chez les individus sauvages des deux sexes.  Les concentrations en LDL calculées et mesurées sont comparées pour tous les animaux sauvages et sont significativement différents (P < 0.05) pour tous les groupes, ce qui indique que l’équation de Friedewald pour calculer le taux de LDL n’est pas adaptées aux primates n’ayant pas jeuné. Les concentrations  plus importantes en cholestérol total et en LDL chez les grands singes captifs pourraient prédisposer ces derniers aux maladies cardiovasculaires et pourraient être attribué à l’alimentation, à la limitation des efforts physiques ainsi qu’à des causes génétiques.  

Mots clefs: gorille, Gorilla gorilla gorilla, Gorilla beringei, orang-outan, Pongo pygmaeus, cholestérol, maladie cardiovasculaire, lipoprotéine 
 

10- Pages 301-305 

EVALUATION D’EMETTEUR VAGINAUX CHEZ DES WAPITIS (CERVUS ELAPHUS NELSONI) 

Bruce K. Johnson, Ph. D., Terrance McCoy, DVM, Christopher O. Kochanny, MS, and Rachel C. Cook, MS 

Résumé: L’effet d’émetteurs vaginaux quant aux dommages tissulaires qu’ils provoquent après 11 semaines chez 13 wapitis adultes (Cervus elaphus nelsoni) et les conséquences sur la reproduction chez 38 wapitis sauvages sont étudiés. Les émetteurs vaginaux sont conçus pour être expulsés lors de la parturition et sont utilisés pour localiser les sites de naissances des ongulés sauvages; cependant les effets potentiels sur le tissu vaginal ou sur la reproduction n’ont pour le moment jamais été étudiés. Ces implants vaginaux consistent en un émetteur enchâssé dans de l’acrylique avec une antenne dans sa partie distale et des ailettes dans sa partie proximale permettant de maintenir l’émetteur en place. A l’aide d’un cœlioscope sur des wapitis anesthésiés, il n’a pas été observé de nécrose ou de différences mesurables quant aux dommages tissulaires provoqués part un système d’ailettes de 80 ou de 150 mm après une période de 11 semaines. A la suite du test sur les wapitis captifs, des émetteurs  munis d’ailettes de 80 mm sont placés sur 38 wapitis sauvages gravides et 31 naissances ont été rapportées. Le destin de 7 faons n’a pas été déterminé du fait d’une expulsion de l’émetteur hors du lieu de naissance.  Trente six wapitis sont à nouveaux capturés au cours de l’automne 2003 et du printemps 2004, et 32 d’entre elles étaient gestantes. Cette étude ne montre donc pas d’effets à court ou long terme des émetteurs vaginaux sur la reproduction des femelles wapitis captives ou sauvages. 

Mots clefs: Cervus elaphus nelsoni, wapiti, cœlioscope, émetteur vaginaux. 
 

11- Pages 306-312 

SUIVI DU PORTAGE DE SALMONELLA DANS UNE COLLECITON DE SERPENTS A SONETTE (CROTALUS SPP.)

Lisa M. Grupka, B.S., Edward C. Ramsay, D.V.M. and David A. Bemis, Ph.D. 

Résumé: Durant les 15 dernières années, Salmonella enterica ss. Arizonae (IIIa) 56:z4, z23:-  a été plusieurs fois isolé sur des crotales de Willard (Crotalus willardi), montrant des signes d’ostéomyélite débilitante progressive au sein du parc zoologique de Knoxville. En avril 2004, ce sérotype est associé à un cas de septicémie fatale chez une autre espèce de crotale dans cette collection. Bien que l'association d'IIIA 56:z4, z23:-avec la maladie dans cette colonie de Crotalus willardi soit bien établie, l'isolement de ce sérotype en dehors de la colonie de C. willardi n'avait été documenté précédemment de même en ce qui concerne la distribution du sérotype dans le reste de la collection de Crotales. Quarante et un échantillons fécaux individuels (n= 36) ou collectifs (n= 5) de crotales, représentant 9 espèces sont obtenus. Des salmonella spp. sont isolées au sein de tous les échantillons avec 21 sérotypes différents. On retrouve les sérotypes S. enterica ssp. I (24%), IIIa (9%) et IIIb (67%) parmi les 21 échantillons. Non observé durant  l'étude principale, S. arizonae 56:z4, z23:-  est toutefois récupéré sur des échantillons supplémentaires issus de deux C. willardi willardi. Bien que l’isolement de ce sérotype dans les excréments soit faible, il apparaît que sa distribution parmi la collection de crotales du parc zoologique de Knoxville reste en grande partie limitée à l’espèce C. willardi.     

Mots clefs:  CHROM agar, Crotalus, serpent à sonette, Salmonella arizonae, Salmonella spp.

12- Pages 313-317 

TESTS PRELIMINAIRES POUR UNE NOUVELLE METHODE DE CONTRACEPTION  REVERSIBLE CHES DES CHIENS DES BUISSONS

(SPEOTHOS VENATICUS): VASECTOMIE OUVERTE ET RECANALISATION MICROSCOPIQUE  

Karen DeMatteo, Ph.D., Sherman Silber, M.D. , Ingrid Porton, M.S., Kathy Lenahan, Randall Junge, D.V.M., and Cheryl Asa, Ph.D. 

Résumé: la technique de vasectomie ouverte est réalisée chez quatre chiens des buissons mâles (Speothos venaticus)  dont trois subissent une recanalisation microscopique chirurgicale (vaso-vasectomie) entre 10 et 20 mois post vasectomie. La clef pour une recanalisation est de laisser la partie distale (testiculaire) de l’incision ouverte afin de permettre de diminuer la pression due au granulome cicatriciel. La partie proximale (abdominale) est cautérisée, permettant une cicatrisation efficace.  Cette technique prévient les surpressions sur l’épididyme et donc tous dégâts sur la fonction reproductrice du mâle. Les procédures des deux chirurgies sont ainsi décrites. Un des trois male ayant subi  la vaso-vasectomie est à l’origine d’un coït fécond. Cette étude démontre que ces techniques peuvent être utilisées avec succès chez les animaux. Concernant les deux autres paires, aucun des quatre animaux n’a pu etre considéré comme fertile avant le test, ainsi il n’est pas possible d’éliminer la possible infertilité de ces derniers. Cette technique peut toutefois avoir des applications limitées chez les carnivores, puisque la vasectomie n'empêche pas les effets potentiels d’une exposition prolongée et cyclique à la progestérone endogène chez les femelles. Dans d'autres taxons (par exemple les primates, les ongulés, les marsupiaux et les rongeurs) où les groupes de mâles sont communs, cette technique de stérilisation masculine réversible pourrait fournir la capacité de contrôler la reproduction chez ces mâles sans autant éliminer leur capacité reproductrice future ainsi que leurs interactions sociales. 

Mots clefs: contraception masculine, vasectomie “ouverte”, stérilisation réversible, Speothos venaticus, chien des buissons, faune sauvage 

13- Pages 318-326 

PHARMACOCINETIQUE ET PHARMACODYNAMIQUE DU CARFENTANIL ET DE LA NALTREXONE CHEZ DES FEMELLES ELANDS DU CAP (TAUROTRAGUS ORYX) 

Alexander Cole, D.V.M., Adrian Mutlow, Vet.M.B., M.Sc., Ramiro Isaza, D.V.M., M.S., Dipl. A.C.Z.M., James W. Carpenter, M.S., D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., David E. Koch, MS, Robert P. Hunter, M.S., Ph.D., and Betsy L. Dresser, Ph.D. 

Résumé: Les paramètres pharmacocinétiques du carfentanil et de la naltrexone sont déterminés chez l’éland du Cap (Taurotragus oryx). Six femelles adultes sont immobilisées à l’aide de xylazine (0.23 ± 0.03 mg/kg i.m.) et de carfentanil (0.0169 ± 0.0005 mg/kg i.m.) pour une période de 45 minutes, durant laquelle un bilan de santé est réalisé. Les fréquences cardiaque et respiratoire, la température corporelle sont monitorés au cours de la période anesthésique. Une dose unique intramusculaire de naltrexone (1.66 ± 0.08 mg/kg i.m.) est suffisante pour reversé l’animal. Les élands sont maintenus de façons intermittentes dans une cage de contention hydraulique afin de prélever des échantillons sanguins au niveau de la veine jugulaire durant et jusque 48 h après l’intervention. La quantification du carfentanil et de la naltrexone plasmatique est réalisée par chromatographie en phase liquide et par spectroscopie de masse. Le carfentanil est rapidement absorbé suite à son administration et le pic plasmatique (Cmax) intervient à 13,8 min. La naltrexone est aisément absorbée et attient son Cmax à 23.4 ± 16.8 min après l’injection. Tous les animaux se relèvent 2.7 ± 2.2 min (X¯ ± SD)  après l’administration de la naltrexone. Le carfentanil possède une demi-vie de 3,7 h. Tandis que la fréquence respiratoire a largement fluctué parmi les animaux, la fréquence cardiaque et la température corporelle sont restées stables au cours de l’anesthésie. La renarcotisation ne constitue pas une complication majeure ici.  

Mots clefs: Carfentanil, eland du Cap, naltrexone, pharmacocinétique, renarcotisation, Taurotragus oryx. 

14- Pages 327-335 

SCIENCE DE LA CONSERVATION A L’HEURE DU TERRORISME: IMPACT DES DEPISTAGE DE SECURITE DANS LES AEROPORT SUR LA VIABILITE ET L’INTEGRITE DE L’ADN DES SPERMATOZOIDES DE FELINS CONGELES 

Kayleen T. Gloor, Doug Winget, Ph.D., and William F. Swanson, D.V.M., Ph.D.

Résumé: En réponse à la croissance du terrorisme, l'Administration de Sécurité dans les transports (TSA) exige dorénavant que tous les bagages soient vérifiés, dans les aéroports américains, par un système de radiographie aux rayons X, qui pourrait augmenter le risque de dégâts due aux radiations des échantillons biologiques ainsi que des autres matériaux génétique sensibles. L’objectif de cette étude est d’investiguer les effets de ces nouvelles mesures de sécurité sur la viabilité et l’intégrité de l’ADN de sperme congelé de félidés. De la semence est collectée sur deux chats domestiques (Felis silvestris catus) et un chat pécheur (Prionailurus viverrinus), cryopréservée dans des paillettes, et transférée dans de l’azote liquide.

Certains échantillons de chaque mâle sont soumis une ou trois fois au système de radiographie de la TSA, d’autres ne sont soumis a aucun traitement (échantillon négatifs) et enfin des échantillons précédemment scannés trois fois sont soumis à cinq expositions supplémentaires de rayons X de haute intensité (échantillons positifs). Des dosimètres placés dans des conteneurs sont utilisés pour quantifier l’exposition aux radiations. Suite à ces traitements les paillettes sont décongelées et les spermatozoïdes sont étudiés pour leur motilité post décongélation (pourcentage de motilité, taux de mouvement progressif), l’état des acrosomes et l’intégrité de l’ADN à l’aide d’une électrophorèse sur gel (test comète). Les mesures dosimétriques montrent que chaque procédure de screening produit une radiation d’environ 16mRem. Les résultats indiquent que tous les niveaux de radiation affectent (P < 0.05) la motilité post décongélation des spermatozoïdes, mais le pourcentage d’acrosomes intacts ne diffèrent pas (P > 0.05) entre les groupes.  Les résultats montrent également que le taux de dommages sur le double brin d’ADN est supérieurs (P < 0.05) dans les échantillons scannés trois fois comparé aux échantillons scanné une seule fois ou pas du tout. Ceci permet de suggérer que les nouvelles mesures de sécurité dans les aéroports peuvent causer des altérations sur les spermatozoïdes congelés et les autres échantillons biologiques d’intérêt transportés par avion et qu’il faut utiliser des moyens alternatifs de transports de ces derniers dès que possible. 

Mots clefs: test comète, chat domestique (Felis silvestris catus), chat pécheur (Prionailurus viverrinus), radiation, spermatozoïdes 
 
 

15- Pages 336-346 

EVALUATION DE LA PRESENCE DE VIRUS ET DE LA FONCTION REPRODUCTRICE DU SPERME CONGELE ET DECONGELE DE CHATS MANULS (OTOCOLOBUS MANUL) INFECTES PAR L’HERPESVIRUS FELIN   

William F. Swanson, D.V.M., Ph.D., David J. Maggs, B.V.Sc., Dipl.  A.C.V.O., Heather E. Clarke, B.S., Annie E. Newell, D.V.M., Jennifer B. Bond, B.S., Helen L. Bateman, M.Sc., and Suzanne Kennedy-Stoskopf, D.V.M., Ph.D., Dipl . A.C.Z.M. 

Résumé: Bien que les herpèsvirus sont connus pour contaminer la semence de plusieurs espèces de mammifères, la présence de l’herpèsvirus félin de type 1

(FHV-1) n’a pour le moment jamais été décrit. L’objectif de cette étude est d’investiguer la présence d’ADN du FHV-1 dans les fluides séminaux et dans les spermatozoïdes congelés et décongelés de chats manuls (Otocolobus manul) infectés par le FHV-1 et d’évaluer l’efficacité de leur sperme in vitro.

Durant une période de 3 ans, de la semence (n = 33 éjaculats) est collectée par électroéjaculation chez quatre chats manuls infectés par le FHV-1 de façon chronique. Les éjaculats sont congelés sous forme de paillettes conservées dans l’azote liquide.   Après décongélation, la motilité des spermatozoïdes et l’état de leur acrosome sont étudiés lors de la culture in vitro. Concernant les fécondations in vitro, des oocystes de chats domestiques (Felis silvestris catus) sont  inséminés avec du sperme prélevé sur les chats manuls et la segmentation des embryons est étudiée. La PCR du FHV-1 est réalisé sur de l’ADN extrait du fluide séminal, du sperme congelé, des oocystes fécondés, d’embryons hétérologues fécondés in vitro et de biopsies conjonctivales pour lesquels ont recherche la présence d’une région de 322 paires de bases du gène de la thymidine kinase du FHV-1. Immédiatement après la décongélation, la motilité des spermatozoïdes et le pourcentage d’acrosomes intacts est plus bas (P < 0.05) que dans les échantillons de sperme frais et diminuent encore (P < 0.05) durant la culture. Quoi qu’il en soit, tous les échantillons de sperme congelé ont la capacité de féconder les oocystes de chats domestiques (46,1+/- 6,0% de segmentation). Les analyses par PCR sont négatives pour la présence d’ADN de FHV-1 dans les échantillons malgré la détection de cet ADN dans les biopsies conjonctivales. Ces résultats suggèrent dont que les semences collectées chez des chats manuls infectés par le FHV-1 ne contiennent pas de matériel biologique associé au virus et que le sperme congelé montre une fonction adéquate en vue d’un plan de conservation génétique et ce avec un risque minimal de transmission du FHV-1.  

Mots clefs: Reproduction assistée, cryopréservation, herpèsvirus, Otocolobus manul, Chat manul, semence. 
 
 
 

16- Pages 347-353 

EFFETS DE LA KETAMINE SUR L’ASSOCIATION CARFENTANIL/XYLAZINE CHEZ DES CERFS DE VIRGINIE (ODOCOILEUS VIRGINIANUS 

Timothy N. Storms, D.V.M., Juergen Schumacher, Dr. Med. Vet., Dipl. A.C.Z.M., David A. Osborn, M.S., Karl V. Miller, M.S., Ph.D., and Edward C. Ramsay, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M. 

Résumé: Les effets de l’ajout de kétamine à l’association carfentanil/xylazine dont la dose, injecté à la main, est choisie auparavant sont évalués chez 11 cerfs de Virginie (Odocoileus virginianus) par un test croisé. Deux dosages de kétamine injectés par voie intramusculaire sont évalués : 0,15 mg/kg et 0,30 mg/kg. Chaque cerf est anesthésié deux fois à deux semaines d’intervalles. L’induction est filmée et visionnée par des observateurs qui ne connaissant ni la molécule ni la dose utilisée doivent évaluer sa qualité.  Il est noté une diminution significative (P < 0.05) et dose dépendante de la fréquence cardiaque, de la SaO2 et du Ph artériel ; et une augmentation significative dose dépendante de la PaCO2. Le temps de l’induction  quelque soit le dosage est plus rapide (moyenne de 2.3 +/- 0.9 min pour le faible dosage, et  de 2.3 +/- 0.6 min pour le dosage fort) que celui rapporté lors de l’utilisation seule de l’association carfentanil/xylazine à la même dose. L’évaluation de la qualité,  bien que meilleure que celle observée lors de l’utilisation du protocole carfentanil et  xylazine seul est considéré dans les deux cas comme mauvaise. De l’hyperthermie (T > 41° C) est observée lors de 13 des 22 anesthésies. Le Ph artériel et la PaCO2 augmentent significativement 10 à 20 minutes après le réveil, mais une acidose (pH < 7.3) est observée durant l’anesthésie chez tous les cerfs. L’augmentation de la composante respiratoire de cette acidose est dépendante de la dose de kétamine lorsque qu’on la compare à celle observée lors de l’utilisation du protocole carfentanil/xylazine seul. Il est possible qu’une hypoxémie ait eu lieu lors des deux périodes et pour les deux groupes, tandis qu’une hypercapnie est observée uniquement dans le groupe dont le dosage en kétamine est haut. Le temps de réversion de la naltrexone et de la yohimbine est court (en moyenne 2,9 +/- 0,7 min pour le faible dosage et 3,3 +/- 0,8 min pour le dosage fort), et aucun signe de renarcotisation  n’est observé. Bien que le complément de kétamine à l’association carfentanil/xylazine soit à l’origine d’une induction plus rapide et de meilleure qualité, il est aussi noté que celle-ci augmente l’incidence des hyperthermies, des acidoses, des hypoxémies et des hypercapnies. Il est donc recommandé d’augmenter l’oxygène et de contrôler la température corporelle lors de l’utilisation de ce protocole.  

Mots clefs: cervidés, carfentanil, kétamine, Odocoileus virginianus, dose optimale, cerf de Virginie. 
 
 
 
 

17- Pages 354-360 

TECHNIQUE CHIRURGICALE DE LIGATURE DES TROMPES CHEZ LES CERFS DE VIRGINIE (ODOCOILEUS VIRGINIANUS) 

Robert A. MacLean, D.V.M., Nancy E. Mathews, Ph.D., Daniel M. Grove, D.V.M., Elizabeth S. Frank, M.A., Joanne Paul-Murphy, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M.

Résumé: La technique de ligature des trompes a été utilisée pour stériliser des cerfs de Virginie (Odocoileus virginianus) dans les zones urbaines  pour l’étude de l’impact des femelles entières et stérilisées sur la dynamique des populations et sur le comportement. Les biches ont été capturés (n= 55) à l’aide de pièges et induite par l’injection intramusculaire de l’association xylazine et tilétamine/zolazépam ou avec le même protocole par téléinjection (n= 12), puis intubées et maintenue sous isoflurane et oxygène. Durant 3 ans,  des femelles (n= 103) sont capturées individuellement au sein du “Highland Park”, Illinois, formant un sous ensemble de femelle stérilisées par ligature des trompes par laparotomie ventrale (n= 63). Les autres méthodes de stérilisation incluent la transaction des trompes par voie ventrale (n= 1) et latérale (n= 2) et l’ovariohystérectomie par laparotomie ventrale (n= 1). Une biche est décédée (mortalité 1/67, 1,5 %) en gestation avancée suite à une cœlioscopie latérale prolongée qui s’est terminée en laparotomie latérale. La méthode initiale de cœlioscopie a été modifiée pour une laparotomie ventrale afin de simplifier le projet et d’améliorer la voie d’abord chez les animaux en gestation avancée. La technique par laparotomie inclue la ligature des trompes et la transaction (n= 14), la pose d’agrafes sur l’oviducte (n= 9), la ligature et la salpingéctomie partielle (n= 40) et l’ovariohystérectomie (n= 1). Deux ans après la procédure, aucune biche ayant survécue à la chirurgie n’est observée avec un faon, indiquant que les techniques utilisées permettent une stérilisation du cerf de Virginie avec un taux de mortalité bas. 

    

Mots clefs: Mortalité de capture, contraception, Odocoileus virginianus, stérilisation, ligature des trompes, cerf de Virginie. 
 
 
 

18- Pages 361-365 

TAUX DE PLOMB SANGUIN CHEZ DES EIDER DE STELLER (POLYSTICTA STELLERI)  ET DES MACREUSES NOIRES (MELANITTA NIGRA) EN ALASKA A L’AIDE D’UN ANALYSEUR DE PLOMB PORTABLE.  

Corrine S. Brown, D.V.M., Joanne Luebbert, M.A., Daniel Mulcahy, Ph.D., D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., Jason Schamber, M.S. and Daniel H. Rosenberg.   

Résumé: Les populations de canards marins sont en déclin en Alaska. Les raisons de cette baisse ne sont pas connues, cependant l’exposition au plomb est un des suspects. Trente eiders de Steller (Polysticta stelleri) et 40 macreuses noires (Melanitta nigra) sont testés en vue de connaitre leur plombémie à l’aide d’un analyseur de plomb portable (LeadCare®, ESA, Inc. Chelmsford, Massachusetts 01824, USA). Soixante-sept soit 10 % des canards ont des niveaux de plomb sanguin non détectables, 30.0 %  des valeurs indiquant une exposition normale  et 2.9 % ont des valeurs indiquant une exposition marquée au plomb. Toutefois aucun des oiseaux n’a des valeurs indiquant une toxicité au plomb et aucun d’entre eux ne montrent des signes cliniques de toxicité.  Les oiseaux vivant dans les zones de densité humaine élevée ont des taux de plomb sanguins supérieurs à ceux vivant dans les zones de moindre densité humaine. C’est la première fois qu’un analyseur portable de plombémie est utilisé sur des canards marins lors d’une étude sur le terrain. Parce qu'il fournit des résultats immédiats, il s’agit donc d’un outil intéressant de dépistage pour effectuer des procédures chirurgicales sur des oiseaux en condition de terrain aussi bien que pour l’établissement de données de plombémie chez les canards marins. L'exposition au plomb est une réalité chez les canards marins et l'étude suggère que des études supplémentaires sont nécessaires afin de déterminer le rôle du plomb environnemental dans la baisse des populations de canards marins.

Mots clefs: Plombémie, Analyseur portable de plombémie, eider de Steller, Polysticta stelleri, macreuse noire, Melanitta nigra   

19- Pages 366-372 

EFFET DE LA RATION ALIMENTAIRE SUR LA QUALITE DES MATIERES FECALES CHEZ LES LANGURS DE JAVA (TRACHYPITHECUS AURATUS AURATUS)  

Joeke Nijboer,  B.Sc., Marcus Clauss, M.Sc, Dr. med. vet., Moniek Olsthoorn, B.Sc., Wendy Noordermeer, Tjalling R. Huisman, B.Sc., Celine Verheyen, M.Sc., Jan van der Kuilen, W. Jürgen Streich, Dr. rer. Nat. B.Sc. and Anton C. Beynen, Prof. Dr. Ir. 

Résumé: Une ingestion élevée en carbohydrates aisément fermentescibles et faible en fibres est généralement considérée comme le facteur majeur affectant la santé des langurs. L’effet du retrait des fruits et légumes de la ration alimentaire sur la consistance des matières fécales est étudié chez des Langurs de Java (Trachypithecus auratus auratus). Des études croisées sont effectuées au sein du zoo de Rotterdam et du zoo d’Apenheul, aux Pays-Bas. Durant la première et la troisième phase de l’étude, les langurs sont nourris avec leur ration habituelle contenant des fruits, des légumes, des granulés pour langurs et des branchages. Pendant la deuxième phase, les fruits et les légumes sont retirés de la ration et la ration se compose exclusivement de granulés et de branchages. La consistance des matières fécales est évaluée par comparaison avec une échelle de score fécal développé pour les langurs. Au cours de la deuxième phase de l’étude, la consistance des fèces s’est significativement améliorée dans les deux parcs. A travers les tests, il ressort que l’augmentation de consistance des matières fécales est corrélée à l’augmentation des fibres structurelles (mesurées comme fibres détergentes neutres-NDF-) et à la diminution de la matière humide. Il est donc suggéré que l’effet combiné d’une diminution des sucres solubles, de l’augmentation des fibres et d’une diminution du taux en eau dans la ration abouti à des matières fécales plus solides. Les résultats suggèrent qu’un taux de NDF proche de 46 % dans la matière sèche résulte en une consistance des fèces indicatrice d’une fonction  digestive efficiente.  

Mots clefs: Trachypithecus auratus auratus, langurs de Java, alimentation, nutrition, score fécal, consistance fécale, dérèglement digestif, fibres   
 
 

20- Pages 373-380 

EVALUATION D’UNE POMPE OSMOTIQUE POUR LA LIBERATION D’AMIKACINE IMPLANTEE CHEZ UN SERPENT DES BLES (ELAPHE GUTTATA GUTTATA) 

John M. Sykes IV, D.V.M., Edward C. Ramsay, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., Juergen Schumacher, Dr. med. vet., Dipl. A.C.Z.M., Gregory B. Daniel, D.V.M., Dipl. A.C.V.R., Sherry Cox, Ph.D., and Mark Papich, D.V.M., M.S., Dipl. A.C.V.C.P.   

Résumé: Le risque d’envenimation encourue par les manipulateurs de serpents venimeux durant l’administration de médicaments limite fortement les possibilités de traiter ces animaux.  Il existe dans le commerce une pompe osmotique sous la forme d’un implant cylindrique indépendant qui agit sous l’effet d’une différence de pression osmotique entre les fluides extracellulaires et l’agent osmotique au sein de la pompe. Une pompe osmotique chargée avec de l’amikacine est placée chirurgicalement  dans la cavité cœlomique de cinq serpents des blés adultes (Elaphe guttata guttata) (Groupe A). Quatre serpents (Groupe B) reçoivent une injection intramusculaire d’amikacine à la dose de 5 mg/kg suivi par une dose de 2.5 mg/kg toutes les 72 heures pour un total de quatre injections. La concentration plasmatique en amikacine des deux groupes est mesurée. La fonction rénale est évaluée avant et après le traitement par scintigraphie avec du 99mTc-mercaptoacetyltriglycine (99mTc-MAG3) ainsi que la mesure de l’acide urique plasmatique. La moyenne de concentration en amikacine dans le groupe A est de  6.9 + 1.7 μg/ml (attendu = 8.0 μg/ml) et le débit de la pompe est de 0.134 + 0.017 μl/h (attendu = 0.130 μl/h). Les moyennes des concentrations au pic plasmatique et  basales en amikacine dans le Groupe B sont de 22.7 + 8.5 μg/ml et de 14.3 + 7.0 μg/ml, respectivement. Tandis que ni la scintigraphie, ni la concentration plasmatique en acide urique n’indique une toxicité dans l’un ou l’autre groupe, l’administration continue d’un aminoglycoside peut causer une néphrotoxicité et rien ne montre que cette méthode d’administration d’amikacine est efficace pour traiter les infections bactériennes chez les serpents. De plus, suite à la migration d’une des pompes dans la trachée causant une asphyxie et la mort d’un des animaux, ces pompes ne semblent pas appropriées à une localisation intracoelomique chez les serpents des blés. Néanmoins, la pompe osmotique permet l’administration de la molécule au débit espéré et est efficace à l’obtention d’une concentration plasmatique en amikacine au niveau attendu. Ces pompes peuvent donc constituer une alternative plus sur aux injections répétées chez les serpents venimeux et agressif.    

Mots clefs: Pompe asmotique Alzet®, amikacine, scintigraphie rénale, hypercalcémie, hyperphosphatémie, pharmacocinétique, Elaphe guttata, serpent 
 
 
 
 

21- Pages 381-386 

CHIRURGIE ET GESTION POSTOPERATOIRE D’UNE URETHROSTOMIE PERINEALE CHEZ UN CHIMPANZE (PAN TROGLODYTES) 

Adrian G. Mutlow, Vet.M.B., M.Sc., William D. Mauch, M.D., James W. Carpenter, M.S., D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., and Todd Smith, R.N., B.S.N. 

Résumé: Un chimpanzé (Pan troglodytes) atteint d’une perte du pénis distal suite à un traumatisme développe un gonflement progressif de l’urètre ventral accompagné d’une dysurie. A l’endoscopie on observe un diverticule urétral dont la paroi est reséquée. Une infection postopératoire entraine une nécrose extensive du pénis nécessitant une uréthrostomie périnéale. Les complications de l’uréthrostomie comprennent entre autre l’obstruction urétrale suite à une striction de l’urètre. La striction est gérée par des dilatations régulières à l’aide de bougies urétrales.  Du fait d’œdèmes importants, la cathéterisation de l’urètre est requise pour permettre la miction tant après la résection du diverticule qu’après le retrait du polype. Un cathéter court et suturé à la peau est toléré pendant 10 jours. Quatre ans après l’uréthrostomie, l’animal est en bonne santé et est asymptomatique suite aux endoscopies réalisées tous les 12 mois. Ce cas démontre qu’avec des soins appropriés, l’uréthrostomie périnéale est une technique efficace dans le traitement des obstructions chroniques de l’urètre distale chez le chimpanzé et probablement chez les autres primates. 

Mots clefs: Chimpanzé, Pan troglodytes, diverticule urétral, uréthrostomie, striction urétrale, polype urétral 
 
 
 

22- Pages 387-392 

SERIE D’ANESTHESIE CHEZ DEUX RHINOCEROS BLANCS NOUVEAUX NES (CERATOTHERIUM SIMUM) POUR LE TRAITEMENT D’ESCARRES DE DECUBITUS 

A. Rae Gandolf, D.V.M., Tiffany M. Wolf, D.V.M., and Robin W. Radcliffe, D.V.M, Dipl. A.C.Z.M. 

Résume: Deux rhinocéros blancs nouveaux nés provenant de deux institutions zoologiques sont traités pour des plaies caractérisées par une nécrose multifocale extensive de la peau et du tissu sous-cutanée, associées à des escarres de décubitus.  Les lésions sont dues à de longues périodes de décubitus suite a l’impossibilité de se tenir debout pour un cas et de causes non confirmées dans l’autre cas.  Les deux petits sont nés sur un sol en béton durant l’hiver. L’utilisation du butorphanol (i.v. ou i.m.) seul ou en association avec la détomidine (i.m), permet la contention chimique des animaux plusieurs fois durant une période de 6 semaines, facilitant ainsi les soins.  L’anesthésie est bien tolérée chez les deux jeunes et les lésions répondent bien au traitement médical.  

Mots clefs: Rhinocéron, Ceratotherium simum, nécrose de pression, décubitus, anesthésie, déformation angulaire des membres. 
 
 
 
 
 

23- Pages 393-396 

SUSPICION D’UNE ANOMALIE VASCULAIRE  DE LA MOELLE EPINIERE CERVICALE D’UN PHACOCHERE (PHACOCHOERUS AFRICANUS) 

Douglas P. Whiteside, D.V.M., D.V.Sc., Todd K. Shury, D.V.M., Sandra R. Black, D.V.M., Path Dip., and Stephen Raverty, D.V.M., Dipl. A.C.V.P.

    

Résumé: Les myélopathies vasculaires de la moelle épinière ne sont pas décrites chez les suidés et sont rares chez les animaux de compagnie. Un phacochère femelle de 8 ans et demi est présenté avec un début de tétraparésie sévère. En se basant sur les signes neurologiques, une lésion de la moelle épinière entre C7 et T2 est suspectée. Un examen d’imagerie à résonance magnétique révèle une hémorragie sévère intramédullaire associée à des vaisseaux spinaux anormaux au niveau de la septième vertèbre cervicale. La manifestation aigue des signes cliniques et la rapide détérioration neurologique exclu le recours a la chirurgie. Une anomalie vasculaire est suspectée en se basant sur la pathologie et l’histologie. L’examen immuno-histochimique identifie la lésion comme un hématome intramédullaire spontané.  L’hématomyélie intramédullaire spontanée doit donc être prise en compte dans le diagnostique différentiel des parésies aigues chez les suidés.  

Mots clefs: hématomyélie, myélopathie, Phacochoerus africanus, moelle épinière, phacochère. 
 
 
 
 

24- Pages 397-400 

GESTION MEDICALE D’ UN ABCES DU STROMA CORNEEN D’UNE FEMELLE ELEPHANT D’ASIE (ELEPHAS MAXIMUS 

Ellen B. Wiedner, V.M.D., Dipl. A.C.V.I.M., Ramiro Isaza, D.V.M., M.S., Dipl.

A.C.Z.M., Laurence E. Galle, D.V.M., Dipl. A.C.V.O., Kathleen Barrie, D.V.M., Dipl. A.C.V.O., and William A. Lindsay, D.V.M., Dipl. A.C.V.S.  

Résumé: Une femelle éléphant d’Asie (Elephas maximus) de 47 ans développe un abcès du stroma cornéen de l’œil droit.  L’éléphant est entrainé à ouvrir l’œil pour le traitement ophtalmique topique, et est traité six fois par jour avec des antibiotiques et une solution antifongique durant deux mois. Des anti-inflammatoires non stéroïdiens sont utilisés pour gérer la douleur et de l’atropine est appliqué sur l’œil pour dilater la pupille et ainsi assurer un meilleur confort à l’animal. La néovascularisation de l’abcès commence légèrement après le début du traitement et la guérison complète est obtenue en 7 semaines.  

Mots clefs: Eléphant d’Asie, Elephas maximus, cornée, abcès stromal 
 
 

25- Pages 401-404 

LYMPHOME EPITHELIOTROPE CHEZ UN BONTEBOK CAPTIF (DAMALISCUS PYGARGUS)  

Rob L. Coke, D.V.M., Michael M. Garner, D.V.M., Dipl. A.C.V.P., Gary D. West, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., John P. Hoover, M.S., D.V.M., Dipl. A.B.V.P, Dipl. A.C.V.I.M, and Brian Murphy, D.V.M. 

Résumé: Une femelle bontebok captive (Damaliscus pygargus) de 16 ans et estimée à 75 kg est présentée avec un historique de diarrhée chronique et de perte de poids depuis un mois. Aucune cause expliquant l’état de l’animal n’ayant  été trouvé ante mortem, l’animal est euthanasié lorsque les traitements empiriques ne font plus aucun effet. A l’autopsie de nombreux nodules sont présents sur la plèvre et dans le parenchyme pulmonaire et le pancréas apparait inflammé et fibrotique.  L’examen histologique révèle la présence d’un lymphome dans les ganglions mésentériques, dans le tube digestif, le tractus génital et dans le foie. Au sein de l’intestin grêle, du gros intestin, du rumen, de l’œsophage, de la vésicule biliaire et du vagin, les cellules néoplasiques ont un tropisme pour les épithéliums. Les cellules néoplasiques se trouvant dans l’épithélium et le sous-épithélium du tractus digestif se colorent positivement au CD3, ce qui est compatible avec une différenciation des lymphocytes T.

    

Mots clefs: Bontebok, Damaliscus pygargus, épithéliotropisme, lymphome, néoplasme. 
 
 
 
 

26- Pages 405-408 

UTILISATION D’UN LOCALISATEUR DE NERF POUR FACILITER LES BLOCS DU NERF MANDIBULAIRE CHEZ LES CROCODILIENS. 

James F.X. Wellehan, D.V.M., M.S., Cornelia I. Gunkel, Dr.Med.Vet., David Kledzik, Sheilah A. Robertson, B.V.M.S., Ph.D., Dipl. A.C.V.A. and Darryl J. Heard, B.V.M.S., Ph.D., Dipl. A.C.Z.M. 

Résumé: Dans le cadre d’une évaluation des problèmes dentaires dans une grande collection de crocodiliens, des blocs du nerf mandibulaires sont réalisés chez les animaux.  Un localisateur de nerf  est utilise pour faciliter le positionnement du bloc nerveux chez des alligators du Mississipi (Alligator mississippiensis), des caïmans Yacares (Caiman yacare) et des crocodiles nains (Osteolaemus tetraspis). L’analgésie est un aspect souvent sous-exploité des soins aux reptiles. L’utilisation d’un stimulateur nerveux fournit des mesures objectives des blocs de conduction nerveuse et pourrait être utile chez les espèces exotiques pour lesquelles les repères anatomiques pour les blocs nerveux ne sont pas bien établis.

Mots clefs: Crocodiliens, alligator, Alligator mississippiensis, caïman yacare, Caiman yacare, crocodile nain, Osteolaemus tetraspis, analgésie locale, électrolocalisation, localisateur de nerf, nerf mandibulaire, mépivacaïne 
 
 
 
 

27- Pages 409-412 

GESTION MEDICALE D’UNE MENINGITE A TOXOPLASME CHEZ UN CAPUCIN A FACE BLANCHE (CEBUS CAPUCINUS) 

Christine V. Fiorello, D.V.M., Ph.D.; Darryl J. Heard, B.V.M.S., Ph.D., Dipl. A.C.Z.M.; Heidi L. Barnes Heller, D.V.M.; and Kathy Russell, B.S. 

Résumé: Un capucin à face blanche (Cebus capucinus) de 32 ans est présenté pour paraparésie. Le diagnostic de méningite à protozoaires est posé en se basant sur la pléiocytose lymphocytaire associé à une élévation des protéines dans le liquide cérébrospinal ainsi qu’une sérologie positive à Toxoplasma gondii au titre de 131,072 à l’aide d’un test d’hémagglutination indirect. Le traitement à base de clindamycine et de l’association triméthoprime-sulfamidés permet une amélioration en 3 jours et une guérison clinique complète en 2 semaines.   

Mots clefs: capucin, Cebus capucinus, liquide cérébrospinal, Toxoplasma gondii, méningite. 
 
 
 

28- Pages 413-415 

INFECTION A MYCOBACTERIUM ASIATICUM CHEZ UN TAMARIN A MAIN ROUSSE (SAGUINUS MIDAS) 

Jessica Siegal-Willott, D.V.M., Ramiro Isaza, D.V.M., M.S., Dipl. A.C.Z.M., Christine Fiorello, D.V.M., Ph.D., Mary Reinhard, D.V.M., Dipl. A.C.V.P., Dipl. A.C.L.A.M. 

Résumé: Un tamarin à main rousse (Saguinus midas) mâle entier de 4 ans est examiné suite à l’augmentation de taille d’une masse axillaire depuis 6 mois. Les résultats diagnostics incluent un test de tuberculination positif, une sévère leucocytose persistante et une hyperglobulinémie. Une espèce de mycobactérie non-tuberculeuse isolée de la masse est identifiée comme étant Mycobacterium asiaticum en utilisant la séquence de l’ADNr 16s et une chromatographie en phase liquide à haute performance. 

Mots clefs: Mycobactéries, Mycobacterium asiaticum, Mycobactéries non-tuberculeuse, primate, Saguinus midas, tamarin 
 

29- Pages 416-419 

TRAITEMENT D’UNE OSTEOARTHRITE DEGENERATIVE CHEZ UN TIGRE DU BENGALE (PANTHERA TIGRIS TIGRIS) A L’AIDE DE MELOXICAM ET DE LA DENERVATION DE L’ARTICULATION COXOFEMORAL   

Douglas P. Whiteside, D.V.M., D.V.Sc., Audrey M. Remedios, D.V.M., Dipl. A.C.V.S., Sandra R. Black, D.V.M., Dip. Path., and Susan T. Finn-Bodner, D.V.M., M.S., Dipl. A.C.V.R.

Résumé: Un tigre blanc du Bengale adulte (Panthera tigris tigris) avec une atrophie prononcée de la musculature pelvienne est diagnostiqué atteint d’une ostéoarthrite dégénérative de l’articulation coxo-fémorale. En première intention, l’utilisation du meloxicam, anti-inflammatoire non stéroïdiens, et  du polysulfate pentosan, un glucosaminoglycane synthétique, abouti à l'amélioration clinique et à la stabilisation radiographique de l’arthrite durant plusieurs mois. Cependant, comme la douleur est toujours présente, la dénervation bilatérale de l’articulation coxo-fémorale est entreprise, ce qui améliore avec succès les douleurs ostéoarthritiques chez le tigre. Le meloxicam possède une bonne efficacité clinique pour le traitement des ostéoarthrites ainsi que sur les autres causes de douleurs chez les grands félins. La dénervation de l’articulation coxo-fémoral offre beaucoup d’avantage pour le traitement de cette affection chez les espèces de carnivores exotiques, et devrait donc être considéré comme un traitement viable.  

Mots clefs: coxo-fémorale, dénervation, meloxicam, ostéoarthrite, Panthera tigris tigris, tigre 
 
 

30- Pages 420-423 

INFECTION A KLOSSIELLA  CHEZ UN ZEBRE DE HARTMANN (EQUUS ZEBRA HARTMANNAE) 

Wm. Kirk Suedmeyer, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., Eva Restis, D.V.M., and Brenda T. Beerntsen, Ph.D.  

Résumé: Une femelle zèbre de Hartmann (Equus zebra hartmannae) de 18 ans meurt suite à une fracture cervicale d’origine traumatique. L’examen au microscope du tissu rénal révèle la présence de quelques sporocystes de coccidies et de sporontes bourgeonnant contenant des sporoblastes enchâssé dans une membrane bilaminée  dans les tubulis rénaux, compatibles avec le diagnostic morphologique de Klossiella equi, une coccidie du parenchyme rénal des équidés. Des analyses urinaires répétées de plusieurs zèbres de Hartmann ne montrent pas la présence de sporocystes, considéré comme le stade infectant du parasite.

Le cycle parasitaire définitif de Klossiella equi est inconnu, quoi que l’on présume que la transmission se fasse par voie orale via les urines. Bien que généralement considéré une découverte fortuite, Klossiella equi est associée aux néphroses et néphrites chez les équidés dont l’immunité est compromise et devrait donc être considéré pour toute maladie rénale chez ces derniers, y compris les zèbres.

Mots clefs: Coccidies, Zèbre de Hartmann, Equus zebra hartmannae, Klossiella equi. 
 
 
 
 

31- Pages 424-426 

TUMEUR INTRAEPITHELIALE CONJONCTIVO-CORNEALE CHEZ UN ELEPHANT D’ASIE (ELEPHAS MAXIMUS)  

F.T. Fraunfelder, M.D., Mitch Finnegan, D.V.M., and David J. Wilson, M.D. 

Résumé: Une femelle éléphant d’Asie adulte (Elephas maximus) est présentée avec une masse au niveau de l’angle nasale de l’œil gauche. La masse est retirée et les marges chirurgicales sont traitées par cryothérapie au nitrogène liquide. L’histopathologie de la pièce d’exérèse définie la masse comme une lésion oculaire dysplasique superficielle ou comme une tumeur intraépithéliale conjonctivale. Un suivi sur 5 ans est observé sans aucune complication ou rechute, suggérant qu’a l’instar de l’humain (Homo sapiens) l’exérèse associée à la cryothérapie est un traitement efficace pour ce genre de lésion chez les éléphants. Il s’agit du premier cas rapporté de tumeur oculaire chez un éléphant.  

Mots clefs: Eléphant d’Asie, Elephas maximus, cryothérapie au nitrogène liquide, tumeur oculaire. 
 
 

32- Pages 427-429 

INFESTATION PAR DES PUCES (PULEX SIMULANS) CHEZ DES GRANDS FOURMILLIERS CAPTIFS (MYRMECOPHAGA TRIDACTYLA) 

Adrian G. Mutlow,  Vet.M.B,. M.Sc., Michael W. Dryden, D.V.M., Ph.D. and Patricia A. Payne, D.V.M., Ph.D. 

Résumé: Un couple de grand fourmilier (Myrmecophaga tridactyla) est présenté avec une infestation massive par une espèce de puce (Pulex simulans) couramment retrouvée chez les Opossums de Virginie (Didelphis virginiana) et les ratons laveurs (Procyon lotor) dans le centre des Etats Unis. Dans ce cas, il a été démontré que les puces ont réalisé l’entièreté de leur cycle avec le fourmilier comme hôte. Une application topique unique avec de l’imidaclopride, associée au changement de litière a été rapidement effective pour contrôler l’infestation et aucun effet indésirable n’a été. Le contrôle de l’infestation chez les fourmiliers a également permit de stopper l’infestation par les puces des oryctéropes du même bâtiment.  

Mots clefs: Oryctérope, fourmilier, puce, imidaclopride, Myrmecophaga tridactyla, Pulex.

Location

581705 White Oak Road
Yulee, FL 32097 USA

Contact Us

Local: (904) 225-3275
Fax: (904) 225-3289
Email:Admin@AAZV.org