Print Page | Contact Us | Report Abuse | Sign In | Join Today
jzwm_frenchabstract_v34n3_2003

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 231-238, 2003

 

Titre: Blastomycose chez des félins non-domestiques

Auteurs: Timothy N. Storms, D.V.M., Victoria L. Clyde, D.V.M., Linda Munson, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.V.P., et Edward C. Ramsay, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M.

Résumé : Une blastomycose a été diagnostiquée sur 6 félins non-domestiques dans l’est du Tennessee : 2 lions d’Asie (Panthera leo persicus), 1 lion d’Afrique (Panthera leo), un tigre de Sibérie (Panthera tigris), un guépard (Acinonyx jubatus) et une panthère des neiges (Panthera uncia). Ces animaux présentaient une léthargie, anorexie, perte de poids, dyspnée, éternuement, ataxie et parésie. Ont aussi été notés, mais de façon variable et non spécifique, leucocytose, monocytose, neutrophilie, légère hypercalcémie, hyperprotéinémie et hyperglobulinémie. Les radiographies thoraciques ont montré une densification interstitielle et alvéolaire, une consolidation ou un collapsus d’un lobe pulmonaire, une formation bulleuse et une masse pulmonaire. Une sérologie par immuno-diffusion sur gel d’Agar pour rechercher Blastomyces dermatiditis a été réalisée sur 5 de ces animaux et s’est révélée positive dans 3 cas. Le tigre présentait une blastomycose cérébrale et était positif aux tests sérologiques à la fois sur le liquide cérébro-spinal et sur du sérum. Une aspiration pulmonaire percutané sur la panthère des neiges et une aspiration bronchique sur le lion d’Asie ont mis en évidence Blastomyces dermatiditis, tandis que lavement trachéal et jetage nasal se sont révélés négatifs sur les autres animaux. Un traitement à base d’itraconazole a été entrepris sur 4 de ces animaux : le tigre présenta une légère amélioration avant d’avoir dû être euthanasié, et les autres félins ne survécurent que peu de temps après l’initialisation du traitement. Sur 4 félins, Blastomyces dermatiditis a été retrouvé dans les poumons et les nœuds lymphatiques trachéo-bronchiques, associé à une réaction pyogranulomateuse. Le tigre présentait une encéphalomyélite pyogranulomateuse, et le guépard un granulome pulmonaire. Des radiographies thoraciques, des examens cytologiques pulmonaires ainsi que des sérologies de Blastomyces dermatiditis sur les félins malades dans des zones endémiques, afin de lutter contre la blastomycose.

Mots-clés: Blastomycose, Blastomyces dermatiditis, Panthera sp., Acinonyx jubatus, félins non-domestiques

 

 

 

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 239-245, 2003

 

Titre: Immunodéficience associée à de multiples infections concomitantes chez des chats de Pallas captifs (Otocolobus manul).

Auteurs: Cornelia J. Ketz-Riley, D.V.M., Jerry W. Ritchey, D.V.M., Dipl. A.C.V.P., John P. Hoover, D.V.M., Dipl. A.C.V.I.M., Calvin M. Johnson, D.V.M., Ph.D., et Michael T. Barrie, D.V.M.

Résumé : Cinq chats manuls nouveaux-nés (Otocolobus manul) au zoo de ville d'Oklahoma sont morts de la toxoplasmose avec une infection herpesvirale concomitante. Ces infections multiples ont suggéré une immunodéficience sous-jacente, peut-être due au virus de l’immunodéficience félin (VIF). Ainsi des échantillons de sang ont été collectées pour une sérologie, une électrophorèse des protéines sériques, des analyses sur la prolifération lymphocytaire, et l'analyse de la cytokine par la reverse transcriptase - quantitative competitive polymerase chain reaction (RT-qcPCR). Les résultats ont été confrontés aux données sur l’infection au VIF sur des chats domestiques à poils courts. En outre, des cultures de cellules sanguines mononucléaires périphériques ont été entreprises pour détecter le VIF par la RT-qcPCR et la détection d'activité de la reverse transcriptase. L'électrophorèse de protéines sériques a prouvé que quatre des six chats manuls avaient les alpha-2 globulines augmentées. Au moins deux chats manuls avaient des lymphoproliferations diminuées en réponse à des substances mitogéniques, et tous les trois animaux testés ont montré une expression défectueuse du gène interleukin-12. Bien que ces résultats cliniques et de laboratoire aient suggéré un syndrome d'immunodéficience, l'infection par le VIF n’a pu être confirmée. Sur la base de résultats d'analyses de sang répétés, on a pu conclure que des problèmes alimentaires, métaboliques, ou autres systémiques n'ont probablement pas pu contribuer au syndrome pathologique. Un exploration plus avancées dans cette population sur d'autres causes possibles d'immunodéficience, y compris une possible composante génétique, est nécessaire.

Mots Clés: Immunodéficience, chat manul, Otocolobus manul, toxoplasmose, Herpes virus félin, RT-qcPCR.

 

 

 

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 246-249, 2003

 

Titre: Séroprevalence de Neospora caninum et Toxoplasma gondii chez des félins sauvages  captifs et dans la Nature aux Etats Unis. 

Auteurs: Jennifer A. Spencer, Ph.D., Michael J. Higginbotham, D.V.M.,  et Byron L. Blagburn, Ph.D.

Résumé : Sept prélèvements parmi 101 prélèvements de sérum de fauves élevés en captivité en zoos ou en safaris aux Etats-Unis étaient positifs aux anticorps Neospora caninum lors d'un test de fluorescence indirect, tandis que 44 échantillons étaient positifs aux anticorps Toxoplasma gondii. Bien qu'aucun des animaux captifs n'ait montré de signes cliniques, les fauves aux Etats-Unis ont été exposés à , et donc sont vraisemblablement infectés par, Neopsora caninum et Toxoplasma gondii. Ceci pourrait avoir des implications sérieuses pour des animaux sensibles dans les jardins zoologiques, tel les kangourous, proches des félins.

Mots Clés: Neospora caninum, Toxoplasma gondii, félins, protozoaires, anticorps

 

 

 

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 250-255, 2003

 

Titre: Mortalité chez des manchots du Cap (Spheniscus demersus) impliquant Plasmodium juxtanucleare, recueillis dans un centre de réhabilitation.

Auteurs: K. Christiana Grim, D.V.M.,  Estelle Van der Merwe, Margery Sullivan, Nola Parsons, B.V.Sc., Thomas F. McCutchan, Ph.D., et Michael Cranfield, D.V.M.

Résumé : Cinq manchots du Cap (Spheniscus demersus) recueillis par la Southern African Foundation for the Conservation of Coastal Birds, dans la province du Cap en Afrique du Sud, sont morts de malaria.

Le diagnostic de la malaria était fondé sur les signes cliniques ante-mortem, la parasitémie, la splénomégalie, l’œdème pulmonaire et la mise en évidence histologique de schizontes dans le système réticulo-endothélial. La partie d’une petite sous-unité d’un gène de d'acide ribonuclétique ribosomal malarique a été détectée par PCR à partir de prélèvements sanguins post mortem de tous les oiseaux. Une région spécifique variable de ce gène a été comparée à la même région sur des gènes d'autres organismes malariques aviaires connues, établissant ainsi que le Plasmodium juxtanucleare était impliqué.

Mots clés : Malaria avaire, Plasmodium juxtanucleare, manchot du Cap, Spheniscus demersus,  polymerase chain reaction.

 

 

 

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 256-261, 2003

 

Titre: Mise en évidence d’une infection par Brucella sp. chez des les mammifères marins échoués le long de la côte de la Nouvelle Angleterre méridionale. 

Auteurs : Jennifer Maratea, M.S., Darla R. Ewalt, M.S., Salvatore Frasca Jr., V.M.D., Ph.D., Dipl. A.C.V.P., J. Lawrence Dunn, V.M.D., Sylvain De Guise, D.M.V., Lech Szkudlarek, D.M.V., David J. St. Aubin, Ph.D., et Richard A. French, D.V.M., M.S., Ph.D.

Résumé : Après de récentes mises en évidence de Brucella sp. sur des pinnipèdes et des cétacés, une étude a été initiée pour rechercher la prévalence des infections de Brucella sp. et la prévalence sérologique suite à une exposition à ces bactéries chez les animaux marins échoués le long des côtes du Connecticut et de Rhode Island. Cent dix neuf prélèvements sérologiques provenant de quatre espèces de cétacés et de quatre espèces de pinnipèdes ont été collectés de 1985 à 2000 et testés avec les anticorps Brucella sp. en utilisant le test du buvard, le test de l'antigène tamponné au fer acidifié et le test au rivanol. Au total, 20 spécimens de ces espèces furent autopsiés entre 1998 et 2000, avec une recherche systématique de Brucella sp. sur des cultures de tissus lymphoïdes et viscéraux. Trois phoque veaux marins (Phoca vitulina) sur 21 (14%) et quatre phoques du Groënland (Phoca groenlandica) sur 53 (8%) furent séropositifs. Brucella spp. fut isolé sur 2 phoques veaux marins sur 4 (50%), et sur 3 phoques du Groënland sur 9 (33%). Sur les cinq animaux qui ont eu une culture positive, deux étaient séropositifs et trois séronégatifs. Brucella sp. fut plus fréquemment cultivé sur les poumons et les nœuds lymphatiques axillaires, inguinaux et pré scapulaires. Les tissus sur lesquels Brucella sp. furent isolés ne montrèrent pas de modifications macroscopiques ou histologiques. Ces résultats indiquent que les mammifères marins échoués le long des côtes du Sud de la Nouvelle -Angleterre peuvent être exposés et infectés avec Brucella sp.

Mots clés : Phoca vitulina, Brucella sp., Phoca groenlandica, phoque, mammifère marin, échouage

 

 

 

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 262-268, 2003

 

Titre: Antibiogramme et caractérisation biochimique de Fusobacterium sp. et Arcanobacterium pyogenes isolatés chez des cerfs de Virginie d’élevage (Odocoileus virginianus) présentant une nécrobacillose.

Auteurs : Manuel Chirino-Trejo, D.V.M., M.Sc., Ph.D., Murray R. Woodbury, D.V.M., M.Sc.,  et Fei Huang, M.D.

Résumé : Des cultures bactériennes provenant de 32 de cerfs de Virginie (Odocoileus virginianus) d’élevage vivants et morts présentant une nécrobacillose ont été positives à  Fusobacterium necrophorum chez neufs individus, à  F. varium chez six individus et à Arcanobacterium pyogenes chez 16 individus. Les isolats ont été caractérisés biochimiquement avec des systèmes automatisés d'identification. Les colorations Gram ont suggéré la présence d’espèces de Fusobacterium dans huit cas sur lesquels des cultures n’ont pas été effectuées. Les déterminations des concentrations inhibitrices minimums pour 23 sérotypes de bactéries anaérobies Gram négatives ont détecté une résistance à l'enrofloxacine et à la clindamycine. La résistance à l’enrofloxacine a été détectée chez des isolats d’A. pyogenes et bien que le profil biochimique ait indiqué que les sérotypes d’A. pyogenes de cerfs pouvaient être regroupés, il n’est pas certain que ces caractéristiques biochimiques soient corrélés avec leur virulence ou leur pouvoir antigénique.  Les vaccins spécifiques aux cerf ou des autovaccins peuvent constituer une alternative utile aux vaccins génériques.

Mots clés : Cerf de virginie, Odocoileus virginianus, nécrobacillose,  FusobacteriumArcanobacterium, résistance antibiotique.

 

 

 

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 269-273, 2003

 

Titre: Comparaison des combinaisons anesthésiques étorphine-détomidine et médétomidine–kétamine chez des addax captifs (Addax nasomaculatus).

Auteurs : Timothy J. Portas, B.V.Sc., M.A.C.V.Sc.,  Michael J. Lynch, B.V.Sc., M.V.S., et Larry Vogelnest, B.V.Sc., M.V.S.

Résumé : Trente-cinq anesthésies impliquant 15 addax captifs  (Addax nasomaculatus)

ont été effectuées entre août 1998 et février 2002, utilisant la combinaison étorphine (33,7 ± 7,9 μg/kg) et détomidine (21,9 ± 4,6 μg/kg) ou la combinaison médétomidine (57,4 ± 8,6 μg/kg) et kétamine (1, 22 ±  0,3 mg/kg), avec ou sans addition d’agents anesthésiques injectables ou inhalant supplémentaires. L'anesthésie avec la combinaison étorphine–détomidine a été antagonisée avec le diprénorphine (107,1 ± 16,4 μg/kg) et l’atipamézole (100,9 ± 42.4 μg/kg). L'anesthésie avec la combinaison médétomidine–kétamine a été antagonisée avec l'atipamézole (245,3 ± 63,4 μg/kg). Le décubitus a été atteint en 5 minutes avec la combinaison étorphine-détomidine et en 11 minutes avec la combinaison médétomidine-kétamine. Les deux combinaisons représentent des mélanges d’agents immobilisant primaires convenables pour une contention et analgésie de court-durée. La bradycardie a été notée avec les deux combinaisons. Davantage de recherche sur les effets cardio-pulmonaires des deux combinaisons seraient intéressants.

Mots clés : addax, Addax nasomaculatus, anesthésie,  médétomidine, kétamine, étorphine, détomidine.

 

 

 

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 274-277, 2003

 

Titre: Analyses parasitologiques des propithèques de Verreaux (Propithecus verreauxi verreauxi) à Beza Mahafaly, Madagascar.

Auteurs : Michael P. Muehlenbein, Ms.P.H., Marion Schwartz, M.A., et Alison Richard, Ph.D.

Résumé : Une étude parasitologique sur des propithèques de Verreaux sauvages (Propithecus verreauxi verreauxi) a été menée dans la réserve de Beza Mahafaly dans le Sud-Ouest de Madagascar. 90 échantillons fécaux furent collectés à partir de 30 animaux, mâles et femelles, âgés de 1 à 30 ans, et conservés dans du formol et de l’alcool. Après examen par techniques de flottation au sulfate de zinc et de sédimentation, aucun parasite intestinal n’a été retrouvé, peut-être parce que les propithèques sont une espèce arboricole, vivant dans un habitat sec, près des rivières et ayant peu de contact avec l’Homme. Ces taux faibles d’infections parasitaires ont peut-être contribué chez les propithèques à l’évolution vers un âge de première reproduction plus tardif ainsi qu’à une plus longue vie reproductive, par rapport à la masse corporelle, en comparaison avec d’autres mammifères placentaires.

Mots-clés: propithèques de Verreaux, Propithecus verreauxo verreauxi, Madagascar, parasites intestinaux

 

 

 

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 284-286, 2003

 

Titre: Exérèse intracapsulaire du cristallin chez un cheval de Przewalski (Equus caballus przewalskii).
Auteurs : David E. Kenny, V.M.D., Steven J. Dugan, D.V.M., M.S., Dipl. A.C.V.O.,  Felicia Knightly, D.V.M., et Jeffery Baier, D.V.M.

Résumé : Une jument de Przewalski de 11,5 ans (Equus przewalskii caballus) présentait une  blépharite et un épiphora unilatéraux de l’œil gauche. La cornée gauche n'était pas ulcérée, et un œdème cornéen grave rendait difficile l'évaluation intraoculaire. L’œil a semblé répondre positivement à un traitement à base d’anti-inflammatoire et d’un topique mydriatique. Pendant les 2 ans suivant, il y avait des épisodes mineurs d'épiphora de l’œil gauche. Un écoulement alors accru et une luxation du cristallin ont été notés lors d’un examen oculaire préliminaire par un vétérinaire ophtalmologiste. Le cristallin était initialement  situé dans la chambre antérieur mais s’était déplacé dans le vitré à l'heure de la chirurgie, compliquant l'extraction intra capsulaire. Après l’exérèse réussie du cristallin, la jument a été transférée dans un nouvel établissement sans incident, où elle semble s'être bien adaptée à sa perte probable de vision de l’œil gauche. Aucun autre épisode d'uvéite, d’œdème cornéen, ou d’épiphora ont été rapportés. Dans ce nouvel établissement, la jument a pouliné sans problème.

Mots clés : Luxation du cristallin, exérèse intra capsulaire du cristallin, cheval de  Przewalski, Equus caballus przewalskii

 

 

 

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 287-291, 2003

 

Titre: Hypothyroïdie chez un Lynx adulte (Lynx canadensis).

Auteurs : Leah L. Greer, D.V.M., Mitchell Troutman, D.V.M., Malcolm D. McCracken, D.V.M., Dipl. A.C.V.P.,  et Edward C. Ramsay, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M.

Résumé : Une femelle lynx (Lynx canadensis) de 19 ans présentait des symptômes aigus d’anorexie et de difficultés locomotrices. Les examens clinique, radiographique, hématologique et biochimique ont mis en évidence une insuffisance rénale, une suspicion de gastrite urémique, une lésion chronique du disque intervertébral en T13-L1, et des taux sérologiques particulièrement bas de thyroxine totale (1,54 nmol/L) et de triiodothyronine totale (0,55 nmol/L). 24 heures après cet examen, le lynx présentait un nystagmus horizontal, un signe clinique associé à l’hypothyroïdie chez les chiens. Le lynx a été euthanasié en raison du pronostic sombre et du traitement qu’il aurait fallu mettre en place pour l’insuffisance rénale. L’examen nécropsique montra une hypothyroïdie vraie, avec 60 à 90% de la glande thyroïde remplacée par du tissu adipeux. Bien que l’hypothyroïdie ait une incidence faible dans la population adulte féline, elle devrait toutefois être considérée aussi bien lors de signes cliniques non spécifiques que lors de signes pathognomoniques de l’hypothyroïdie. Des examens de routine des taux d’hormones thyroïdiennes sur les félins exotiques tout au long de leur vie pourraient aider à établir des valeurs repères et à diagnostiquer une éventuelle affection lors de signes cliniques peu évidents.

Mots-clés : Lynx, Lynx canadensis, hypothyroïdie, nystagmus, félin

 

 

 

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 292-295, 2003

 

Titre: Traitement d’un abcès plantaire chez un éléphant d’Asie (Elephas maximus) par des perfusions intraveineuses dans la région digitée.

Auteurs : Florence Ollivet-Courtois, D.V.M., Alexis Lecu, D.V.M., Rebecca A. Yates, D.V.M.,  et Lucy H. Spelman, D.V.M., Dipl. A.C.Z.M.

Résumé : Des perfusions i .v. dans la région digitée a été employée pour traiter un important abcès plantaire lié à un corps étranger chez un éléphant d’Asie femelle (Elephas maximus) de 19 ans, logée au zoo de Paris. La femelle présentait  une boiterie du membre antérieur droit d’évolution aiguë et  un gonflement qui ont persisté malgré 4 jours de thérapie anti-inflammatoire. Sous anesthésie,  un fil de fer d’une dimension de 10 cm × 0,5 cm x 0,5 cm a été extrait à partir de la plante du pied droit. La poche de l'abcès qui mesurait 2 cm de profondeur et 7 cm de diamètre a été débridée en conséquence. Deux perfusions i .v. de céfoxitine et de gentamicine ont été effectuées à 15 jours d’intervalle, dans la région digitée. Entre les traitements, la femelle a reçu un traitement oral à base de triméthoprim–sulfaméthoxazole et de phénylbutazone. Lors des 2 jours suivants l'anesthésie et la première perfusion, la boiterie s'est fortement aggravée. Quand l’administration de phénylbutazone a été arrêté, 1 semaine après le premier traitement, la boiterie avait complètement disparue. Au deuxième traitement, il n'y avait aucun signe d' infection des tissus mous, et la poche de l’abcès s’était résorbée.

Mots clés: Eléphant d’Asie, Elephas maximus , la sole plantaire, abcès, perfusion intraveineuse de la zone digitée.

 

 

 

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 269-301, 2003

 

Titre: Un troisième cas "de la maladie de boule de golf" sur un dauphin de l’Amazon (Inia geoffrensis) lié à  Streptococccus iniae

Auteurs : Christopher J. Bonaj, V.M.D., et Robert A.Wagner, V.M.D.

Résumé : Un dauphin de l’Amazone (Inia geoffrensis) a développé un syndrome dermatologique d’évolution lente, caractérisé par l’apparition d’abcès sous-cutanés nodulaires. Les premières biopsies, cultures et analyses cytologiques par ponction à l’aiguille des abcès indiquaient une stéatite avec probable infection secondaire provoquée par des bactéries Gram négatif. Un traitement par supplémentation en vitamine E et une antibiothérapie à large spectre n’a permis qu’une amélioration minime. Les mises en culture, en plus de plusieurs bactéries Gram négatif, ont mis en évidence Streptococccus iniae. Un traitement chirurgical des abcès, avec débridement et irrigation, associé à une antibiothérapie spécifique, ainsi qu’une amélioration de l’alimentation et de la qualité de l’eau ont permis un rétablissement progressif. Il est à noter que lors de sa maladie l’animal présentait une leucocytose inflammatoire et une urémie transitoire. Streptococcus iniae est un agent pathogène important des poissons d’élevage et des Hommes et doit être inclus dans un diagnostic différentiel lors d’affection dermatologique chronique chez les dauphins de rivière. Une antibiothérapie spécifique, une bonne qualité de l’eau, un traitement chirurgical des abcès et un respect des protocoles sanitaires doivent être observés en cas de suspicion d’une telle infection.

Mots-clés: dauphin de l’Amazone, Inia geoffrensis, Streptoccocus iniae

 

 

 

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 302-306, 2003

 

Titre: Adénocarcinomes de la vésicule biliaire sur deux lions d’Afrique (Panthera leo).

Auteurs : Hiroki Sakai, D.V.M., Ph.D., Tokuma Yanai, D.V.M., Ph.D., Kayoko Yonemaru, D.V.M., Akihiro Hirata, D.V.M.,  et Toshiaki Masegi,, D.V.M., Ph.D.

Résumé : Cette note décrit des adénocarcinomes de la vésicule biliaire sur deux lions d’Afrique (Panthera leo) captifs : un mâle de 18 ans et une femelle de 17 ans. Globalement ces 2 animaux présentaient un hémopéritoine avec des parois de la vésicule épaissies et sclérosées. D’un point de vu histopathologique, la tumeur du mâle était bien différenciée, mais celle de la femelle était faiblement différenciée avec des cellules géantes multinucléées. Les deux tumeurs étaient très invasives et atteignaient la séreuse de la vésicule biliaire. Le mâle avait aussi une tumeur du foie, tandis que la tumeur de la femelle avait disséminé sur la surface des séreuses des organes abdominaux. Dans les deux cas, le cytoplasme des cellules néoplasiques présentait un marquage immunohistochimique diffus pour la cytokératine AE-1/AE-3 et la cytokératine 7, et un marquage granulaire pour les lysosymes.

Mots-clés : carcinome de la vésicule biliaire, Panthera leo, lion d’Afrique, pathologie

 

 

 

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 307-308, 2003

 

Titre: Induction anesthésique sur des tigres captifs (Panthera tigris) utilisant la combinaison médetomidine - kétamine.

Auteurs : Michele Miller, D.V.M., Ph.D., Martha Weber, D.V.M., Donald Neiffer, Barbara Mangold, D.V.M., Deidre Fontenot, D.V.M., et Mark Stetter D.V.M., Dipl. A.C.Z.M.

Résumé : Six tigres femelles adultes (Panthera tigris) ont été anesthésiées à plusieurs reprises pour certaines procédures médicales avec 3 mg de médétomidine associée à 300 mg de kétamine en i.m. Les inductions étaient calmes et rapides. Une dose supplémentaire de kétamine fut néanmoins nécessaire pour assurer un transport après induction dans 6 sur 17 procédures. L'inversion de la sédation induite par la médétomidine avec 15 mg d’atipamezole en i.m. 232 min après induction a produit des réveils calmes et rapides.

Mots clés : Tigre, médétomidine, kétamine, Panthera tigris, anesthésie

Journal of Zoo and Wildlife Medicine 34(3): 309-313, 2003

Titre: Gross and Microscopic Lesions of Polioencephalomalacia in a Llama (Lama glama).

Auteurs : Matti Kiupel, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.V.P., William Vanalstine, D.V.M., Ph.D., Dipl. A.C.V.P., et Clayton Chilcoat,  D.V.M.

Résumé : Une femelle lama (Lama glama) de 14 semaines a développé une maladie neurologique progressive caractérisée par une démarche raide, le tournis, un avilissement progressif, et des crises d'épilepsie. A l'autopsie, les lésions étaient limitées au cerveau, et consistaient en une nécrose bilatérale de la matière grise des lobes occipitaux du cortex cérébral. L'altération microscopique première était une nécrose bilatérale de la lamina du cortex cérébral, touchant principalement la lamina profonde. Les signes cliniques, les lésions macro- et microscopiques étaient ceux d'une polioencéphalomalacie.

Mots clés : Lama glama, polioencéphalomalacie, lama, nécrose des lobes occipitaux du cortex cérébral

Location

581705 White Oak Road
Yulee, FL 32097 USA

Contact Us

Local: (904) 225-3275
Fax: (904) 225-3289
Email:Admin@AAZV.org