Print Page | Contact Us | Report Abuse | Sign In | Join Today
jzwm_frenchabstract_v38n3_2007

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 

Volume 38, Issue 3

Abstracts 

Pages 375-379 

Références physiologiques des paramètres cardiopulmonaires du rhinocéros blanc (Ceratotherium simum), au repos, non contenu.

Scott B. Citino, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M., and Mitchell Bush, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M. 

Résumé : La contention chimique est un outil fondamental dans le management et les soins médicaux des rhinocéros en captivité et dans la nature. Les protocoles anesthésiques couramment utilisés chez le rhinocéros blancs (Ceratotherium simum) peuvent entraîner à des degrés divers hypertension, tachycardie, contracture musculaire et fasciculation, acidose, et le plus important dépression respiratoire, qui a pour conséquence hypoventilation, hypoxie, ainsi que hypercapnie.

Afin de permettre l’évaluation et le développement de techniques anesthésiques  nouvelles et plus performantes chez le rhinocéros blanc, des références physiologiques concernant les paramètres cardiopulmonaires chez le rhinocéros blanc au repos, non contenu, ont été produits (moyenne ± erreur standard (minimum – maximum) : fréquence cardiaque = 39 ± 0,8 batt/min (32-42), fréquence respiratoire = 19 ± 0,6 respiration/min (16-23), pression sanguine systolique indirecte corrigée = 160 ± 2,9 mm Hg (146-183), pression sanguine diastolique indirecte corrigée = 104 ± 2,3 mmHg (88-117), pression sanguine moyenne indirecte corrigée = 124  ± 2.2 mmHg (108-135), CO2 end tidal = 45.1 ± 0.7 mmHg (41,7-48.0), température rectale = 36.8 ± 0.1 °C (36.6-37.2), pH du sang artériel = 7.391 ± 0.007 (7.346-7.431), pression d’oxygène artérielle partielle  = 98.2 ± 1.4 mmHg (44.4-53.7), base excess = 3.5 ± 0.4 mmol/L (1.9-5.9),  bicarbonate = 29.3 ± 0.4 mmol/L (27.3-32.2), et SaO2 = 97.2 ± 0.1 % (96.6-98.0).

Mots clé : Gaz du sang artériel, pression sanguine, Ceratotherium simum, valeurs normales cardiopulmonaires, physiologie, rhinocéros blanc.  
 

Pages 380-387 

Les effets cardiopulmonaires de l’étorphine, l’azapérone, la détomidine, le butorphanol sur des rhinocéros blancs (Ceratotherium simum) anesthésiés dans la nature.

Sandra Wenger, D.V.M., Dipl. E.C.V.A, Wayne Boardman, B.Vet.Med., M.R.C.V.S., Peter Buss, B.V.Sc., M.Med.Vet. (Wildlife), Danny Govender , B.V.Sc., and Chris Foggin, B.V.Sc., Ph.D. 

Résumé : Les rhinocéros blancs (Ceratotherium simum) anesthésiés avec des combinaisons à base d’étorphine développent de sévères modifications pathophysiologiques telles que l’hypoventilation, hypoxie, et l’acidose métabolique

.[sn1]

Le but de cette étude était d’évaluer les effets du butorphanol ajouté au mélange anesthésique sur les paramètres cardiopulmonaires chez des rhinocéros sauvages fléchés d’un hélicoptère. Dans le groupe témoin (n=15), les rhinocéros ont été anesthésiés avec de l’étorphine, de l’azapérone, de la détomidine, et de la hyaluronidase administrés en intramusculaire. Dans le groupe test (n=16), 10 à 20 mg de butorphanol ont été ajoutés à cette combinaison. A bout de 10 min d’immobilité, la mesure des paramètres vitaux (fréquence cardiaque, fréquence respiratoire, température) et des analyses des gaz du sang sont effectués, et répétés 10 min (groupe test) et 20 min (groupe control) plus tard. Dans les deux groupes on peut noter une acidose métabolique et respiratoire, une hypoxie, et une hypercapnie. Dans le groupe contrôle, le pression artérielle partielle en oxygène était significativement plus élevée et les gradients de pression en oxygène alvéole vers artère étaient significativement plus bas dans toutes les positions corporelles étudiées en comparaison avec le groupe ayant reçu du butorphanol. La saturation en oxygène de l’hémoglobine dans le groupe contrôle était plus haute que dans le groupe ayant reçu du butorphanol uniquement en position latéral.

Des améliorations des niveaux d’oxygénation artérielle sont observées en décubitus sternal. Il n’y avait pas de différence significative dans les temps d’induction de l’anesthésie entre les deux groupes, mais la distance parcourue après fléchage pour les animaux ayant reçu du butorphanol est plus courte.L’ajout de butorphanol dans la combinaison d’anesthésiques n’apporte pas d’amélioration en terme de ventilation, bien que les différences de taille des animaux rendent les comparaisons difficiles. Courir moins longtemps après le fléchage peut être bénéfique en matière de prévention de sévères déséquilibres acidobasique et de myopathie de capture.

Mots-clé : Ceratotherium simum, rhinocéros, anesthesea, hypoxie, butorphanol, étorphine.

 
 

Pages 388-399

Polyarthrite suppurée chez des mouffettes rayées (Mephitis mephitis) du Cap Cod,  Massachusetts: Détection de l’ADN mycoplasmique

Lisa M. Ganley-Leal, M.S., Ph.D., Catherine Brown, D.V.M., M.Sc., M.P.H., Edan R. Tulman, M.S., Laurie Bergman, V.M.D., Dipl. A.C.V.B., Lynn Hinckley, B.S., Kenneth H. Johnson, Ph.D., Xiuping Liu, M.D., Herbert J. Van Kruiningen, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.V.P., M.D., and Salvatore Frasca, Jr., V.M.D., Ph.D., Dipl. A.C.V.P.

 

Résumé : Des mouffettes rayées (Mephitis mephitis) du Cap Cod, dans le Massachusetts, aux Etats-Unis ont été autopsiées (n = 34; 1995–1997) ou ont subi un examen clinique (n = 25, 2002–2003) afin de caractériser des boîteries et des polyarthrites, observées par des vétérinaires de faune sauvage et des professionnels de la réhabilitation, et traiter sans résultat avec des antibiotiques.[sn1] Au total, 22 animaux atteints ont un ou plusieurs articulations ou membres tuméfiés et des abcès sous-cutanés. Un exsudat purulent localisé dans les espaces interarticulaires, dans le tissu périarticulaire entre les muscles et les tendons, et entre et le long des tendons fléchisseur et extenseur des membres. L’analyse histologique a révélé une arthrite suppurée, avec une nécrose et une érosion du cartilage articulaire, ainsi qu’une ostéomyélite suppurée. Aucune coloration spécifique n’a permis de mettre en évidence un agent infectieux, et les cultures bactériennes classiques n’ont pas permis d’isoler un pathogène avec une présence et une fréquence significative. Des expérimentations avec la technique de réaction de Polymérisation en chaîne (PCR) ont été réalisées en utilisant l’ADN extrait des articulations de 11 animaux atteints et fixés dans du formol, et l’ADN des articulations de 7 sur les 11 animaux atteints présentent des amplicons avec des séquences très similaires aux séquences de Mycoplasma fermentans avec des groupes de Mycoplasma bovis, alors que l’ ADN des prélèvements venant des articulations de 4 animaux non affectés  sont négatifs par PCR. Des mouffettes en provenance du Connecticut, USA (n = 21; 1995–2003) ont été testées de la même façon, et n’ont pas semblé toucher par une polyarthrite suppurée, suggérant que ce problème est limité géographiquement. Les autres pathologies concomitantes qui peuvent toucher les adultes mouffettes dans la région du Cap Code et du Connecticut comprend une pneumonie vermineuse, un ectoparasitisme lié aux arthropodes, et la Maladie de Carré. Une amyloidose était présente chez les mouffettes avec ou pas une polyarthrite suppurée, et cela a été identifié à l’aide de technique immunohistochimique comme de AA-amyloid. C’est le premier rapport de polyarthrite suppurée chez des mouffettes sauvages avec une mise en évidence d’une étiologie à mycoplasme. 

Mots-clé: AA-amyloid, Mephitis mephitis, Mycoplasma bovis cluster, Mycoplasma fermentans, mouffette, arthrite suppurée. 
 

Pages 400-408 

ETUDE SEROLOGIQUE ET EPIZOOTIQUE DE DIFFERENTES INFECTIONS VIRALES SUR DES LIONS ASIATIQUES (PANTHERA LEO PERSICA) CAPTIFS DANS L’OUEST DE L’INDE.

Anand Ramanathan, B.V.Sc., M.Sc., Pradeep K. Malik, B.V.Sc., M.V.Sc., Gaya Prasad, B.V.Sc., Ph.D., and Sujit K. Mukherjee, I.F.S. 

Résumé : Les maladies infectieuses ont été responsables en grande partie du déclin de certaines populations animales en danger.[sn1] L’apparition de ces maladies au sein de petites populations ont probablement menées à l’extinction éventuelle de ces espèces menacées dans la nature. La population des lions asiatiques (Panthera leo persica), elles aussi menacées, doit également faire face à ce type de menace. C’est ce qui a été mis en évidence lors d’une étude menée dans l‘ouest de l’Inde, sur des lions asiatiques captifs qui ont été prélevés de décembre 1998 à mars 1999. 56 lions asiatiques, dont 17 hybrides (croisement afro – asiatique) hébergés dans 6 centres de captivité dans l’ouest de l’Inde ont été testés pour la recherche d’anticorps dirigés contre la maladie de Carré, le parvovirus félin, le virus immunodéficient félin (FIV), et pour la recherche d’antigène du virus de la leucose féline (FeLV). Le test d’immunodiffusion sur gel d’agar, et « dot immunobinding assay” ont été utilisé pour la maladie de carré et le parvovirus. Des kits commerciaux basés sur « enzyme-linked immunosorbent”

ont été utilisés pour la détection de l’anticorps contre le FIV et l’antigène du FeLV. Les 56 lions (100 %) étaient positifs pour la détection d’anticorps contre le parvovirus. Il n’y avait pas de niveau détectable concernant les anticorps contre le FIV et les antigènes de FeLV. Il a été observé que la maladie de Carré et la parvovirose, deux maladies connues pour entraîner un fort taux de mortalité chez les carnivores captifs, étaient largement prévalentes chez ces lions asiatiques captifs. Il a été suggéré que ces animaux séropositifs représentaient un risque potentiel d’infection chez des animaux séronégatifs. Ainsi, il est impératif  de considérer avec prudence tout mouvement, translocation ou réintroduction des ces animaux dans de nouvelles régions. Il est également recommandé que ces animaux subissent une période de quarantaine et un screening complet concernant la recherche de pathogènes.  L’absence d’exposition à certains pathogènes tels que le FIV et le FeLV, peut également être un risque, et, ainsi, l’identification des réservoirs et un screening des animaux avec lesquels ils seront en contact est fortement recommandé. La vaccination peut aussi être utilisée, tout en employant des vaccins tués ou d’autres types de vaccins viraux ayant fait la preuve de leur innocuité et de leur efficacité chez les félidés en voie de disparition.  

Mots-clés : Séroépizoolgie, Panthera leo persica, Maladie de Carré, parvovirose féline, virus immunodéficient félin, virus leucémique féline   
 

Pages 409-413 

iSOLATION DE Salmonella enterica SUR DES ANIMAUX DE FAUNE SAUVAGE DANS DEUX CENTRES DE REHABILITATION DE L’ Ohio 

Steffani Jijón, Amy Wetzel, B.S., Ph.D., and Jeffrey LeJeune, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.V.M. 

Résumé: Entre mai et septembre 2004, des prélèvements de fécès sur différentes espèces de faune sauvage admises dans deux centres de réhabilitation de l’Ohio, ont été cultivées pour la recherche de Salmonella enterica et Escherichia coli O157:H7.[sn1] 8 des 71 (11%) prélèvements, correspondant à trois opossums (Didelphis virginiana), deux écureuils gris (Sciurus carolinensis), une marmotte commune (Marmota monax), une buse de Harris (Parabuteo unicinctus), et un hibou moyen duc (Otus asio) ont été testés positifs pour Salmonella sérovars Braenderup, Senftenberg, Oranienburg, and Kentucky. Les souches de Salmonella Oranienburg isolées étaient indifférentiables sur électrophorèse sur gel à champ pulsé. La majorité des souches isolées étaient sensibles aux antibiotiques communément utilisés ; bien que la souche Salmonella Kentucky isolée était résistante à de nombreux antibiotiques betalactamiques (amoxicilline/acide clavulanique et ampicilline), céfoxitine, and ceftiofur, et une céphalosporine de troisième génération. Escherichia coli O157:H7 n’a été isolée sur aucun prélèvement. La transmission de Salmonella provenant de la faune sauvage peut survenir entre les animaux dans les centres de réhabilitations. 

Mots-clé : nosocomiale, réhabilitation, Salmonella, Faune sauvage. 
 

Pages 414-419

Intervales de référence biohimique et microflore intestinale chez des iguanes de ricod sauvages (Cyclura ricordii).

Roberto Maria, Dr.Med.Vet., Jan Ramer, D.V.M., Tim Reichard, D.V.M., M.S., Peter J. Tolson, Ph.D., and Mary M. Christopher, D.V.M., Ph.D.

Résumé: Les iguanes des Caraïbes dont l’Iguane de Ricord (Cyclura ricordii) sont considérés comme extrêmement menacés par la liste rouge de l’IUCN. [sn1] Ce taxon est endémique de Hispaniola, où il occupe des plaines x »riques et est observé sur des superficies relativement étroites : deux sous populations occupent le sud-ouest de l’île. Les objectifs de cette étude est d’obtenir et d’analyser du plasma et de la flore microbienne intestinale chez une sous-population d’iguanes de Ricord se trouvant à Neiba Valley, dans le parc national de l’île de Cabritos, en république dominicaine, afin d’établir des références biochimiques. Un total de 23 prélèvements sanguins ont été réalisés sur des animaux cliniquement sains (16 mâles et 7 femelles), et 14 prélèvements fécaux sur des animaux cliniquement sains ont été analysés. Les femelles iguanes présentent des concentrations  en cholestérol, phosphore, triglycérides,urée, acide urique, et aspartate transaminase plus importante que les mâles, bien que la différence ne soit pas statistiquement significative.  17 bactéries ont été isolées incluant : Salmonella sp. (serogroup B; serogroup D negative) Escherichia coli, Brevibacterium sp., Enterobacter cloacae, and Enterococcus durans. Ces données contribueront au management et à la restauration des populations d’iguanes de Ricord.

 

Mots-clés: Cyclura ricordii, microbiologie, microflore, biochimie plamatique, iguane de Ricord, intervals de références 
 

Pages 420-424 

valeurs hématologiqueS et biochimiqueS PlasmatiqueS chez des hybrides sains DE Tilapia (Oreochromis aureus × Oreochromis nilotica) maintenus en circuit fermé 

Michael J. Mauel, Ph.D., Debra L. Miller, D.V.M., Ph.D., and Anita L. Merrill, BS, MT (ASCP), CLS 

Résumé: les Tilapias sont élevés dans le monde entier et sont de plus en plus populaires chez les aquariophiles américains. Toutefois, les données concernant les paramètres de bonne santé manquent. [sn1] Peu de valeurs hématologiques et biochimiques plasmatiques chez des tilapias cliniquement sains ont été rapportées, malgré le fait que ces données puissent être un outil très utile pour identifier et gérer les maladies dans des systèmes fermés. Ainsi, du sang a été prélevés sur des tilapias hybrides (Oreochromis aureus × Oreochromis nilotica) cliniquement sains élevés en système fermé dans le but d’établir des valeurs de référence en hématologie et biochimie plasmatique. En utilisant des techniques cliniques standards, les valeurs hématologiques suivantes ont été déterminées : hématocrite, protéine plasmatique, numération des leucocytes, différenciation des différents leucocytes, numération plaquettaires. De plus, les valeurs biochimiques plasmatiques suivantes ont été déterminées : albumine, protéines totales plasmatiques, globulines, ratio Albumine/globuline, ASAT, PAL, glucose, acide urique, calcium, phosphore, magnésium, sodium, potassium, chlorure, urée, créatinine. L’aspect du prélèvement a également été noté (lipémie, hémolyse, ictère). Les valeurs de références rapportées dans cette étude peuvent être utilisées dans le management de ces poissons dans le cadre de leur élevage dans des circuits fermés.  

Mots-clés: Hématologie, poisson, biochimie plasmatique, valeurs de référence, tilapia. 
 

Pages 425-432 

Valeurs Hematologicque et BIOCHIMIQUE (SUR PLASMA) CHEZ DES JUVENILES DE PSEUDEMYDE A VENTRE ROUGE DU NORD (Pseudemys rubriventris) 

Charles J. Innis, V.M.D, Michael Tlusty, Ph.D., and Denise Wunn, D.V.M., D.A.C.V.P. (Clinical Pathology)  

Résumé : La population de la Pseudémyde à ventre rouge du Nord est classée fédéralement comme en danger dans le Massachusetts à cause de son aire de répartition très réduite et de la petite taille de sa population. [sn1] Un programme d’élevage en captivité a été mis en oeuvre depuis 1984 afin d’augmenter cette population. Du sang provenant de 30 individus juvéniles provenant de 3 institutions a été collecté avant le relâché des animaux, et les valeurs hématologiques et plasmatiques biochimiques ont été produites. Les résultats sont globalement identiques aux données déjà publiées pour les autres espèces de la famille des Emydidés. Les granulocytes basophiles sont les plus nombreux des leucocytes. Les résultats pour certaines valeurs varient de façon significatives entre les différentes institutions. Cela est probablement du aux différences non identifiées de méthodes d’élevage dans chaque institution.  

Key words: Hematologie, biochimie plasmatique, Pseudemys rubriventris, Pseudémyde à ventre rouge, reptile, tortue. 
 

Pages 433-445

Dentition chez les girafes captives (Giraffa camelopardalis): mesowear analysis classifies free-ranging specimens as browsers but captive ones as grazers

Marcus Clauss, M.Sc., Dr. Med. Vet., Dipl. E.C.V.C.N., Tamara A. Franz-Odendaal, Ph.D., Juliane Brasch, Johanna C. Castell, Dr. Med. Vet., and Thomas Kaiser, P.D. Dr. Rer. Nat.

 

Résumé : En captivité, les girafes (Giraffa camelopardalis) n’atteignent généralement pas la longévité maximale possible pour cette espèce et ont souvent des problèmes liés à la prise insuffisante d’énergie et la mobilisation des graisses stockées. [sn1][sn2] La présence de dents anormales est suggérée comme une cause potentielle de ces problèmes. Cette étude utilise une méthode de notation sur le port des dents, primitivement utilisées en paléontologie. Cette méthode de notation a été appliquée sur des spécimens de musées de provenance sauvage (n = 20) et captive (n = 41). Ce système de notation permet la différence entre l’attrition (typique des brouteurs, car le feuillage contient peu de silice) et l’abrasion (typique des paisseurs, car les graminées contiennent de la silice abrasive). Le modèle de dentition des girafes de populations sauvages est dominée par l’attrition, ce qui semble similaire à ce qui a été publié chez les girafes sauvages, et coïncide avec les herbivores brouteurs dans des études comparatives. En opposition à cela le modèle de dentition des populations captives est dominé par l’abrasion et correspond aux modèles des herbivores paisseurs dans des études comparatives. Une explication possible à cette différence de dentition est vraisemblablement liée à la contenance en éléments abrasifs des aliments en zoo. La contenance en silice (mesuré en tant que minéral insoluble dans l’acide) est plus faible dans le feuillage et la luzerne. Néanmoins, le foin et la majorité des aliments à base de concentrés contiennent un fort taux de silice. On peut éventuellement penser qu’un mauvais modèle dentaire en captivité peut compromettre le bon fonctionnement de la dentition des girafes captives et avoir des conséquences lourdes à long terme.  

Key words: Girafe, Giraffa camelopardalis, nutrition, dentition, minéral insoluble dans l’acide, silice, feuillage, luzerne, graminés, granulés. 
 

Pages 446-452 

VALEURS BIOCHIMIQUES PLASMATIQUES ET HEMATOLOGIQUES CHEZ DES RENARDS VOLANTS (PTEROPUS GIGANTEUS) CAPTURES DANS LA NATURE EN INDE  

Amanda B. McLaughlin, B.S., Jonathan H. Epstein, D.V.M., M.P.H., Vibhu Prakash, Ph.D., Craig S. Smith, B.Sc., Peter Daszak, Ph.D, Hume E. Field, B.V.Sc., M.Sc., M.A.C.V.S, and Andrew A. Cunningham, B.V.M.S, Ph.D., M.R.C.V.S. 

Résumé: Bien que les chauves souris du genre Pteropus soient importantes écologiquement en tant que pollinisateurs  et hôtes naturels de certains pathogènes zoonotiques, peu de choses sont connues sur leur physiologie de base. Les valeurs hématologiques et biochimiques du plasma ont été déterminées chez des renard volants (Pteropus giganteus) capturés dans le Nature dans le nord de l’Inde (n = 41).[sn1] En moyenne, le nombre de lymphocytes est plus élevé chez les juvéniles que chez les adultes. Le nombre moyen de plaquettes est plus bas par rapport aux valeurs connues antérieurement. Aucun hémoparasite n’a été observé. Aucune différence n’a été observée entre les valeurs biochimiques du plasma entre les mâles et les femelles, entre les juvéniles et les adultes, entre les femelles en lactation et celles qui ne le sont pas.  Les variations en concentration d’aspartate aminotransferase (ASAT) semblent basées sur la conditions physique des individus. Les concentrations en urée et cholestérol sont plus basses chez P. giganteus que chez les autres mammifères, mais correspondaient aux valeurs déjà rapportées chez d’autres espèces du genre Pteropus. Les concentrations en alanine aminotransferase and aspartate aminotransferase sont plus élevées que les concentrations connues chez Pteropus vampyrus, une espèce très proche de celle qui fait l’objet de notre étude. Cette étude a permis de fournir des informations physiologiques de base qui pourront être utilisées lors de futures études sur la santé et les pathologies des renards volants indiens.  

Key words: chauve souris, renard volant, hématologie, biochimie plasmatique, Pteropus giganteus.  
 

Pages 453-459 

ADAPTATIONS D’UN SYSTEME DE LAVAGE SUBPALPEBRAL CHEZ LE LAMA (LAMA GLAMA) ET LE PHOQUE COMMUN (PHOCA VITULINA) 

Rose Borkowski, D.V.M., Phillip A. Moore, D.V.M., Dipl. A.C.V.O., Sonia Mumford, D.V.M., and Susan Carastro, D.V.M., Dipl. A.C.V.O.  

Résumé : Les systèmes de lavage subpalpébral ont été adaptés pour l’utilisation en zoo chez le lama et chez les phoques commun durant le traitement d’une kératite sévère ucérative et une perforation de la cornée.[sn1] Un lama a été présenté pour un ulcère cornéén melting du à Pseudomonas aeruginosa, qui nécessite une application fréquente d’un collyre antibiotique. Le système de lavage a été utilisé en routine durant la journée et connecté à un système de distribution sous la forme d’un ballon la nuit, permettant une administration continue du traitement. L’ulcère a guéri rapidement une fois que le traitement a été appliqué la nuit race au système de diffusion. Le système de lavage subpalpébral a aussi été combiné à un système de diffusion via un ballon pendant le traitement post-chirurgical sur un second lama traité pour une perforation de la cornée. Les deux lamas ont bien toléré le système de lavage/instillation et ont retrouvé une bonne vision. Un des lamas a montré une légère irritation de la conjonctive à cause du système de lavage qui s’est résorbé sans traitement. Un système de lavage subpalpébral bilatéral a été installé sur un phoque commun sauvage pour le traitement d’une sévère kératite ulcérative associé à une infection due à Candida albicans. Le phoque a bien toléré le système durant les 14 jours d’utilisation de celui-ci dans un environnement aquatique avec d’autres phoques. Un détachement partiel du système de lavage de la peau chez le phoque est survenu plusieurs fois pendant le traitement mas cela a été aisément corrigé. La sévère kératite a été traitée grâce à l’administration d’antibiotiques via le système de lavage, et le phoque a pu être relâché. L’utilisation de ce système de lavage subpalpébral seul ou en combinaison avec le système de diffusion sous forme de ballon garantit un traitement chez les animaux exotiques, sauvages, et aquatiques qui ne tolèrent pas des applications manuelles répétées de collyres.  

Mots clés: système de lavage subpalpébral, ballon de diffusion, ulcère cornéen, phoque commun, Phoca vitulina, lama, Lama glama, candidose. 
 

Pages 460-464 
 

Un cas de fièvre catarrhale maligne chez un bongo (Tragelaphus euryceros) associé à la présence de bouquetin  

Danelle M. Okeson, D.V.M., Michael M. Garner, D.V.M., Dipl. A.C.V.P., Naomi S. Taus, D.V.M., Ph.D., Hong Li, D.V.M., Ph.D., and Rob L. Coke, D.V.M.

Résumé: Un mâle bongo de 4 ans (Tragelaphus euryceros) meurt après un épisode clinique aigu incluant un état fébrile, une anorexie, une léthargie, un jetage oculonasal mineur, et une diarrhée.[sn1] A l’histologie, les lésions semblent compatibles avec la fièvre catarrhale maligne. Un test PCR révèle l’amplification d’une séquence génétique d’une polymérase d’herpèsvirus très proche du virus de la fièvre catarrhale maligne identifiée chez un bouquetin de Nubie (Capra nubiana). Le bongo a été logé près d‘un enclos qui contenait des bouquetins de Nubie testés positivement pour la détection d’anticorps de la fièvre catarrhale maligne, via un test immunoabsorbant de compétition à enzyme lié. D’autres tests réalisés sur les bouquetins du zoo tels que des PCRs, ont aussi révélés des séquences d’ADN viral quasi identiques à celles trouvées dans es tissus du bongo. 

Mots-clés: Bongo, Capra nubiana, fièvre catarrhale maligne, bouquetin de Nubie, Tragelaphus euryceros. 
 

Pages 465-470

IMPACTION DU BEC DANS UN GROUPE DE FAMANTS DE CUBA (phoenicopterus ruber ruber)

Sven Hammer, Dr. Med. Vet., Cert. Zoo. Anim. Spec. (Germany), Simon Jensen, Raffy Borjal, D.V.M., Marcus Clauss, M.Sc., Dr. Med. Vet., Dipl. E.C.V.C.N.

 

Résumé : Les flamants ont des animaux filtreurs qui ingèrent rarement de gros morceaux d’aliments. [sn1][sn2] La forme de leur bec est adapté à la succion, la filtration, et à l’éjection de fluide. Ce cas rapporte un rare cas d’impaction du bec dans une colonie de flamants de cuba (Phoenicopterus ruber) qui étaient maintenus dans un enclos mixte avec des spatules roses (Platalea ajaja) et des ibis rouges (Eudocimus ruber). Ces dernières  espèces reçoivent dans leur régime de fins morceaux de viande grasse, accessibles aux flamants. De la faiblesse et une mauvaise condition physique a été observé chez un flamant. Durant l’examen clinique, on peut noter que l’animal est maigre, en hypoglycémie, et montre une sévère impaction du bec due à la présence d’une mixture de viande, de boue et de sable. Cette mixture comprimait la langue et a à priori pu empêcher la prise alimentaire. Chez 5 autres flamants, un renflement de l’aire gulaire, identique à l’extension de cette zone durant la rétraction de la langue durant le cycle de nourrissage, a été noté et interprété comme un signe de déplacement de la langue à cause de masses similaires dans le bec. Tous les animaux ont été capturés et les masses retirées. Tous les animaux ont repris une prise alimentaire normale immédiatement, et l’individu maigre a rapidement retrouvé une condition physique normale. Le mode de distribution de l’alimentation a été modifié et les plats des autres espèces ne sont plus accessibles aux flamants. Et aucun problème similaire n’a été observé depuis.  

Mots clé : alimentation filtrée, nutrition, flamant, enclos mixte, gras, langue. 
 

Pages 471-474 

PROFILES OF A PATHOGENIC ENTAMOEBA HISTOLYTICA–LIKE VARIANT WITH VARIATIONS IN THE NUCLEOTIDE SEQUENCE OF THE SMALL SUBUNIT RIBOSOMAL RNA ISOLATED FROM A PRIMATE (DE BRAZZA’S GUENON) 

Jun Suzuki, Seiki Kobayashi, Ph.D., Rie Murata, Yoshitoki Yanagawa, D.V.M., Ph.D., and Tsutomu Takeuchi, M.D., Ph.D. 

Résumé : Une bactérie pathogène proche de Entamoeba histolytica (JSK2004) avec une varition génétique et un nouveau profil d’isoenzyme a été isolé chez une femelle cercopithèque de Brazza. [sn1] Une similitude de 99.1% a été trouvé entre les clones de E. histolytica (HM-1:IMSS) et JSK2004 dans la 1,893ième base nucléotidique d’une petite sous unité d’acide ribonucléique du gène SSU-rRNA. L’ADN de cette espèce d’amibe pathogène a été extrait de deux abcès stériles hépatiques durant les autopsies d’un colobe d’Abyssinie et d’un atèle de Goeffroy réalisées dans un même institution dans laquelle JSK2004 a été isolée, et l’homologie des séquences nucléotidiques dans le gène SSU-rRNA de l’ADN était identique à celle de JSK2004.

Mots-clé: variante de Entamoeba histolytica, isolation d’un pahogène, primate, gène SSU-rRNA, femelle cercopithèque de De Brazza. 
 

Pages 475-478 

TOXOPLASMOSE DISSEMINEE AIGUE CHEZ UN JEUNE GUEPARD (ACINONYX JUBATUS) 

Christopher Lloyd, B.V.Sc., M.Sc., CertZooMed, M.R.C.V.S., and Mark F. Stidworthy, M.A., Vet.M.B., Ph.D., M.R.C.Path., M.R.C.V.S. 

Résumé: Un jeune guépard (Acinonyx jubatus) meurt après  une rapide et progressive pyrexie, une tachypnée, une effusion abdominale et une hépatomégalie. [sn1] L’autopsie a révélée différentes lésions en lien avec une infection aigue disséminée à Toxoplasma gondii. La présence de ce pathogène dans l’organisme a été confirmée dans de multiples organes par immunohistochimie et PCR. D’après nos connaissances, nous pouvons dire que c’est le premier cas de toxoplasmose aigue disséminée rapportée chez un guépard. sn2]

Mots-clés: Acinonyx jubatus, Toxoplasmose dissémnée aigue, guépard, Toxoplasma gondii.

 
 

Pages 479-482 

LYMPHOME EPITHELIOTROPE CHEZ UN ECUREUIL (SCIURUS SP.) 

Shelley P. Honnold, D.V.M., Dipl. A.C.V.P., Iyampillai Arun, D.V.M., Greg Saturday, D.V.M., Dipl. A.C.V.P., and Charles McLeod, D.V.M., Dipl. A.C.V.P. 

Résumé: Un mâle écureuil de 12 ans (Sciurus sp.) est présenté pour une zone alopécique de 15 à 20 mm de diamètre et une plaque dermique s’affinant au niveau de la zone caudolatérale gauche du thorax. [sn1][sn2] Les tests diagnostiques de routine réalisés lors d’alopécie ont été entrepris tels que la recherche de dermatophytes ou d’acariens. Une biopsie par punch a été réalisée sous anesthésie et soumis à un examen histologique. Le diagnostique d’un lymphome épithéliotrope a été fait, et une exérèse chirurgicale de la lésion a été entreprise. Les observations histologiques étaient concordantes avec un lymphome épithéliotrope et un test immunohistochimique a permis de confirmer une origine liée aux lymphocytes T.  Aucune récidive locale, ni de nouvelles lésions, ni de métastases n’ont été observées 10 mois après l’exérèse chirurgicale. D’après nos connaissances, et à ce jour, ce type de lymphome épithéliotrope n’a jamais été décrit chez un écureuil.  

Key words: lymphome épithéliotrope à lymphocyte T, mycose fungoïde, Sciurus sp., écureuil. 
 

Pages 483-487 

ENVENIMATION PAR UN SERPENT NOIR A VENTRE BLEU (PSEUDECHIS GUTTATUS) SUR UN LOUP A CRINIERE (CHRYSOCYON BRACHYURUS) 

Timothy J. Portas, B.V.Sc., M.A.C.V.Sc. and Richard J. Montali, D.V.M., Dipl. A.C.V.P., Dipl. A.C.Z.M.

Résumé: L’envenimation par un serpent noir à ventre bleu (Pseudechis guttatus), suite à plusieurs morsures sur les muqueuses buccales d’un loup à crinière captif (Chrysocyon brachyurus), a entraîné chez cet animal un collapsus, une hémolyse, une rhabdomyolyse, une nécrose locale des tissus, une détresse hépatique et rénale, et par conséquent la mort de l’animal. [sn1] Le loup est mort malgré les soins intensifs mis en place tels que l’administration d’anti-venin, une fluidothérapie et une transfusion sanguine. A l’autopsie, ont été observées une hémorragie myocardique et intestinale, une congestion pulmonaire, une hépatomégalie, une splénomégalie. Un examen au microscope après fixation des tissus au formol a mis en évidence une hémorragie pulmonaire et abdominale, une néphrose aigue, une nécrose hépatique multifocale, et une congestion splénique.  

Mots-clés: Chrysocyon brachyurus, envenimaton, loup à crinière, Pseudechis guttatus, morsure de serpent, serpent noir à ventre bleu. 
 

Pages 488-491 

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT D’UNE LEUCEMIE CHRONIQUE A LYMPHOCYTES T SUR UNE HYENE TACHETEE (CROCUTA CROCUTA) 

Cora L. Singleton, D.V.M., Raymund F. Wack, D.V.M., M.S., Dipl. A.C.Z.M., Tanja S. Zabka, D.V.M., Michael S. Kent, D.V.M., Dip. A.C.V.I.M., Dipl. A.C.V.R., and R. Scott Larsen, D.V.M., M.S., Dipl. A.C.Z.M. 

Résumé: Un examen externe sur une femelle hyène tachetée (Crocuta crocuta)  de 20 ans ne présentant aucun symptôme a révélé une masse située au centre de l’abdomen. Un bilan hématologique complet a révélé une lymphocytose périphérique. Une échographie abdominale et laparoscopie ont confirmé une sévère splénomégalie. Une cytologie réalisée sur la moelle osseuse et une analyse histologique des biopsies de la rate et du foie ont mis en évidence de petits lymphocytes néoplasiques. Une coloration immunohistochimique des prélèvements de foie et de rate à l’aide d’anticorps monoclonaux spécifiques des leucocytes a montré que les lymphocytes néoplasiques étaient immunoréactifs aux récepteurs CD3 des Lymphocytes T et immunonégatifs aux récepteurs CD79a des lymphocytes B. La morphologie et la distribution des lymphocytes T néoplasiques dans la rate, le foie, le sang périphérique et la moelle osseuse étaient compatibles avec une leucémie chronique à lymphocytes T. Le traitement à base de chlorambucil et de prédnisolone a permis de diminuer efficacement le nombre de lymphocytes, mais a entraîné une thrombocytopénie, qui a stoppé lorsque le chlorambucil a été momentanément arrêté. La chimiothérapie se résume à une seule dose de l-asparaginase, suivi par une dosage plus faible de chlorambucil et prolongé par de la prednisolone. Deux ans après le diagnostic initial, cette hyène a développé un hémoabdomen et a été euthanasiée. Des lymphocytes T néoplasiques étaient présents dans la rate, le foie, les viscères, les ganglions lymphatiques, les poumons, le cœur les reins, les glandes corticosurrénales, le mésentère, les intestins, le pancréas, l’encéphale et la moelle osseuse. 

Mots-clés: Chimiothérapie, hémothérapie, Crocuta crocuta, immunohistochimie, leucémie, hyène tachetée. 
 
 
 
 

Pages 492-494 

ANEVRISME LIE A UNE RUPTURE AORTIQUE CHEZ UN COYOTE (CANIS LATRANS)  DANS LE SUD DE LA CAROLINE

Debra Lee Miller, D.V.M., Ph.D., Joshua Schrecengost, B.S., John Kilgo, Ph.D., H. Scott Ray, M.S., and Karl V. Miller, Ph.D. 

Résumé: Une femelle coyote (Canis latrans) adulte portant un collier émetteur dans le sud de la Caroline a été retrouvée morte sans signe apparant de trauma ni de strangulation.

[sn1][sn2] L’autopsie a révélée un anévrisme lié à une rupture de l’aorte dans la cage thoracique ainsi qu’une sévère infection liée à la présence de nématodes dans le cœur et la veine cave caudale. A l’analyse histologique, les infiltrats de cellules inflammatoires étaient fréquents à l’endroit de l’anévrisme et étaient composés de neutrophiles, d’éosinophiles, de lymphocytes, de cellules plasmatiques, et de macrophages.

Aucune bactérie, champignon, ni parasite non été mis en évidence à l’endroit de l’anévrisme. La mort a été entraînée par l’hémorragie interne. Ce cas est le premier rapporté chez un coyote.  

Mots-clés : Anérisme, Canis latrans, coyote, Dirofilaria immitis, vers cardiaques

Location

581705 White Oak Road
Yulee, FL 32097 USA

Contact Us

Local: (904) 225-3275
Fax: (904) 225-3289
Email:Admin@AAZV.org