Print Page | Contact Us | Report Abuse | Sign In | Join Today
jzwm_frenchabstract_v37n4_2006

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 

Volume 37, Issue 4

Résumés 
 
 
 

1- Pages 447-453  

ELECTROCARDIOGRAPHIE CHEZ DEUX SOUS ESPECES DE LAMANTINS (TRICHECHUS MANATUS LATIROSTRIS AND T. M. MANATUS) 

Jessica Siegal-Willott, D.V.M., Amara Estrada, D.V.M., Dipl. A.C.V.I.M. (Cardiology), Robert Bonde, B.A., Arthur Wong, B.S., Daniel J. Estrada, M.B.A., M.H.A, Kendal Harr, D.V.M., M.S., Dipl. A.C.V.P. 

Résumé : Des électrocardiogrammes (ECG) sont réalisés chez deux  sous-espèces de lamantins (Trichechus manatus latirostris et T. m. manatus) vigils et considérés en bonne santé lors d’examens de routine sur le terrain, en Floride et à Belize. Six jeunes (sevré ou pas) et six adultes sont maintenus en position ventrale durant l’ECG. Six tracés ECG sont enregistrés pour chaque lamantin et les paramètres suivants sont étudiés : rythme et fréquence cardiaque, morphologie, amplitude et durée des ondes P, QRS et T ainsi que l’axe électrique moyen. Les résultats sont évalués par le test statistique t pour la différence des moyennes. Aucune différence statistique n’est observée, en se basant sur le sexe ou la sous espèce des lamantins, pour les critères mesurés. Des différences statistiques existent néanmoins entre les adultes et les jeunes pour la fréquence cardiaque (p = 0.047), la durée de l’onde P (p = 0.019), l’intervalle PR (p = 0.025) et l’axe électrique moyen (p = 0.021). Ces résultats révèlent un rythme sinusal normal, aucune arythmie détectable, des intervalles PR et QT prolongés, une durée de l’onde P prolongée et une faible amplitude de l’onde R comparés aux cétacés et autres mammifères marins. Cet article donne des indications quant à la technique et les enregistrements de bases chez les lamantins sauvages qu’ils soient jeunes ou adultes. Il démontre également qu’une évaluation de l’activité cardiaque chez les lamantins vigils est réalisable et peut être utile aux vétérinaires et biologistes, lors des examens de santé routiniers pour ainsi détecter la présence de maladie ou de dysfonctionnement cardiaque. 

Mots clefs: Electrocardiogramme, coeur, lamantin, axe électrique moyen, arythmie sinusale, Trichechus manatus. 
 

2- Pages 454-463 
 

EVALUATION ECHOCARDIOGRAPHIQUE DU GRAND DAUPHIN (TURSIOPS TRUNCATUS). 

Mark Sklansky, M.D., Gregg Levine, D.V.M., Dielle Havlis, Nicole West, Michael Renner, D.V.M., Curtis Rimmerman, M.D., Rae Stone, D.V.M.  

Résumé: Un examen échocardiographique sûr et efficace représenterait un outil intéressant, pour l’évaluation cardiaque du dauphin, par les vétérinaires et physiologistes s’occupant des mammifères marins. Malheureusement la technologie classique (échocardiographie transthoracique) en matière d’échographie est limitée par des obstacles logistiques, anatomiques et comportementaux. Cinq grands dauphins adultes de l’Atlantique (Tursiops truncatus) sont entrainés pour un examen échocardiographique (pour quatre d’entre eux par voie transthoracique et transoesophagienne, et pour un uniquement par voie transthoracique).  Il est noté que la qualité des images par voie transoesophagienne s’améliore quand les dauphins exhalent spontanément.  Par la suite, les dauphins sont conditionnés à retenir leur respiration suite à une exhalation forcée, et des images sont prises lors de tel comportements. Environ 25 examens tranthoraciques et 100 par voie tranoesophagienne sont réalisés, incluant des images en 2 dimensions et en Doppler couleur. Les images par voie transthoracique ne montrent que de faibles portions du Coeur et de piètre qualité. A l’inverse, les images transoesophagiennes, améliorées par l’apnée suite à l’expiration, rapportent des images de très bonne qualité et ce de l’entièreté du cœur (les valvules mitrale, tricuspide, aortique et pulmonaire, les septums atrial et ventriculaire, Les oreillettes gauche et droite, les ventricules droit et gauche et les artères aortes et pulmonaires principales).  Le doppler couleur montre une légère régurgitation mitrale chez tous les dauphins. Une légère régurgitation aortique est également observée chez un des dauphins chez qui  est observée une masse pédonculée au niveau de la jonction sinotubulaire juste au dessus de la valve aortique.  Aucune complication n’est notée chez les dauphins non sédatés. Le cœur du grand dauphin peut donc être évalué d’une manière sure, efficace et reproductible à l’aide d’un examen echocardiographique par voie transoesophagienne associé à l’apnée. Cette approche, ainsi que les données échocardiographique issues de cette étude,  donne une base pour les futures études d’échocardiographie chez les cétacés. 

Mots clefs : Grand dauphin, cardiologie, échocardiographie, échocardiographie transoesophagienne, Tursiops truncatus. 
 

3- Pages 464-471 

VALEURS SANGUINES DE TORTUES LUTH SAUVAGES (DERMOCHELYS CORIACEA) EN NIDIFICATION SUR LES COTES DU GABON  

Sharon L. Deem, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.Z.M., Ellen S. Dierenfeld, Ph.D., Guy Phillipe Sounguet, B.S., A. Rick Alleman, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.V.P., Carolyn Cray, Ph.D., Robert H. Poppenga, D.V.M., Ph.D., Terry M. Norton, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., and William B. Karesh, D.V.M. 

Résumé : La tortue Luth est la plus menacées des sept espèces de tortues marines. Le statut de santé des tortues Luth est mal connu, bien que le nombre de femelle nidifiant enregistré dans le monde entier chute précipitamment depuis les dernières décennies. Les plages africaines pourraient constituer les derniers bastions de nidification pour la tortue luth. Dans cette région l’industrie pétrolière et les captures accidentelles constituent une menace pour la santé de la population.  Un examen physique, un examen hématologique, une biochimie plasmatique, une concentration plasmatique en cortisol, une électrophorèse des protéines plasmatiques, un calcul des concentrations plasmatiques en vitamine ainsi qu’une étude de paramètres toxicologiques sont réalisés chez des tortues luths nidifiant au Gabon. La condition clinique des 35 tortues examinées est considérée comme bonne. Les valeurs sanguines pour une partie des animaux  sont comparées aux résultats publiés pour les autres tortues marines. D’après l’auteur, il s’agit de la première publication concernant des valeurs d’hématologie, de biochimie plasmatique ainsi que d’électrophorèse des protéines chez des tortues luths.   

Mots clefs: Dermochelys coriacea, Gabon, santé, hématologie, tortue luth, biochimie plasmatique. 
 
 
 
 
 

4- Pages 472-476  

GLUCOSURIE CHEZ LES OKAPIS CAPTIFS (OKAPIA JOHNSTONI) 

Gregory J. Fleming, D.V.M, Dipl. A.C.Z.M., Scott B. Citino, D.V.M, Dipl. A.C.Z.M., and Ann Petric, B.S. 

Résumé: Dix huit des trente huit okapis hébergés aux États-Unis ont été diagnostiqués glucosurique par analyse de bandelettes urinaires. Pour confirmer ces observations, la concentration urinaire en glucose d’une collection (n=10) est analysée par deux méthodes : bandelettes urinaires et analyse quantitative. Sept des échantillons urinaires sont positifs pour le glucose sur les bandelettes avec des mesures de glucose comparables par analyse quantitative. Lors d’un examen de contrôle, des okapis (n=10)  élevés en captivité dans des conditions naturelles sont testés pour la glucosurie par des bandelettes urinaires ; tous sont négatifs. Les concentrations en fructosamine (221-362 μmol/l) et en insuline (9-45 pmol/l, 1.17-5.85 uU/ml) sont déterminées pour des okapis (n=6) avec ou  sans glucosurie pour des résultats considérés comme étant dans les limites normales pour les autres ruminants. Ces résultats montrent que la glucosurie est une réalité chez de nombreux okapis cliniquement sains aux Etats-Unis. 

Mots clefs : Glucosurie, reins, okapi, maladie rénale, glucose urinaire. 

5 - Pages 477-486 

LA FLUOROSE COMME CAUSE PROBABLE DE BOITERIE CHRONIQUE CHEZ DES KANGOUROUS GEANTS SAUVAGES (MACROPUS GIGANTEUS) 

Emily Clarke, B.V.Sc.(Hons), B.Anim.Sc., Ian Beveridge, D.V.Sc., Ph.D., Ron Slocombe, B.V. Sc(Hons), Ph.D., Dipl. A.C.V.P., and Graeme Coulson, B.Sc., Ph.D. 

Résumé: Une population de kangourous géants (Macropus giganteus) originaire des plaines et zones cultivées entourant une usine d’extraction d’aluminium (Portland, Victoria, Australie), montrent des signes cliniques de boiterie.  Une enquête est entreprise pour déterminer la cause de ces boiteries. Les examens hématologique, nécropsique, histopathologique, coprologique ainsi que l’étude du statut reproducteur et des classes d’âge de la population ne montrent aucun signe supplémentaire d’une maladie sous-jacente.  Le problème spécifique de boiterie est étudié par des examens histopathologique, radiographique, échographique quantitatif, microradiographique des os ainsi que des analyses multiéléments d’échantillons de cendre d’os.  Les lésions significatives observées sont : ostéophytes du tibia et de l’ulna proximal, du tarse, du métatarse IV et des vertèbres coccygiennes proximales; ostéopénie du fémur, du tibia, et du métatarse IV; Hypoplasie de l’émail des incisives; usure des dents; minéralisation anormale et hétérogène de la matrice osseuse; augmentation de la densité osseuse; et niveau de fluorure osseux élevés.  La microradiographie des kangourous atteints montre des « ostéons noirs » connus pour être un signe de fluorose. Ces lésions sont compatibles avec le diagnostic de fluorose. 
 

Mots clefs: Kangourou géant, fluorose, boiterie, Macropus giganteus. 

6- Pages: 487- 491 

INFLUENCE SAISONNIERE DES VALEURS HEMATOLOGIQUES ET DE L’ELECTROPHORESE DE L’HEMOGLOBINE CHEZ DES BOA CONSTRICTOR AMARILI DU BRESIL  

Carla C. Machado, Luis F. N. Silva, Paulo R. R. Ramos, D.P.B, PhD. and Regina K. Takahira, D.V.M., PhD. 

Résumé: En tant qu’animaux ectothermes, les serpents dépendent exclusivement de l’environnement  pour ce qui est du maintien d’une température appropriée, laquelle influence grandement leur activité. Vingt cinq Boa constrictor amarili adultes élevés en captivité sont utilisés afin de déterminer l’influence de la saison sur leurs valeurs hématologiques et sur le profil électrophorétique de l’hémoglobine. Une numération sanguine ainsi qu’un examen parasitaire du sang sont réalisés durant l’été et l’hiver 2004. L’hémoglobine est stockée en vue de réaliser une électrophorèse. Des différences significatives (p<0.05) sont observées pour le nombre d’érythrocytes, leucocytes, lymphocytes, thrombocytes et monocytes, démontrant ainsi l’importance de la période de l’année concernant l’interprétation des valeurs de références chez ces animaux. Deux serpents sont détectés positifs pour des parasites sanguins (Hepatozoon sp) en hiver et quatre en été, toutefois il apparait que la présence de ces parasites n’altèrent pas significativement la numération sanguine. L’analyse électrophorétique des échantillons montrent la présence de deux à quatre bandes chez cette espèce. 

Mots clefs: Boa constrictor, électrophorèse, hématologie, hémoglobine, hémoparasite, saisons. 

7- Pages 492-497  

PREVALENCE DE MICROSPORORIDIES, CRYPTOSPORIDIUM SPP. ET GIARDIA SPP. CHEZ DES CASTORS (CASTOR CANADENSIS) DU MASSACHUSETTS 

Ronald Fayer, Ph.D., Mónica Santín, D.V.M., Ph.D., James M. Trout, Ph.D. Stephen DeStefano, Ph.D, Kiana Koenen, M.S., and Taranjit Kaur, V.M.D., M.P.H.  

Résumé: Les matières fécales de 62 castors (Castor canadensis) du Massachusetts sont examinées à l’IFG et par PCR pour les espèces de microsporidies suivantes, Cryptosporidium spp. et Giardia spp. entre janvier 2002 et décembre 2004. Les échantillons positifs à la PCR sont de plus examinés par séquençage génique. Des protistes sont détectés chez 6.4 % des castors. Tous étaient des sub-adultes ou des jeunes. Les microsporidies n’ont pas été détectées. Giardia spp. est retrouvée par IFA chez 4 castors ; Cryptosporidium spp. est également présent chez deux de ces animaux. Cependant, le séquençage génique, à partir de l’ARNssr, de ces Cryptosporidium spp. n’a pas permis de déterminer leur espèce. Les séquences nucléotidiques des TPI, ARNssr  et de la β-giardine de Giardia spp. (déposées à GenBank) indique que les 4 castors excrètent Giardia duodenalis Assemblage B, le génotype zoonotique représentant une source potentielle de diarrhée liquidienne à Giardia. 

Mots clefs: Castor, génotype, moléculaire, enquête, diarrhée liquidienne, zoonose. 

8- Pages 498-512 

MYCOBACTERIUM AVIUM CHEZ DES LAPINS PYGMEES (BRACHYLAGUS IDAHOENSIS): REVUE DE 28 CAS 

Lisa A. Harrenstien, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., Mitchell V. Finnegan, D.V.M., Nina L. Woodford, D.V.M., M.P.H., Dipl. A.C.L.A.M., Kristin G. Mansfield, D.V.M., M.P.V.M., W. Ray Waters, D.V.M., Ph.D., John P. Bannantine, Ph.D., Michael L. Paustian, Ph.D, Michael M. Garner, D.V.M., Dipl. A.C.V.P., Antony C. Bakke, Ph.D., Charles A. Peloquin, Pharm.D., and Terry M. Phillips, Ph.D., D.Sc. 

Résumé: La sous-population de lapin pygmée du bassin du district de Columbia fut indexé comme en danger d’extinction par les services de la pèche et de la faune sauvage des Etats Unis en novembre 2001, et aucun lapin pygmée n’a été vu dans la nature depuis le printemps 2002. Des efforts de reproduction en captivité ont été tentés pour augmenter la taille de la population en vue de la réintroduire dans l’état de Washington. La mycobactériose disséminées à Mycobacterium avium fut la cause la plus courante de mort chez les lapins pygmées adultes captifs.

Entre Juin 2002 et Septembre 2004, la mycobactériose est diagnostiquée chez 28 lapins pygmées adultes captifs, ce qui représente 29% de la population captive, comparé aux 18 lapins morts de toutes autres causes durant la même période. Les données ante- et post- mortem sont étudiés rétrospectivement, afin de décrire la pathogénie, les signes cliniques et les résultats des tests diagnostiques des mycobactéries chez les lapins pygmées. Plusieurs protocoles thérapeutiques, les facteurs de risque quant à la mortalité et les recommandations pour prévenir cette infection sont également évalués. Une immunité cellulaire compromise apparait être actuellement la meilleure explication concernant l’importante morbidité et mortalité due aux infections à mycobactéries chez les lapins pygmées. 
 

Mots clefs : Brachylagus idahoensis, immunité cellulaire, complexe Mycobacterium avium, lapin pygmée. 

9- Pages 513-517 

ANESTHESIE DE CERFS AXIS MALE (AXIS AXIS): COMPARAISON DE L’ASSOCIATION THIAFENTANIL MEDETOMIDINE ET KETAMINE AVEC L’ASSOCIATION MEDETOMIDINE ET KETAMINE  

Kristine M. Smith, D.V.M., David M. Powell, Ph.D., Stephanie B. James, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., Paul P. Calle, V.M.D., Dipl. A.C.Z.M., Robert P. Moore, D.V.M., Dipl. A.V.B.P., Heidi S. Zurawka, D.V.M., Sabrina Goscilo, D.V.M., Bonnie L. Raphael, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M. 

Résumé: L’oxalate de Thiafentanil, précédemment connu sous le nom d’A-3080, est un opioïde synthétique utilisé pour la contention chimique de nombreux herbivores sauvages. 1-4,8,10,12  Cette étude compare l’association  oxalate de thiafentanil, médétomidine et kétamine (TMK; 0.09 ± 0.02 mg/kg, 0.01 ± 0.003 mg/kg, and 1.36 ± 0.33 mg/kg, respectivement) avec celle de la médétomidine et de la kétamine (MK; 0.09 ± 0.02 mg/kg and 3.48 ± 0.55 mg/kg, respectivement) pour l’anesthésie de 17 mâle cerf axis captifs (Axis axis) dans le but de réaliser une vasectomie. Neuf cerfs reçoivent le protocole TMK et les huit autres le protocole MK par téléinjection durant les mois de Janvier et Février. Le temps moyen d’induction, le temps de réveil, les signes vitaux et les valeurs des gaz sanguins sont monitorés et comparés. Tous les animaux reçoivent un apport en oxygène durant la chirurgie. Les animaux recevant le protocole TMK sont reversés à l’aide de naltrexone (100 mg/mg pour le thiafentanil) et avec de l’atipamézole (5 mg/mg pour la médétomidine). Les animaux sous protocole MK reçoivent uniquement de l’atipamézole (5 mg/mg pour la médétomidine). Deux animaux sous MK et trois sous TMK ont été repoussés à la kétamine en IV immédiatement après leur contention. Six des neufs animaux immobilisés avec le protocole TMK ont nécessité d’être intubé afin de les ventiler sous pression positive.  Deux d’entre eux ont du également  être maintenue en plus sous isoflurane.  Le temps d’induction moyen est de 3.5 ± 2.0 min au sein du groupe TMK et de 9.8 ± 6.7 min dans le groupe MK.  Malgré des temps d'induction moyens plus courts, les animaux anesthésiés avec le protocole TMK ont montré des inductions imprévisibles, de l'apnée, de la rigidité musculaire, des mouvements de membre et des acidoses respiratoire et métabolique significatives. Le protocole anesthésique MK mène à des  inductions plus douces, une meilleure efficience de la fonction respiratoire et des troubles métaboliques moins importants. Ainsi ce protocole est considéré comme meilleur à celui faisant appel à l’association TMK, pour l’anesthésie de cerfs axis captifs aux doses testées.

Mots clefs: Axis axis, cerf axis, anesthésie, kétamine, médétomidine, oxalate de thiafentanil. 

10- Pages 518-523 

UTILISATION DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE POUR DETECTER LES SIGNES D’INFECTION APR LA RAGE CHEZ DES RATONS LAVEURS (PROCYON LOTOR) 

Mike R. Dunbar, M.S., D.V.M., and Kathleen A. MacCarthy, B.S.  

Résumé:   La thermographie infrarouge est évaluée afin de savoir s’il est possible de différencier des ratons laveurs (Procyon lotor) infectés expérimentalement avec le virus de la Rage, de ceux non infectés. Après une période d’ajustement de 10 jours, des ratons laveurs (n=6) sont infectés avec une souche de rage urbaine virulente par injection dans le muscle masséter à la dose de 2 x 104 TCID50 dans 0.2 ml (n = 4) ou à la dose de 105 TCID50 dans 1 ml (n = 2). Cinq des six animaux développent des signes prodromiques de la rage 17 à 22 jours post inoculation (PI) et des signes significatifs de rage furieuses entre 19 et 24 jours PI.  Au moment de l’euthanasie, qui intervient 2 jours après les signes cliniques de la rage, ces cinq animaux sont  positifs au virus de la rage au niveau de l’encéphale.  Des images infrarouges sont enregistrées pour chaque raton laveur, deux fois par jour durant les périodes pré- et post-inoculation. Aucune différence apparente n’est notée concernant la température au cours du temps au niveau des yeux, au niveau de la surface corporelle moyenne et de la température corporelle, enregistré par des implants sous cutanés, durant l’expérience pour n’importe lequel des six animaux. Cependant, des augmentations de la température de surface des naseaux et des différences dans les images thermiques des naseaux sont détectées quand les animaux commencent à montrer des signes cliniques de rage. Des différences sont observées parmi les températures moyennes au niveau des naseaux pour les différentes phases de la maladie (F3,12 = 70.03, p<0.0001).  La température moyenne des naseaux durant la phase clinique de rage (30.4 ± 3.5?C) est significativement augmentée suite à la phase prodromique (F1,12 = 151.85, p<0.0001). Cette expérience fournit les données indiquant que la thermographie infrarouge peut être utilise dans un cadre expérimental pour détecter des ratons laveurs au cours de la phase infectieuse et montrant de signes cliniques de rage.  

Mots clefs: Maladie, infrarouge, Procyon lotor, rage, raton laveur, thermographie, faune sauvage. 
 

11- Pages 524-530 

EXCISION CHIRURGICALE D’UN GRANULOME MYCOTIQUE (CLADOSPORIUM SP.)  SUR LE MANTEAU D’UNE SECHE (SEPIA OFFICINALIS)  

Craig A. Harms, D.V.M., Ph.D, Dipl. A.C.Z.M, Gregory A. Lewbart, M.S., V.M.D., Dipl. A.C.Z.M., Ryan McAlarney, Larry S. Christian, Kyleigh Geissler, D.V.M., and Carol Lemons  

Résumé: Une sèche commune femelle (Sepia officinalis) provenant d’un aquarium public est présentée avec une lésion cutanée éruptive du manteau dorsal. Une radiographie, un prélèvement d’hémolymphe ainsi qu’une biopsie sont réalisées sous anesthésie à l’aide d’éthanol 1,5 à 3 % dans de l’eau de mer. La peau élastique et mobile permet de refermer, avec une tension minimale, l’excision large de la lésion cutanée qui ne semble pas pénétrer profondément dans l'os sous-jacent. La biopsie révèle un granulome hémocytaire surplombant des hyphes fongiques fins et segmentés qui s’avèrent être du Cladosporium sp à la culture. De l’Itraconazole est administrée dans l’alimentation en postopératoire.  La sèche  retrouve un état d’activité et d’appétit normal, accompagné d’une guérison complète du site chirurgical. Deux mois après la procédure, l’animal est retrouvé mort dans son enclos. L’examen histopathologique révèle une infection fongique systémique.  

Mots clefs: Cladosporium, Sèche commune, Sepia officinalis, chirurgie. 

12- Pages 531-534 

MANAGEMENT DE L’ANESTHESIE D’UN ORANG OUTAN (PONGO ABELII/PYGMAEUS) LORS D’UNE LIGATURE DES TROMPES PAR LAPAROSCOPIE. 

Paula K. Hendrix, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.V.A.

Résumé : Un orang outan hybride (Pongo abelii/pygmaeus) d’âge adulte est présenté à l’hôpital universitaire vétérinaire pour une ligature des trompes par laparoscopie. L’animal est endormi à l’aide d’un protocole d’anesthésie fixe, puis est intubé. Le maintien de l’anesthésie est réalisé à l’aide d’isoflurane et d’oxygène, et pour assurer des échanges gazeux adéquats l’animal est placé sous respirateur à ventilation positive. Le monitorage est réalisé à l’aide de la pression artérielle, d’un ECG, d’un capnomètre et des gaz artériels. L’anesthésie se déroule correctement et le réveil est doux. 

Mots clefs : Anesthésie, laparoscopie, orang outan, Pongo abelii/pygmaeus, primate non humain. 
 

13- Pages 535-538 
 

ANESTHESIE REVERSIBLE CHEZ DES LOUTRES MARINES SAUVAGES  (LONTRA FELINA) A L’AIDE DE KETAMINE ET DE MEDETOMIDINE. 

Claudio Soto-Azat, D.M.V., Francisca Boher, D.M.V., Gabriela Flores, Mar. Biol., Eileen Mora, Aq. Ing., Alexis Santibañez, Mar. Biol., and Gonzalo Medina-Vogel, D.M.V., Ph.D. 

Résumé: Neufs loutres marines (Lontra felina) sont anesthésiées quinze fois à l’aide de l’association kétamine à 5.3 ± 0.9 (4.5–8.0) mg/kg et médétomidine à 53 ± 9 (45–80) μg/kg par voie intramusculaire à la seringue pour la pose de radio émetteurs. La durée avant le premier effet et la période d’induction varient respectivement de 1.1 à 5.0 minutes et de 1.8 à 5.4 minutes. Des complications mineures ont eu lieu, comprenant une légère hypothermie chez six loutres et un épisode d’hypoxie sévère  pour une autre. L’anesthésie est reversée après 34 à 63 minutes avec de l’atipamezole 226 ± 29 (179–265) μg/kg et tous les animaux récupèrent dans les 3.3 à 26.8 minutes. 

Mots clefs : Anesthésie, kétamine, Lontra felina, loutre marine, médetomidine 

14- Pages 539-541 

CHIMIOTHERAPIE INTRALESIONNELLE A LA CISPLATINE ET CRYOTHERAPIE TOPIQUE POUR CONTROLER UN CARCINOME A CELLULE SQUAMEUSE DES CHOANES CHEZ UN  MANCHOT DU CAP (SPHENISCUS DEMERSUS) 

Shannon T. Ferrell, D.V.M., Dipl. A.B.V.P. (Avian), Dipl. A.C.Z.M., Annajane B. Marlar, D.V.M., Dipl. A.C.V.O., Michael Garner, D.V.M., Dipl. A.C.V.P., and Nancy P. Lung, V.M.D., M.S. 

Résumé: Un manchot du Cap (Spheniscus demersus) femelle de 3,5 ans et pesant 2,5 kg est diagnostiqué atteint d‘un carcinome à cellule squameuse des choanes sur base d’une biopsie. L’animal montre un historique d’ulcération des choanes et d’anorexie avec perte de poids. Le protocole thérapeutique consiste en l’utilisation de cisplatine en intralésionnel suivi par de la cryothérapie localisée avec du nitrogène liquide. Le manchot reste cliniquement sain durant 9 mois, période a la fin de laquelle une seconde cryothérapie est entreprise. Le patient ne montre aucun signe clinique de carcinome des choanes 13 mois après le second traitement. 

Mots clefs: Carcinome, chimiothérapie, choanes, cryothérapie, manchot, Spheniscus demersus 
 

15- Pages 542-544 

COCCIDIOIDOMYCOSE DISSEMINEE CHEZ UN TIGRE D’INDOCHINE (PANTHERA TIGRIS CORBETTI) ATTEINT D’UNE INSUFFISANCE RENAME CHRONIQUE 

Kelly E. Helmick, D.V.M., M.S., Peter Koplos, D.V.M., and James Raymond, D.V.M., Dipl. A.C.V.P. 

Résumé: Un tigre d’Indochine (Panthera tigris corbetti) femelle captive de 19 ans et pesant 78.2 kg  atteint d’une insuffisance rénale chronique est euthanasié suite à un épisode d’une dizaine de jour d’anorexie, de dépression, de faiblesse progressive des postérieurs, de fasciculations musculaires et de tremblements de la tête. L’examen post mortem montre une effusion péricardique, une lymphadénopathie généralisée, une glomérulosclérose, une atrophie glomérulaire associée à une glomérulonéphropathie membraneuse et un adénome pancréatique.  La pneumonie pyogranulomateuse, la péricardite et la lymphadénite sont associées, par examen histomorphologique, à la présence de sphérules fongiques compatible avec Coccidioides immitis.   Des anticorps à C. immitis sont détectés dans des prélèvements effectués péri mortem et deux mois avant l’euthanasie.  Les sérologies rétrospectives pour deux autres tigres d’Indochine, deux panthère de Perse (Panthera pardus saxicolor), deux jaguars (Panthera onca), deux lynx roux (Lynx rufus texensis), deux ocelots (Leopardus pardalis), et trois panthère de l’Amour (Panthera pardus orientalis) présentés au parc sur une période de 8 ans, ressortent toutes négatives.  Malgré la localisation du  parc dans la zone endémique à C. immitis, il ne s’agit que du second cas de coccidioidomycose rapporté dans cette institution.

    

Mots clefs: Tigre d’Indochine, Panthera tigris corbetti, coccidioidomycose, Coccidioides immitis, insuffisance rénale chronique. 
 
 

16- Pages 545-548 

RETINOPATHIE INDUITE PAR L’ENROFLOXACINE CHEZ UN GUANACO (LAMA GUANICOE) 

Tara M. Harrison, D.V.M., M.P.V.M., Richard R. Dubielzig, D.V.M., Dipl. A.C.V.P., Timothy R. Harrison, M.D., Modesto McClean, D.V.M 

Résumé: Un male guanaco de 4 ans (Lama guanicoe), présenté dans un enclos multi-espèces, est vu en consultation pour une lacération en région axillaire. La lacération est traitée chirurgicalement.  Le traitement médical est débuté avec de la pénicilline G-procaïne et de la benzathine (1920 IU/kg i.m. s.i.d. durant 14 jours), et de l’enrofloxacine (2.4 mg/kg, i.m., s.i.d. pendant 14 jours).  L’animal est traité plus tard avec l’association trimethoprime-sulfadiazine (24 mg/kg, p.o. s.i.d. pendant 10 jours).  Vingt six jours après la première consultation, le guanaco est suspect d’être aveugle. Un examen ophtalmologique confirme les lésions rétiniennes. A l’examen histopathologique post-mortem, on note une atrophie rétinienne plus marquée au centre avec des zone d’atrophie rétinienne complète ; ces lésions sont les mêmes que celles observées lors de toxicité à l’enrofloxacine chez le chat. 

Mots clefs: Enrofloxacine, guanaco, Lama guanicoe, atrophie rétinienne, rétinopathie toxique 
 

17- Pages 549-552 

FLORE BACTERIENNE AEROBIE DES TORTUES VERTES (CHELONIA MYDAS)  EN NIDIFICATION DU PARC NATIONAL TORTUGUERO  

Mario Santoro, M.S., Ph.D. (c), Giovanna Hernández, M.S., Magaly Caballero, M.S., and Fernando Garc?a, Ph.D.  

Résumé: Des examens bactériologiques sur 70 tortues vertes (Chelonia mydas)  du parc national de Tortuguero (Costa Rica) sont réalisés afin d’investiguer les bactéries aérobies à localisation nasales et cloacales. Un total de 325 isolements bactériens est obtenu, incluant dix genres de bactéries Gram négatif  et trois de bactéries Gram positif. Deux cent trente neuf bactéries sont Gram négatif tandis que quatre-vingt six sont Gram positif. Klebsiella pneumoniae est le microorganisme le plus courant identifié dans les prélèvements de tortues: 27/70 (38.5%) au niveau du cloaque et 33/70 (47.1%) dans les prélèvements nasaux. La famille des Enterobacteriaceae, comprenant Enterobacter agglomerans, E. cloacae, Escherichia coli, Klebsiella oxytoca, K. pneumoniae, et Serratia marcescens, est le plus grand groupe de bactéries Gram négatif représentant 127 des 239 (53.1%) isolements de bactéries gram négatif. L’espéces Staphylococcus est le groupe bactérien Gram positif le plus important incluant S. aureus, S. cromogenes, S. epidermis, et S. intermedius ce qui représente  63 des 86 (73.2%) isolements de Gram positif. Les résultats de cette étude démontrent que la flore bactérienne aérobie des tortues vertes, au sein du Parc national de Tortuguero, est composée d’un large spectre de bactérie, dont plusieurs sont potentiellement pathogènes.

    

Mots clefs: Flore bactérienne, Chelonia mydas, Costa Rica, tortue verte, Klebsiella pneumoniae, Staphylococcus. 
 
 

18 - Pages 553-557 

INFECTION VISCERALE ET PROBABLEMENT NEURALE A BAYLISASCARIS CHEZ UN ORANGUTAN (PONGO PYGMAEUS) 

Christopher S. Hanley, D.V.M., Heather A. Simmons, D.V.M., Roberta S. Wallace, D.V.M., and Victoria L. Clyde, D.V.M. 

Résumé: Une femelle orang outan hybride (Pongo pygmaeus) de 32.5 ans développe une rigidité des membres postérieurs évoluant vers une tetraparésie en 2 semaines.  Des examens diagnostics répétés, incluant des séries d’imagerie à résonance magnétique du système nerveux central, révèle des lésions non-spécifiques impliquant la substance grise et blanche avec des barrières hématoméningées intactes. Plusieurs traitements empiriques échouent et la décision est prise d’euthanasier l’animal. Un examen histologique montre un granulome dans l’iléon contenant un nématode, compatible avec Baylisascaris procyonis.  De plus, une vacuolisation des neuropiles, des cicatrices astrocytaires et un granulome éosinophilique accompagné de manchons perivasculaires lympho-éosinophiliques dans le cerveau, sont suggestifs d’une migration parasitaire. Ces trouvailles confirment l’existence d’une migration larvaire viscérale et appui la possibilité d’une migration larvaire neuronale. Ce cas de Baylisascaris procyonis  représente  le premier cas chez un grand singe et montre la difficulté du diagnostic en ante-mortem d’une migration larvaire neurale.  

Mots clefsBaylisascaris procyonis, Larva migrans neurale, orang outan, Pongo pygmaeus, larva migrans viscérale. 
 
 

19- Pages 558-561  
 

ANESTHESIE REVERSIBLE DE PRIMATES DU SUD EST ASIATIQUE A L’AIDE DE MEDETOMIDINE,  DE ZOLAZEPAM ET DE TILETAMINE. 

Åsa Fahlman, D.V.M., Vet.Med.Lic., Edwin J. Bosi, D.V.M., M.Phil., and Görel Nyman, D.V.M., Ph.D., Dipl. E.C.V.A. 

Résumé : La médétomidine (0.02 - 0.06 mg/kg) et l’association zolazepam-tiletamine (0.8 - 2.3 mg/kg) sont évaluées sur base d’anesthésie réversible chez quatre espèces de primate du Sud-est asiatique : Orang outan de Bornéo (Pongo pygmaeus pygmaeus), Gibbon gris de Mueller (Hylobates muelleri),  Macaque crabier (Macaca fascicularis) et Macaque à queue de cochon (Macaca nemestrina). Vingt trois procédures anesthésiques sont étudiées sur des primates captifs et sauvages dans l’état de Sabah en Malaisie. L’induction est calme et rapide. Les fonctions cardiaque et respiratoire restent stables durant l’anesthésie, tandis que la température corporelle et la pression artérielle systolique sont diminuées significativement. L’atipamézole, à cinq fois la dose de médétomidine reverse efficacement l’anesthésie, avec les premiers signes de réveil après 3 à 27 minutes. 

Mots clefs : Immobilisation, médétomidine, atipamézole, orang outan, gibbon, macaque. 

20- Pages 562-564 

TRAITEMENT D’UNE KERATOCONJONCTIVITE SECHE BILATERALE CHEZ UN LOUP ROUGE (CANIS RUFUS) PAR UN DISPOSITIF DE RELARGAGE DE CYCLOSPORINE 

Anne E. Acton, D.V.M., A. Brady Beale, V.M.D., Brian C. Gilger, M.S., D.V.M., Dipl. A.C.V.O., Michael K. Stoskopf, D.V.M., Ph.D, Dipl. A.C.Z.M. 

Résumé: Un loup rouge male de 12 ans (Canis rufus) diagnostiqué avec une kératoconjonctivite sèche (KCS) bilatérale idiopathique est traité avec un implant sous-conjonctival conçu pour délivrer des doses thérapeutiques de cyclosporine durant 12 à 24 mois. Une production normale de larmes et l’intégrité de la cornée sont préservées, soulageant la nécessité d’intervenir quotidiennement sur l’animal pour l’administration d’un topique.   

Mots clefs:   Canis rufus, cyclosporine, “yeux secs”, KCS, implant à relarguage différé, loup rouge 
 

21- Pages 565-566 

RESOLUTION D’UNE HYPERPROLACTINEMIE CHEZ UN GORILLE DES PLAINES DE L’OUEST (GORILLA GORILLA GORILLA)  
 

Jenifer Chatfield, DVM, Lily Zhang, PhD, Jacques Ramey, MD, PhD, Todd Bowsher, PhD, Naida Loskutoff, PhD, Kortney O’Neill, DVM.

Résumé : Les adénomes pituitaires sécrétant de la prolactine sont une des causes les plus fréquentes d’infertilité chez la femme. La prolactine joue un rôle important dans la lactation et est impliquée dans l’apparition de certains comportements reproducteurs et maternels normaux chez les mammifères. Toutefois, une concentration sérique élevée en prolactine peut affecter le cycle sexuel de la femelle en inhibant le pic d’hormone lutéotrope qui stimule l’ovulation. Une femelle gorille des plaines de l’ouest (Gorilla gorilla gorilla) de dix sept ans est présentée avec une faible fertilité et une hyperprolactinémie.  Un examen IRM confirme la présence d’une masse pituitaire et un traitement est alors initié à base de cabergoline. Suite à huit mois de traitement, la taille de la masse a diminué et le taux sérique en prolactine se trouve dans les limites physiologiques. Le gorille commence à montrer un comportement reproducteur normal, et après 6 mois d’un traitement complémentaire, est gestante. L’hyperprolactinémie, secondaire à un présumé micro-prolactinome, pourrait être plus fréquent chez les gorilles en âge de se reproduire que ce qui est diagnostiqué à l’heure actuelle. Chez l’humain il s’agit d’un problème aisément  diagnostiqué et facilement traitable. 

Mots clefs: adénome, cabergoline, gorille, prolactine, reproduction.  
 

22- Pages 567-570 

PHARMACOCINETIQUE DU KETOPROFENE CHEZ L’IGUANE VERT (IGUANA IGUANA) SUITE A UNE INJECTION UNIQUE PAR VOIES INTRAVEINEUSE ET INTRAMUSCULAIRE. 

Allison D. Tuttle, D.V.M., Mark Papich, M.S., D.V.M., Dipl. A.C.V.C.P., Gregory A. Lewbart, M.S., V.M.D., Dipl. A.C.Z.M., Shane Christian, B.S., Conny Gunkel, Dr. med. vet, and Craig A. Harms, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.Z.M.  

Résumé : Le kétoprofène, anti-inflammatoire non stéroïdien, est un agent anti-inflammatoire et analgésique couramment employé en médecine des reptiles, mais aucune étude n’a été publiée concernant la pharmacocinétique chez ces espèces. Le kétoprofène est administré dans sa forme racémique à des iguanes (Iguana iguana) par voie intraveineuse (IV) et intramusculaire (IM) à la dose de 2 mg/kg. L’analyse pharmacocinétique est réalisée et indique que le kétoprofène administré par voie veineuse a une distribution classique à deux compartiments, une clairance lente (67 ml/kg/h) et une longue demie vie terminale (31 h) comparé aux études réalisées chez les mammifères. La biodisponibilité par voie intramusculaire est de 78 %. Ces données indiquent que la dose journalière généralement recommandée chez les reptiles, en tant qu’extrapolation des données portant sur les mammifères, devrait être augmentée. 

Mots clefs: analgésie, iguane vert (Iguana iguana), kétoprofène, pharmacocinétique,  AINS, reptile. 

Location

581705 White Oak Road
Yulee, FL 32097 USA

Contact Us

Local: (904) 225-3275
Fax: (904) 225-3289
Email:Admin@AAZV.org